Liens du mois (Juin 2021)

Liens du mois (mai 2021)

Écriture dessinée (Focus a-t-il un rapport avec la Bande Dessinée ? [1])

Au verso du dessin Cat. 711, Focus a notamment écrit ceci:

… Je ne m’appelle que Foqus, volé de mes écritures dessinées en toute façon et figurées de période de toute représentation au pinceau et à la plume, comme ci-dessus…

Transcription modernisée par C. Michel, Catalogue p. 437.

Comme souvent avec les textes de Focus, la signification précise et complète de cette phrase nous échappe, mais elle est importante car elle donne l’impression que Focus qualifie ses dessins, alors qu’il se plaint de la disparition de certains d’entre eux. Ce faisant, il montre qu’il serait conscient de leur nature particulière; en les appelant « mes écritures dessinées », il leur donne un genre artistique. Cette locution, composée de mots simples et banals, après une recherche sur Gallica, s’avère assez rare: 76 résultats pour le singulier « Écriture dessinée », 22 résultats pour le pluriel « Écritures dessinées »2. Dans ce billet-ci, je présente les résultats de la recherche pour l’expression au singulier car ils ne manquent pas d’intérêt; je reviendrai plus tard, dans un autre billet, sur le pluriel, dans le cadre de mes recherches pour ma participation au colloque Bandes dessinées hors-champs / Comics on the Outside.

Il faut d’abord noter que l’expression n’apparaît qu’assez tard dans les textes de Gallica, pour la première fois en 1827, plus d’un siècle après Focus. Elle a trois sens principaux: 1. une écriture personnalisée, de caractère et reconnaissable; 2. un type d’écriture, enseigné dans les écoles au cours de « dessin géométrique », que l’on utilise et que l’on prescrit parfois officiellement pour les légendes de dessins techniques ou architecturaux; 3. l’écriture de peuples non-européens comme les Indiens d’Amérique, les Égyptiens ou les Chinois3.

Sans réelle surprise, mais plus rarement (à deux reprises), on utilise l’expression pour qualifier les calligrammes d’Apollinaire, notamment pour les comparer avec les textes du peintre belge Ensor4.

En 1905, Patria : revue illustrée de l’officier et de sa famille organise un concours, dont je reproduis l’annonce d’ouverture et, je ne peux résister, les noms et les œuvres des gagnants.

… On se souvient du succès que remportaient jadis les micrographes fantaisistes qui exposaient dans les rues de Paris des planches d’écriture dessinée qui contenaient la matière d’un volume … nous proposons [aux participants du concours] de réunir dans un carré ayant cinq centimètres de côté le plus grand nombre de fois possible le mot Patria. …

Patria (1905): Concours No 23. « Micrographie ».
Source: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k946990b/f1037.image.r=micrographie#

… premier prix … M. le capitaine Ledig, du 152e, qui a dessiné de ses 1001 mots un portail fort élégant.

Le 2e prix … a été gagné par M. Paul Lacors, à Villeneuve-Saint-Georges, qui a su inscrire sur un carré de 5 c/m 2.715 fois le mot Patria …

Enfin, et c’est évidemment l’emploi qui m’intéresse le plus dans cette entrée de carnet, en 1899, Émile Bayard utilise l’expression « écriture dessinée » pour qualifier l’œuvre de Töppfer:

Topffer nous apparaît en effet, dans sa naïveté de crayonnage, un rêveur érudit, un distrait, dont toute l’originalité découle de cette émission simple de nature. Ce dessin est un fluide, il n’a pas de consistance, il court sur le papier, s’arrête brusquement en crochet, avec la pensée qui change, le fil des idées qui se perd dans le chaos.

C’est une sorte d’écriture dessinée, une imagination qui se délaye, spontanément, sans efforts, sans regrets, des croquis cérébraux non imprégnés de souvenirs classiques, sans métier presque. 

Émile Bayard, « La caricature et les caricaturistes (suite). Chapitre III. Toppfer. – Henri Monnier. – Decamps. – Grandville, etc. », Musée des familles : Lecture du soir (janvier 1899), p. 274-278, p. 2745.

La coïncidence est extraordinaire: deux cents ans séparent l’emploi de cette expression rare, par Focus lui-même pour définir ses dessins et par un journaliste dessinateur pour désigner un des artistes que l’on reconnaît comme un des fondateurs de la Bande Dessinée. Est-ce juste le hasard ou un argument pour considérer que l’on peut étudier Focus au regard d’un art en devenir, celui de la Bande Dessinée ? qu’on peut le placer dans l’archéologie de la BD, sans (re)tomber dans le puits de l’ « Hypothèse Lascaux »6 ?

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Écriture dessinée (Focus a-t-il un rapport avec la Bande Dessinée ? [1])," in Georges Focus, peintre et fou, 28/05/2021, https://georgesfocus.hypotheses.org/1974.
  1. Paris, Collection particulière pl. 13. Photographie p. 437 du Catalogue. []
  2. Une recherche sur Google donne 5380 résultats pour le singulier, 8520 résultats pour le pluriel. []
  3. Respectivement, sur les 69 attestations facilement analysables sur Gallica, 25, 26 et 13 occurrences []
  4. Franz Hellens, Nos peintres : James Ensor, Revue Belge (1926), p. 108-117, p. 112. []
  5. L’article est repris dans le volume La caricature et les caricaturistes : ouvrage orné de nombreux dessins des principaux artistes et de portraits par l’auteur (Paris, 1900) (p. 81-82 pour ce passage). []
  6. Sur ce sujet, voir T. Groensteen, Origine, Le Bouquin de la bande dessinée (Paris, 2020), p. 523-526; Id., M. Töppfer invente la bande dessinée (2014), p. 20-28. [ajout du 11 juin: sur ce livre, voir le comte-rendu très intéressant de C. Reyns, La Brèche – Lectures (=Carnet Hypothèses) (9 juin 2021).] []

Colloque: Bandes dessinées hors-champs – Comics on the Outside

Mise à jour du 28 mai 2021:

Le programme du colloque et les modalités d’inscription pour le suivre (gratuitement) sont maintenant disponibles sur le site internet du groupe ACME.


Voici le programme du colloque international « Bandes dessinées hors-champs – Comics on the Outside », qui se tiendra à Bruxelles et en ligne du 2 au 4 juin 2021. J’aurai l’honneur d’y donner une présentation intitulée: « Georges Focus (c. 1640-1708), il était fou et ses dessins sont de la bande dessinée ? ».

Merci aux organisateurs, Benoît Crucifix et Erwin Dejasse, pour leur accueil.

(Même si le fichier PDF ne se présente pas bien, il semble qu’il soit possible de l’ouvrir et de le sauver en cliquant sur le double chevron en haut à droite de l’image.)

Image du mois (avril 2021): le Temps

Jacques Quesnel (actif vers 1593, mort en 1629)
Le Temps combattant la Jeunesse 1588
Vente Christie’s Paris, 24/3/21
Plume et encre brune – 49 x 38,7 cm
Photo : Christie’s

Vu dans l’article de Bénédicte Bonnet Saint-Georges, Des dessins en vente chez Christie’s, La tribune de l’art (18 mars 2021)

Le Temps est un motif récurrent des dessins de Focus; il apporte de nombreuses variations au motif de la fourche et il le fusionne souvent au personnage d’un dieu Fleuve, que ce soit le Loir ou le Tibre.

Voici, par exemple, un extrait du dessin Catalogue 21. On y voit le Temps, sa fourche, la Louve romaine une patte posée sur une urne renversée d’où s’écoule de l’eau, allusion sans doute au Fleuve Tibre. La manière dont Focus joue avec des images classiques n’en rend pas toujours l’interprétation aisée.

Sur de nombreuses feuilles, le Temps semble regarder une version de Focus lui-même jeune, une illustration des réminiscences du peintre qu’il narre dans les phylactères de ses dessin.

Liens du mois (mars 2021)

Georges Focus et le « nouveau » site internet du Louvre

C’est bien sûr un événement, le Louvre a un nouveau site internet, la nouvelle est réjouissante et tout le monde en parle. Toutefois, quelques critiques ont été publiées, par exemple:

En ce qui concerne Georges Focus, une recherche dans le Catalogue avec le terme « Georges Focus » donne un résultat, un paysage, le dessin Cat. XI, avec une excellente notice, sauf qu’elle ne mentionne pas le livre édité par Brugerolles, indispensable pour qui veut connaître Focus. Quand on y clique sur le nom de l’auteur FOCUS Georges, on obtient alors 4 résultats, ce qui montre que le résultat de la première recherche aurait pu être meilleur: 1. le paysage Cat. XI, 2. un dessin de Colonnade antique ruinée, dans un paysage boisé, qui n’est pas repris dans le Catalogue de Brugerolles1, ce qui aurait sans doute pu être noté dans la longue notice du site internet, 3. un dessin de Bâtiments aux pieds de rochers, bases de colonnes et texte manuscrit (même remarque que pour 2), 4. un dessin de Paysage avec un chemin menant à un lac, le dessin Cat. X (sur la notice, même remarque que pour 1).

Le dessin Cat. VI « Paysage animé d’un arbre touffu » peut être retrouvé sur le site internet du Louvre après une recherche avec son numéro d’inventaire 21415. On arrive alors sur un dessin intitulé « Paysage coupé au milieu par un arbre élevé et touffu« , « ANONYMES FLAMANDS A RECLASSER DANS D’AUTRES ECOLES« . La notice en ligne mentionne la proposition d’attribution à Focus et donne la référence bibliographique du catalogue de Brugerolles. On se demande pourquoi ce dessin n’est pas apparu dans les résultats de notre première recherche.

Une « recherche avancée » avec le terme « Georges Focus » dans la rubrique « Recherche tous critères » mène aux quatre dessins mentionnés ci-dessus, mais pas au Cat. VI, de même qu’une recherche FOCUS Georges dans la rubrique « Artiste / Ecole / Centre artistique / Lieu de création ».

On peut télécharger les 5 images, mais avec une très faible résolution, qui est vraiment regrettable, surtout si on compare cela avec ce qu’offre l’université d’Édimbourg pour le recueil des dessins de Focus aux Petites Maisons.

L’exemple de Focus confirme donc malheureusement la validité des critiques adressées au site du Louvre tant en ce qui concerne le manque de rigueur du catalogage et de l’indexation qu’en ce qui regarde la qualité des images; on espère qu’il va s’améliorer.

PS: pour la comparaison, « Georges Focus » sur le site de la collection du British Museum (la bibliographie n’est pas à jour, les images que l’on peut télécharger sont d’une grande qualité), « Georges Focus » sur le site du Rijksmuseum ( (la bibliographie n’est pas à jour, aucune image disponible pour les 5 gravures).

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Georges Focus et le « nouveau » site internet du Louvre," in Georges Focus, peintre et fou, 29/03/2021, https://georgesfocus.hypotheses.org/1943.
  1. Voir p. 53-54, sur ce dessin et le suivant. []

Image du mois (mars 2021)

André Petit, Spirale obsessionnelle carrée dessinée pour emmerder les psychiatres, 12 octobre 1967, gouache sur papier, 65 x 50 cm, inv. 1105
© CEE-MAHHSA / Dominique Baliko

J’ai choisi cette image, découverte grâce à la lettre électronique du Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne, parce que je voudrais bien en savoir plus sur la manière dont Focus a réagi à son passage aux Petites Maisons et ce qu’il pensait des gens qui travaillaient dans cette institution.

Note de lecture: N. Surlapierre, Focus se croyant roi

Nicolas Surlapierre1, Focus se croyant roi, L’art brut existe-t-il ? éd. par L. Bertrand Dorleac et L. Gervereau (Paris, 2019), p. 150-159 (actes du colloque « L’art brut existe-t-il ? » organisé par la Maison John et Eugénie Bost – Fondation John Bost, La Force, Dordogne, les 25, 26 et 27 mars 2019)2

Dans son stimulant article, N. Lapierre insiste justement sur le caractère exceptionnel de la conservation des œuvres de Focus, qui permettraient, selon lui de répondre à la question « d’où vient l’art brut ? »

Il consacre quelques paragraphes au jeu qui se noue entre les dessins de Focus et la culture classique; par exemple, les Renommées qui ornent la partie supérieure de beaucoup de dessins de Focus sont immédiatement identifiables comme telles, mais elles sont perturbatrices par leur caractère sexué, affolant et étrange. Il en est de même avec les images de loups dévoreurs, que l’on rapproche sans peine de la louve romaine tout en étant particulièrement dérangeantes.

Sous le titre « Foucus ou Fucault », Lapierre consacre ensuite quelques réflexions sur l’apport des écrits de Foucault à l’analyse des dessins de Focus: « Face aux dessins de Focus, il est difficile d’oublier Foucault. »3. « Foucault complète la signification de l’intérêt du théâtre dans l’œuvre de Focus » (p. 155)4, qui serait un « symptôme d’une insatisfaction face à la représentation ».

Lapierre voit dans certains éléments des paysages gravés de Focus des prémices de son aliénation, et, inversement, il accorde beaucoup de sens à des dessins de la période de folie de Focus, en leur donnant une valeur esthétique, politique et morale. Je dois avouer que, après la lecture approfondie d’un peu moins d’un quart des dessins de Focus, je ne suis pas convaincu qu’on puisse ainsi leur donner une interprétation systématique et générale, même si, bien sûr, on y trouve des éléments de critique politique ou artistique vis-à-vis des des œuvres et actions de ses contemporains. Trouver ou pas de la cohérence à des saillies, parfois mal comprises, est tout l’enjeu de l’étude et de l’interprétation des feuilles de Focus.

Enfin, Lapierre insiste justement sur l’attention que l’on doit porter à la langue de Focus: ses texte « prennent leur sens dans leur prononciation et même dans leur élocution » (157) 5.

Précurseurs de l’art brut

Au début de son article (p. 152. Apocryphe), Lapierre apporte quelques utiles informations sur des « précurseurs de l’art brut »:

  • Antoine Rabany dit le Zouave (1844-1919)6
Un barbu Muller— CC BY 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=37902474
  • Opicinus de Canistris, cartographies anthropomorphes (1337)7
Opicinus de Canistris, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 6435 , Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=42322363

Envie de lecture après avoir fini cet article

P. Morel, Les Grotesques. Les figures de l’imaginaire dans la peinture italienne de la fin de la Renaissance (Paris, 2001)

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Note de lecture: N. Surlapierre, Focus se croyant roi," in Georges Focus, peintre et fou, 03/03/2021, https://georgesfocus.hypotheses.org/1862.
  1. Directeur des musées de Besançon. []
  2. Bref compte-rendu par Marc Décimo, « Situation de l’Art brut », Critique d’art [En ligne], 53, mis en ligne le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/53885 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.53885. []
  3. Allusion à l’essai de Jean Baudrillard publié en 1976. []
  4. Voir l’article de Brugerolles dans Catalogue p. 241-252. []
  5. Lapierre revient sur « tamperin » pour lequel je propose une interprétation ici et antipaster (Cat. 23) sur lequel je vais bientôt revenir pour suggérer une autre explication que celle donnée dans le Catalogue et reprise par Lapierre. []
  6. B. Montpied, R. Gayraud, L’auteur des « Barbus Müller » démasqué !, Le poignard subtil (avril 2018). []
  7. M. Laharie, Une cartographie à la folie. Le journal d’Opicinus de Canistris, MEFR 119,2 (2007), p. 361-399. Sur ce sujet, on peut aussi lire S. Piron, Dialectique du monstre. Enquête sur Opicino de Canistris (2015); Philippe Maupeu, « Opicinus de Canistris : quand la carte est le territoire », Littératures 78 (2018), mis en ligne le 23 juillet 2019. DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1828. []

Liens du mois (février 2021)

Théophile Bra

Grâce à l’excellent livre Lesage, Simon, Crépin. Peintres, spirites et guérisseurs (Lille, 2019)1, je découvre2 un artiste qui a connu un destin un peu semblable à celui de Focus3.

Théophile Bra (1797-1863) est un sculpteur que l’on peut rapprocher de Focus, car, comme lui, il a reçu une excellent éducation, fait partie des milieux artistiques académiques proches du pouvoir et a eu des problèmes psychiques. Alors qu’il connaissait un certain succès avec des commandes publiques comme la statue de la Colonne de la Déesse de Lille, il entend des voix, a des « extases somnambuliques », souffre de mélancolie et s’intéresse au spiritisme.

La colonne de la Déesse sur la Place du Général de Gaulle à Lille. Photo de Velvet, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24609826

Il tient une sorte de journal et réalise 5000 dessins très curieux, souvent associés à des textes, autre parallèle avec Focus4.

Le « titre » du dessin ci-dessus « Le dessin parle » rappelle aussi la façon dont Focus catégorise ses dessins: « des écritures dessinées« .

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Théophile Bra," in Georges Focus, peintre et fou, 24/02/2021, https://georgesfocus.hypotheses.org/1877.
  1. Sur la scénographie de l’exposition qu’accompagnait cet ouvrage, voir H. Bicocchi, Les “Portraits Debout” de Frédéric Logez, ou une nouvelle manière de dresser des portraits, Voir et penser (Carnet Hypothèses) (6 avril 2020); en juin, on pourra lire Marc Décimo, « Lesage, Simon, Crépin : peintres, spirites et guérisseurs », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/61713. []
  2. En fait, je redécouvre parce que Bra est mentionné dans le Catalogue de l’exposition Focus. []
  3. Voir, par exemple, Yves Gagneux, c.r. de Théophile Bra, Jacques de Caso, André Bigotte et Frank Paul Bowman, L’Évangile rouge dans Revue d’Histoire littéraire de la France 105e Année, No. 4, (OCTOBRE-DÉCEMBRE 2005), pp. 1051-1054. URL: https://www.jstor.org/stable/41494356, avec une discussion de l’opportunité de rattacher ou non cet artiste à l’art but []
  4. Ces dessins sont conservés à la bibliothèque municipale de Douai, mais je n’en ai pas trouvé mention sur le site internet de cette institution: https://www.bm-douai.fr/. []

Annonce de colloque: « La Princesse des Ursins : apprentissage et exercice du pouvoir dans l’Europe de Saint-Simon »

Image du mois (février 2021)

Cornelis Saftleven (1607-1681), Allégorie de la folie humaine, 1629. — Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=99557284

Tableau vu dans l’article d’A. Lafore, Un ensemble de peintures néerlandaises acquis par la Fondation Custodia, La Tribune de l’Art (3 février 2021), qui attire l’attention sur les marottes que tiennent plusieurs caractères du tableau.

Du même peintre, on peut aussi admirer les curieux tableaux suivant: Satire sur les fermiers litigieux (1629), Satire sur le jugement de Johan van Oldenbarnevelt (1663), Collège des animaux (1655) ou Sabbat de sorcières (vers 1650).