“Le mythe Lebrun, entre attaques et critiques”

Je recopie cette annonce de colloque depuis le carnet Le Brun-Lab, auquel je renvoie pour le programme détaillé :

Journées d’études
organisées à l’occasion du 4e centenaire de la naissance de Le Brun par le
Centre Georges Chevrier (Université de Bourgogne, UMR 7366)
et le Centre allemand d’histoire de l’art
16-17 décembre 2019, Centre allemand d’histoire de l’art, Paris
Les colloques dédiés à un artiste à l’occasion d’un anniversaire ont souvent pour objet de construire ou d’alimenter une consécration. Le but de celui-ci est tout autre : il s’agit au contraire d’analyser comment s’est forgée une légende noire. 
Avant même la disparition de Colbert, d’importantes figures de la cour de Louis XIV, comme Louvois, des artistes, comme Pierre Mignard ou Simon Jaillot, cherchèrent à mettre en difficulté l’autorité que Le Brun avait prise dans le domaine des arts. Cette rivalité se transforma en critique acerbe dans les publications de Roger de Piles autour de 1700. Jugées porteuses d’un discours dépassé et officiel, marquées par un coloris tranché perçu comme sans nuances, les œuvres de Le Brun ont souvent servi, depuis Watteau, de repoussoir.
La reconnaissance du peintre par la postérité se réduit-elle aux plafonds du Louvre qui célèbrent l’école française ou aux tableaux d’autel des églises qui, dans tout le territoire, présentent des copies dévotes de ses œuvres ? Dans l’historiographie, Le Brun a rapidement été assimilé à l’absolutisme louisquatorzien comme à l’Académie et à ses prétendus méfaits. Les musées ne rendirent pas toujours justice au peintre de Versailles, préférant montrer les peintres de la réalité, et c’est seulement en 1994 que l’on put revoir les toiles qui avaient fait la célébrité du peintre au XVIIe siècle : les batailles d’Alexandre. 

En partant d’une analyse de la perception actuelle de Le Brun et en remontant aux sources de celle-ci, le colloque entend éclaircir les aléas d’une fortune paradoxale.
Comité scientifique : Olivier Bonfait, Bénédicte Gady, Thomas Kirchner, Gaelle Lafage, Matthieu Lett, Rémi Mathis, Nicolas Milovanovic.

https://lebrunlab.hypotheses.org/443

Liens du mois (novembre 2019)

François-Auguste Biard (1799 – 1882), L’hôpital des fous à Lyon (Huile sur toile, 158,5 x219 cm) , Photo : Galerie De Bayser, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=84014418; le peintre avait fait des visites à l’Hôpital des Antiquailles de Lyon pour se documenter.

Outsider art in a 17th c. Dutch print?

(For the French original entry, with footnotes and references, see Une peinture de fou ou de folle dans une gravure hollandaise ?; I would be grateful for any comment or suggestion to improve my English)

Focus’s drawings are exceptional, but equally remarkable is their survival. Who saved them? Who kept them and transmitted them to the next generation? What did his contemporaries think about them? these are important questions, to which the catalog of the Paris exhibition has begun to answer. However, it is difficult to answer these questions because there are not many written sources on the manner the “art of fools” was considered before the 19th century. Could images, visual sources, help us?

The Rijksmuseum owns a series of prints entitled “Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij”, or “Victim of Possession or of Witchcraft”. Made a little earlier than 1660, they show men or women, 13 in all, who behave strangely. Some of these people seem to be examined by a committee of civil or religious personalities or perhaps of doctors, and they are treated for their troubles, sometimes violently

Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij (nrs. 12-13), ca. 1658, 143 mm × 92 mm; public domain, http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464419

Many of these scenes seem to happen within one and the same building. A detail has drawn my attention to Print 2.

Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij (nr. 2), ca. 1658 , 144 mm × 92 mm; public domain; http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464412

A painting with simple lines is visible on the wall of a room. Chances are slim, because the background of these prints is treated very summarily, as shown by what appears to be a molded cornice below the painting, but I wonder if we could see here the reproduction of an example of art created by one of the mad persons of the establishment and kept by the doctors or inquisitors as part of a dossier or, more simply, as a strange object worthy of interest.

There are not many old representations of drawings or paintings made by mad people. One of the best known is an engraving by William Hogarth, The Interior of Bedlam (Bethlehem Royal Hospital) (1735 [1763]).

William Hogarth, The Interior of Bedlam (Bethlem Royal Hospital), part of A Rake’s Progress (1735 [1763]) (McCormick Library, Northwestern University); public domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=652959

One of the asylum patients is shown drawing on a wall a mixture of complex geometric figures and freestyle graffiti. Moreover, in a room in the back, we can also discern a series of papers pinned to the wall, each containing a circle surmounting what appears to be a line of text, a caption. These drawings remind us of Focus’s “drawn writings”, with their phylacteries. Might they also be drawings made by people suffering from a mental illness? To what extent can this engraving serve as a historical document since scholars agree that the fools represented by Hogarth are stereotypes and unrelated to the everyday life of the asylum?

Hogarth; public domain

This short blog entry is made up of unanswered questions, for which I apologize, but I wished to draw the attention on the possibility that there might be more old drawings made by crazy people than we think.

Une peinture de fou ou de folle dans une gravure hollandaise ?

Les dessins de Focus sont exceptionnels, mais tout aussi remarquable est leur survie. Qui les a sauvés ? Qui les a conservés ? Qu’en pensaient ses contemporains ? sont des questions fascinantes, auxquelles le catalogue de l’exposition de Paris a commencé à répondre. La question est difficile car il n’existe pas beaucoup de sources sur la façon dont l’art des fous était considéré avant le 19e siècle1. Les sources visuelles, les images peuvent-elles nous aider ?

Le Rijksmuseum possède une série de gravures intitulée “Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij”, ou “Victime de possession ou de sorcellerie”. Créées un peu avant 16602, elles montrent des hommes ou des femmes, 13 en tout, au comportement dérangé. Certaines de ces personnes semblent être examinées par un comité, de personnalités civiles et religieuses ou peut-être de médecins, et traitées pour leurs troubles, plus ou moins violemment.

Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij (nrs. 12-13), ca. 1658, h 143 mm × l 92 mm; domaine public, http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464419

Une grande partie de ces scènes semble se dérouler au sein d’un même bâtiment. Un détail a attiré mon attention sur la gravure 2.

Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij (nr. 2), ca. 1658 , h 144 mm × l 92 mm; domaine public; http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464412

On voit dans cette pièce, qu’une large tenture permet d’obscurcir, au mur, un tableau aux traits simplifiés. Les chances sont faibles, car l’arrière-plan de ces gravures est traité très sommairement, comme le montre ce qui semble être une corniche moulurée sous le tableau, mais je me demande si on pourrait voir ici la reproduction sommaire d’un exemple de création faite par un des fous de l’établissement et gardée par les docteurs ou inquisiteurs comme pièce à conviction ou, plus simplement, comme un objet étrange digne d’intérêt.

Il n’existe pas beaucoup de représentations anciennes de dessins ou de tableaux réalisés par des fous. Une des plus connues est une gravure de William Hogarth, The Interior of Bedlam (Bethlem Royal Hospital) (1735 [1763])3.

William Hogarth, The Interior of Bedlam (Bethlem Royal Hospital), gravure du recueil A Rake’s Progress (1735 [1763]) (McCormick Library, Northwestern University); Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=652959

On y voit un des patients de l’asile dessiner sur un mur un mélange de figures géométriques parfois complexes et de graffiti au style plus libre, parmi lesquels on reconnaît un bateau. Toutefois, j’attire l’attention sur le fait que, dans une pièce du fond, on peut aussi discerner une série de papiers punaisés au mur, chacun contenant un cercle surmontant ce qui semble être une ligne de texte, une légende pour le dessin. Ces dessins font naturellement penser aux “écritures dessinées” de Focus, avec leurs phylactères. Seraient-ils eux aussi des œuvres de personnes souffrant d’une maladie mentale ? Dans quelle mesure cette gravure peut-elle servir de document historique puisque les savants s’accordent sur le fait que les fous représentés par Hogarth sont des stéréotypes sans rapport avec la vie quotidienne de l’asile ?

Détail de la gravure de Hogarth; domaine public

Cette courte entrée de carnet n’est constituée que de questions sans réponse, je m’en excuse, mais j’espère avoir soulevé l’espoir qu’il puisse encore exister plus de dessins anciens réalisés par des fous qu’on ne le pense.

  1. Pour un état de la question, voir J.-L. Bourget, « L’art d’un fou est-il de l’art brut ? », Critique, 2019/4 (n° 863), p. 293-306. URL : https://www.cairn.info/revue-critique-2019-4-page-293.htm. []
  2. Elles ont été utilisées pour le livre d’Abraham Palingh, ‘t Afgerukt mom-aansight der tooverye, Jan Rieuwertsz. (I), Amsterdam 1659 , visible ici dans une édition de 1725. []
  3. La peinture originale de Hogarth n’est pas aussi détaillée en ce qui concerne ces dessins []

Liens du mois (Octobre 2019)

Georges Focus dans les Wikipedias

Comme je suis un grand admirateur de l’encyclopédie Wikipedia, à laquelle je contribue à deux titres, individuellement pour mon plaisir et mon instruction, et dans le cadre de mon travail de professeur, pour préparer mes leçons, en particulier leurs illustrations, et comme support d’exercices pour mes étudiants de français langue étrangère (lien vers un fichier PDF), je suis heureux d’apprendre aujourd’hui que ma traduction en anglais de l’article de la Wikipédia française sur Georges Focus a été acceptée sur la Wikipédia en anglais.

J’aurais pu directement créer l’article sans rien demander à qui que ce soit, mais, comme il s’agissait d’une traduction intégrale de l’article français, j’ai préféré passer par une procédure de soumission d’un brouillon pour relecture, qui permettait de respecter clairement la reconnaissance du travail des contributeurs francophones et de m’assurer de la correction de mon anglais. Six semaines environ se sont écoulées entre ma soumission et la publication de l’article; aucune correction ou amélioration substantielle n’a été apportée. Je suis curieux de voir quelle sera l’évolution de l’article.

Liens du mois (Septembre 2019)

Microhistory and Craziness

J’ai le plaisir de pouvoir signaler que mon compte-rendu du catalogue de l’exposition Focus est paru et qu’il est disponible en ligne:

Microhistory and Craziness : Review of Georges Focus. La folie d’un peintre de Louis XIV ed. by E. BRUGEROLLES, Beaux-Arts de Paris éditions(Paris, 2018), ISBN 978-2-84056-544-4, in 研究論集 . Journal of Inquiry and Research 110 (2019), p. 233-237

La web série “Versailles et l’antique”

A l’occasion de recherches pour une brève étude de l’antiquité gréco-romaine dans l’œuvre de Focus, je découvre le site internet et la belle série de vidéos réalisés lors de l’exposition “Versailles et l’antique” en 2012. Comme YouTube ne rend pas facile le visionnement de leur séquence, et que je voudrais rendre hommage à leur qualité, je les place ici, en espérant que cela leur apportera quelques spectateurs supplémentaires.

Liens du mois (août 2019)

Numbers, numbers

The other day I posted on a “page” of this blog the concordance between the numbers of Focus’ drawings s in the collections which host them and their edition number in the beautiful catalog of the exhibition of 2018 (Brugerolles). With the exception of one sheet that is now lost1, all of Focus’ drawings currently known to us belong to two sets: one part is kept at the University of Edinburgh (95 drawings that were bound together in the 19th c.), and the other part is a series of isolated sheets belonging since 1780 to the same French family (30 sheets of drawings, Focus is not the author of 4 or 5 of them, accompanied by separate commentary sheets, probably written in the 18th c. to make Focus’s drawings more palatable).

Title page of Focus’ Recueil de desseins ridicules, © The University of Edinburgh

Focus’s drawings were presented in the 2018 exhibition and edited in its Catalog following a thematic logic, which broke their original archive order. As the two current sets of drawings probably come from a single ensemble, which was separated in the 18th century, and as the original organization of the drawings, if it ever existed, was probably disturbed at the same time, the thematic arrangement and the ensuing Catalog numbering are as good as any other, but it seemed to me that, as a preliminary to an electronic edition of Focus’s texts, it is worth keeping in mind the old organization of the drawings. Maybe it will make it possible to propose new groupings of drawings and new interpretative hypotheses.

The numbers comparison also offers an opportunity to draw attention to the fact that a small number of Focus drawings are precisely dated documents:

Brugerolles Collection Date
111 Edinburgh 32 1692 ?
45 Edinburgh 2 (2) July 24, 1693
68 Paris 9 September 8, 1693
96 Paris 23 November 8, 1693
69 Paris 1 March 18, 1694
70 recto Paris 17 May 26, 1694
85 Edinburgh 15 June 16, 1694

It looks like neither the Edinburgh collection nor the Paris series have been organized or divided chronologically.

Bibliography

E. Brugerolles, Les “mille extravagances” de Georges Focus, in Georges Focus. La folie d’un peintre de Louis XIV (E.B. ed.) (Paris, 2018), p. 81-88, p. 81-83.

(As I am not a native English speaker, any English language correction or clarification is welcome. The French original entry is available here)

  1. Brugerolles 92, ” Ancienne collection Emil Wolf “. []

About this researcher blog on Georges Focus

Georges Focus, who died in 1708, was a French painter who became crazy at the end of his life. He is the author of a bit more than 130 drawings, accompanied by poems, of great technical quality, made while suffering from psychological disorders. These bizarre works are also marked by great erudition and many precise allusions to contemporary personalities and events. They are a source of micro-history for research on 17th century French society, literature and fine arts.

With this researcher blog, I would like to present the research that hopefully will lead to the annotated electronic edition of Focus’ drawings.

Correspondance entre les collections des dessins de Focus et leur édition

J’ai publié aujourd’hui sur une “page” de ce carnet la correspondance entre les numéros des dessins de Focus dans les collections qui les possèdent et leur numéro d’édition dans le beau catalogue de l’exposition de 2018 (Brugerolle). En effet, à l’exception d’une feuille aujourd’hui disparue1, tous les dessins actuellement connus de Focus appartiennent à deux ensembles: un recueil conservé à l’Université d’Édimbourg, relié au 19e s. (95 dessins), et une série de feuillets isolés appartenant depuis 1780 à une famille française (30 feuillets de dessins, 4 ou 5 ne sont pas de Focus, accompagnés de feuilles distinctes sur lesquels ont été écrits, sans doute au 18e s., des commentaires aux dessins de Focus).

Page de titre du Recueil de dessins de Focus conservé à l’Université d’Édimbourg, © The University of Edinburgh

Pour leur donner du sens, les dessins de Focus ont été présentés et édités de façon thématique dans le Catalogue, ce qui a rompu leur ordre codicologique. Comme les deux collections actuelles de dessins proviennent sans doute d’un ensemble unique, qui a été séparé au 18e siècle, et que l’ordre des dessins, s’il a jamais existé, a probablement été perturbé au même moment, l’organisation thématique et la numérotation du Catalogue sont aussi bonnes que n’importe quelle autre, mais il m’a semblé que, en préliminaire à une édition électronique des textes de Focus, il était bon de garder une trace de l’organisation codicologique des dessins. Cela permettra aussi peut-être de proposer de nouveaux groupements de dessins et de nouvelles hypothèses d’interprétation.

C’est aussi l’occasion d’attirer l’attention sur le fait qu’un petit nombre de ces dessins portent une date:

Brugerolles Collection Date
111 Édimbourg 32 1692 ?
45 Édimbourg 2 (2) 24 juillet 1693
68 Paris 9 8 septembre 1693
96 Paris 23 8 novembre 1693
69 Paris 1 18 mars 1694
70 rectoParis 1726 mai 1694
85 Édimbourg 15 16 juin 1694

Le petit tableau ci-dessus semble rapidement montrer que ni le recueil d’Édimbourg ni la série de Paris n’ont été organisés ou divisés de façon chronologique.

Bibliographie

E. Brugerolles, Les “mille extravagances” de Georges Focus, in Georges Focus. La folie d’un peintre de Louis XIV éd. par E.B. (Paris, 2018), p. 81-88, aux p. 81-83.

  1. Brugerolle 92, ” Ancienne collection Emil Wolf “. []

Georges Focus, peintre et fou

Georges Focus, décédé en 1708, est un artiste peintre français qui est devenu fou. On a conservé de lui une centaine de dessins, accompagnés de poèmes, d’une grande qualité technique, réalisés alors qu’il souffrait de troubles psychologiques. Ces œuvres bizarres sont aussi marquées par une grande érudition et des allusions précises à des personnalités et événements contemporains. Elles offrent une source de micro-histoire de la société, de la littérature et des beaux-arts de la France du 17e siècle.

Dans ce carnet, je voudrais présenter les recherches qui mèneront à l’édition électronique commentée de ce corpus de documents.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search