La face du grand Turc (de Focus à Vaugelas)

Georges Focus, Recueil de Desseins Ridicules f 79 r, © The University of Edinburgh

Le dessin Cat. 15 offre une remarquable composition de paysage urbain avec deux tours et d’autres bâtiments cernant un fossé où se donnent deux spectacles de rue. Une foule compacte, dans laquelle Focus s’est représenté, peut en effet admirer un numéro de fildefériste et une pièce de théâtre sur une estrade. A l’avant-plan, on distingue deux motifs récurrents de Focus, le Fleuve, qui se contorsionne pour montrer une blessure dans son dos, et la Louve romaine, qui allaite et cajole Romulus et Rémus.

Ce n’est pas par hasard que ce dessin, particulièrement la tour de droite, fait penser à des vues célèbres de Jacques Callot et Israël Silvestre, car ceux-ci sont nommément mentionnés dans le phylactère de cette feuille. On a l’impression que Focus a voulu rivaliser avec ces deux artistes connus, montrer qu’il est leur égal.

Voici les premières phrases de ce texte:

Hè nomeo Tadeio, le saint ouint

De Silvestre, mon maître, comme prince dauphin

Avec l’aide de Callot après que de chez Ferdinand

Par les préceptes de Montausier

Par la face du grand Turc me rendirent si grand

Que de ma majorité

Les lettres furent vendues

Pour avoir ma vaillance dès ce temps reconnue,

M’ont rendu si illustre avec l’aide des oiseaux

Que j’ai eu la hardiesse de prendre pour moi ces paroles du meco Tadeo, (…)

Georges Focus, texte du dessin Cat. 15, transcrit en français moderne et mis en vers selon les indications de l’auteur.

Dans leur commentaire, les éditeurs du catalogue des dessins de Focus ont bien expliqué que Montausier est « le duc de Montausier (1610-1690), gouverneur du Grand Dauphin à partir de 1668, dont Silvestre était le maître à dessiner » et que « majorité » était à comprendre au sens de « charge de major », qui peut être octroyée par le roi et faire l’objet d’une lettre. Si des éléments restent difficiles à comprendre, comme l’entame du texte et la mention des oiseaux, on garde cependant une impression de rancune et de ressentiment après des engagements non tenus.

Dans cette entrée de carnet, je voudrais parler de l’expression « par la face du grand Turc ». Elle est liée à un passage célèbre de Vaugelas, sur les débats de son époque à propos du caractère approprié ou non de certains mots.

Préface, IX. – 1. Réponse à quelques Écrivains modernes qui ont tâché de décrier le soin de la pureté du langage, et ont étrangement déclamé contre ses partisans.

(…)

Ce qui a trompé ces Messieurs, c’est qu’ils ont confondu deux choses bien différentes, et qui toutefois sont bien aisées à distinguer: l’Usage public, et le caprice des particuliers. À la vérité, de ne vouloir pas dire que quelque chose s’abat (je ne rapporte ici que leurs exemples) à cause de l’allusion ou de l’équivoque qu’il fait avec le Sabbat des Sorciers, ni se servir du mot de pendant, à cause d’un pendant d’épée, et plusieurs autres semblables, j’avoue que cela est ridicule, et digne des épithètes et de la bile de ces Messieurs. Mais il en faut demeurer là, car de passer de la fantaisie d’un particulier à ce que l’Usage a établi, et de blâmer également l’un et l’autre, c’est ne savoir pas la différence qu’il y a entre ces deux choses. Par exemple, ils se plaignent de ce qu’on oserait plus dire face pour visage, si ce n’est en certaines phrases consacrées. Est-ce une chose digne de risée, comme ils la nomment en triomphant sur ce mot, de se soumettre à l’Usage en cela, comme en tout le reste? C’est véritablement une chose digne de risée, qu’on ait commencé à s’en abstenir par une raison si ridicule, et si impertinente, que celle que tout le monde sait, et que ces Messieurs expriment, et l’on en peut dire autant de Poitrine et de quelques autres. Mais cette raison, quoiqu’extravagante et insupportable, a fait néanmoins qu’on s’est abstenu de le dire et de l’écrire, et que par cette discontinuation, qui dure depuis plusieurs années, l’Usage enfin l’a mis hors d’usage pour ce regard. De sorte qu’en même temps que je condamne la raison pour laquelle on nous a ôté ce mot dans cette signification, je ne laisse pas de m’en abstenir, et de dire hardiment qu’il le faut faire, sur peine de passer pour un homme qui ne sait pas sa langue, et qui pèche contre son premier principe qui est l’Usage.

Vaugelas, Remarques sur la langue française, utiles à ceux qui veulent bien parler et bien écrire

Vaugelas donne ainsi l’exemple du mot « face », dont l’usage serait à éviter « par une raison si ridicule, et si impertinente, que celle que tout le monde sait ». Mais quelle est donc cette raison ? Une petite histoire du comte de Caylus va nous permettre de le comprendre:

Mais écoutez le plus beau, mes commères ; par aventure son mari, qui était tout nu sur son lit, parce qu’il faisait grand chaud, et puis ça repose le linge, voyez-vous ; il avait, sauf votre respect mes commères, la face du grand turc tournée de ce côté-là, et comme elle allait se fourrer dans le lit, elle entendit un grand bruit qui vous la fit jeter par terre, en criant de toute sa force : « Ah ! Jésus-Maria ! le coup est tombé » ; mais point du tout, ce n’était qu’un gros pet que Sabot avait fait pour se soulager : aussi se moqua-t-il d’elle il faut voir ; elle voulut se fâcher, mais il se jeta sur elle, sans pourtant [809] vouloir lui faire du mal, et il lui dit comme ça : « va, va, Jacqueline, tu vas voir que petite pluie abat grand vent »

« Le coup de tonnerre » dans Œuvres badines complètes du comte de Caylus, 4e partie, à Amsterdam, et se trouve à Paris, Visse, 1787, t. 10, p. 523-526. Les Écosseuses ou les Œufs de Pâques, seconde partie des Étrennes de la Saint-Jean, seconde édition, Troyes, Vve Oudot, et Paris, chez Duchesne, s. l. n. d. [1739], p. 37-421.

« La face du Grand Turc » signifie donc les fesses ou le cul2, ce qui déteindrait automatiquement sur le mot « face » et en décommanderait l’usage, particulièrement dans les textes poétiques. D’après F. Brunot, cette gêne apparaît vers 1630 et « c’est donc probablement à Malherbe et à son école que remonte cette bizarre proscription »3.

Jean-Jacques Lequeu, Bibliothèque nationale de France, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=22427981, découvert grâce à la catégorie Female buttocks in painting sur Wikimedia Commons.

Les comparaisons entre visage et derrière sont communes, mais pourquoi le Grand Turc ? Pour Ludmila Bovet, « Au XVIIe siècle, les Turcs jouent un rôle important dans l’imaginaire des Européens qui ont à les affronter dans plusieurs batailles. Le Turc symbolise le mécréant, l’ennemi, l’homme brutal et cruel ; le Grand Turc, c’est le nom donné aux sultans de l’Empire ottoman. »4. Certes, les conflits entre Turcs et Européens et le racisme peuvent expliquer cette expression et son succès, mais, à mon avis, son origine vient d’ailleurs, comme le montre cette définition de Furetière.

INVISIBLE : se dit aussi de ceux qui mènent une vie cachée, qui ne veulent pas être vus. Le Grand Turc est invisible à la plus part de ses sujets, il ne se laisse voir que rarement.

Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant generalement tous les mots françois, tant vieux que modernes, & les termes de toutes les sciences et des arts (1690) II p. 376.

A partir de la comparaison courante entre tête et postérieur, quelqu’un s’est amusé avec la réputation de confidentialité du souverain ottoman, exact opposé de l’exhibitionnisme du roi français, et a créé une expression plaisante pour désigner les fesses, qui sont vêtues et invisibles la plupart du temps. Son succès et le fait que Vaugelas en parle montrent que son emploi était socialement connoté car elle forge une certaine complicité douce entre gens bien qui pouvaient comprendre l’allusion.

C’est pourquoi son apparition dans le texte de Focus est surprenante, car elle semble se transformer en juron dans le contexte de ses récriminations et de sa frustration contre ses maîtres dessinateurs.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "La face du grand Turc (de Focus à Vaugelas)," in Georges Focus, peintre et fou, 29/03/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/1484.
  1. Texte recopié depuis La Matière et l’esprit. La littérature scatologique au xviiie siècle éd. par A. Chevrier (Paris, 2018), p. 808-809. []
  2. Voir https://cnrtl.fr/definition/bhvf/face. []
  3. F. Brunot, Histoire de la langue française, des origines à 1900 3, 1-2. La formation de la langue classique (1600-1660). Tome 3, Partie 1 (Paris, 1909-1911), p. 170. []
  4. L. Bovet, Voir le visage en face, Québec français 142 (2006), p. 115–117, à la p. 117. []

Auteur/autrice : Alexis D'Hautcourt

Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.