Que fait Gille le niais chez Focus ?

Je continue ici la présentation du dessin Catalogue 15 entamée précédemment sur ce carnet.

Georges Focus, Recueil de Desseins Ridicules f 79 r, © The University of Edinburgh

Voici la fin du texte du phylactère, qui occupe un peu moins d’un tiers de la hauteur du dessin. Rappelons que dans les premières lignes Focus se compare aux plus prestigieux graveurs français, en résonance avec son dessin qui fait écho à des gravures célèbres de Silvestre et Callot.

(…)

Pour la cassette et les papiers pour le tas de tartuffes1

Ajoutant l’R royal pour l’arc des colletins de bufe,

Ainsi qu’on les appelle du nom de buffetins,

Comme Israël Silvestre, graveur tout des plus fins

M’a donc si bien montré à dessiner pour l’histoire de ma vie.

Je rends au sieur Fausa et à Gille le Niais contre l’envie

À juger par cette œuvre de Jupiter. Théâtre rier

Si l’on pourra mieux rire ni théâtre représenter

Pour rendre comme il faut chaque chose en sa place,

En jugeant de mes blessures et facultés si j’ai du ciel la grâce

Pour pouvoir lui répondre reconnaissant, Dio !

Sans me confondre, hé Gille !, à ton tour nomeo Tadio,

Car avec mon épée j’ai dessiné Paris et Rome,

Et j’ai vu, j’ai vaincu et si j’ai été battu en somme,

ainsi que dit Japhet,

mais c’est par assassin dont voilà mon portrait.

Georges Focus, fin du texte du dessin Cat. 15, transcrit en français moderne et mis en vers selon les indications de l’auteur.

Une nouvelle fois, le caractère extravagant des écritures de Focus est manifeste dans cet extrait, dont beaucoup de points sont difficiles à comprendre. Le texte fait clairement allusion au théâtre, en étroite association de nouveau avec le dessin puisqu’on peut voir une scène de théâtre en plein air sous le phylactère.

Le Tartuffe, la pièce de Molière, est directement concerné par ce passage, par la mention des tartufes et par celle de la cassette, qui renvoie au célèbre acte V de la pièce, comme l’expliquent bien les éditeurs du Catalogue. En outre, la pièce est mentionnée une seconde fois dans le dessin, dans une sorte de jeux de mots visuels, sur un tas de terre dans le fossé où sont posés les tréteaux d’une troupe de théâtre.

Détail du dessin Cat. 15. On peut lire sur un tas de terre: « quasette de tartufe tar deo ». A droite, Focus, reconnaissable à son halo, s’est représenté parmi les spectateurs de la scène de théâtre.

« Gille le Niais » est une autre allusion directe au théâtre2, sur laquelle Focus s’est vraiment attardé, car cette expression a en fait deux significations, que Focus a toutes deux illustrées3. Gille le niais, en effet, peut désigner soit un acrobate fildefériste4, soit un personnage de théâtre de rue. Ainsi, dans la partie inférieure gauche du dessin, on peut admirer un homme qui se laisse périlleusement glisser le long d’une corde tendue depuis la façade d’un bâtiment.

Focus, Détail du dessin Cat. 15. Une petite foule admire le spectacle d’un acrobate fildefériste de rue.

En contrebas de cette scène, Focus a représenté une estrade dressée sur des tréteaux sur laquelle se donne un spectacle.

Détail du dessin Cat. 15. Scène de théâtre en plein air, entourée par une foule de spectateurs. Focus, reconnaissable a son halo se tient au dernier rang.

Outre la mention de Gilles le niais, plusieurs objets présents sur cette scène (la cassette, les petits verres posés sur une table) et l’attitude des acteurs, en particulier la personne de droite brandissant devant la foule un objet similaire à ceux de la table, permet sans équivoque le rapprochement avec d’autres documents.

Théâtre de Gilles le Niais, estampe anonyme, conservée a la Bibliothèque nationale; Fonds Pd-66 des estampes. c. 16205 Reproduction extraite de C.-S. Le Paulmier, L’Orviétan, histoire d’une famille de charlatans du Pont-Neuf aux XVIIe et XVIIIe siècles (Paris, 1893).

L’estampe ci-dessus présente des ressemblances frappantes avec le dessin de Focus: la position de la caisse en fond de scène, l’attitude et les vêtements du personnage qui montre un objet à la foule, le dessin de perspective en toile de fond, le spectateur à droite de la scène qui tend la main vers un acteur. Des inscriptions permettent d’identifier les protagonistes: de gauche à droite, Harlequin, Gazette, Gille le niais, le personnage tendant l’objet n’est pas nommé, Padelle.

A droite de la scène, on peut lire sur une affiche:

« N’avez-vous bourgeoise assistance

jamais congnu Gille le niais

qui se prend par un bon biais

A la chasse de la Finance

Et scay sy bien par un bon mot

Attirer l’argent d’un sot

Par ces farces et ces dialogues

Mais a moins de voir le douzain

Gille le Niais n’a point de drogue

Et donne du chasse cousin » 6

A gauche, sur des planches de bois, se trouve le texte suivant:

Teatre de Gille le niais

où il se vend huile, baume et pomade

mais sans argent point de gambade

ditte tout ce que vous voudrais

et vous assure pour certain

que ceux qui les ont exprouvez

s’en sont extremement bien trouvez

et sont [???] au corps humain

On voit donc que Focus a choisi de représenter une pièce de théâtre public liée à la vente de produits pharmaceutiques, le spectacle servant à attirer les spectateurs et à les divertir avant qu’on leur propose d’acheter des médicaments douteux ou de se faire soigner les dents7 . Argent et tromperie font partie des connotations de ce genre de spectacles. Mais qui est le personnage qui montre à la foule ce qui est sans doute une fiole de produit médical ? Deux autres estampes nous donnent deux solutions différentes: un marchand d’orviétan ou Tabarin.

On connaît les noms de plusieurs vendeurs d’orviétan dans la première moitie du 17e siècle: par exemple, Hieronymo Ferranti et Christophe Contugi10.

L’estrade de l’estampe de Tabarin est surmontée d’une banderole qui porte le texte suivant:

Le monde n’est que tromperie.
Ou du moins charlatanerie :
Nous agitons notre cerveau,
Comme TABARIN son chapeau.
Chacun joue son personnage,
Tel se pense plus que lui saige,
Qui est plus que luy charlatan :
Messieurs, Dieu vous donne bon an.

Il me semble qu’on peut tirer deux conclusions des parallèles au dessin de Focus présentés ci-dessus:

  1. L’image du théâtre de Focus semble inspirée de gravures faites une cinquantaine d’années au moins avant son internement. Tout comme pour le paysage urbain qui la surmonte, Focus s’inspire des travaux de ses prédécesseurs; il n’offre pas une vision personnelle d’un spectacle qu’il aurait lui-même vu. Il faut continuer les recherches pour déterminer si c’est aussi le cas de sa représentation du fildefériste.
  2. Cette image de théâtre est associée à des personnages de charlatans, au concept de tromperie11, ce qui se combine très bien avec la première partie du texte du phylactère où Focus se plaignait de promesses et d’engagements non tenus. Il semble que, malgré les bizarreries et les difficultés du poème de Focus, une grande cohérence de thème se manifeste dans ce dessin et le texte qui l’accompagne; le ressentiment et l’amertume de Focus sont très forts.

Bibliographie non vue

  • Schuwey, Christophe. « Une trajectoire exemplaire au début des années 1660: Antoine Baudeau de Somaize. » Dix-septième siècle 3 (2019): 533-550. 
  • Marks, J. (1998). The Charlatans of the Pont-Neuf. Theatre Research International,23(2), 133-141. doi:10.1017/S0307883300018472
Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Que fait Gille le niais chez Focus ?," in Georges Focus, peintre et fou, 07/04/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/1507.
  1. Texte du dessin: « pour le ta du tartufe » ; je propose une adaptation en français moderne différente de celle du Catalogue. Ses éditeurs proposent: « le ta du Tartufe ». []
  2. Il existe un rapport entre Molière et Gille le niais, car celui-ci joue un rôle dans la pièce d’Antoine Baudeau de Somaize, Les Véritables précieuses. Les Précieuses ou comment l’esprit vint aux femmes. []
  3. Est-il possible que l’image de fildefériste et l’image du théâtre doivent se lire de façon séquentielle, comme une bande dessinée ? On aurait ainsi une image de la situation décrite dans la note suivante. []
  4. Voir par exemple l’emploi de l’expression dans Relation curieuse et remarquable de la pompe royale du jour de la Saint Louis. Ensemble des harangues et cérémonies faites à Notre-Dame et de tout ce qui s’est passé depuis l’heureuse arrivée du Roy jusques à présent (1649), p. 8: « Le lendemain Dimanche, le Roy prit son divertissement comme aussi tous les Princes à voir danser Gilles le Niais sur la corde, & à faire les sauts périlleux, à marcher avec des échasses élevées de six pieds de haut, se promener avec par-dessus les impériales des carrosses, avec un Ballet qui fut fait ensuite par le même Gilles accompagne de Gazette; Tous les spectateurs témoignèrent une grande satisfaction à cet innocent divertissement, puis qu’il est commun à tout le monde. » []
  5. Date proposée par John H. McDowell, Some Pictorial Aspects of Early Mountebank Stages, PMLA 61, 1 (1946), pp. 84-96 (https://www.jstor.org/stable/459220). []
  6. Pour un commentaire de ce texte, voir Sophie Wilma Deierkauf-Holsboer, L’Histoire de la mise en scène dans le théâtre français: de 1600 à 1657 (1933), p. 34. []
  7. Voir P. Baron, Dentistes et théâtre, Actes. Société française d’histoire de l’art dentaire, 2006, 11, p. 16-20. []
  8. On peut lire à gauche: « Teatre et boutique de l’Orvietan / Et de ces seruiteurs domestiques. / Ceux qui le vont uoir le resiousse, / Luy portant de leur argent,
    / Leur baille de son orvietan, / Puis sen retourne fort content. »; à droite: « Messieurs et Dames, l’orviétan est bon contre toute sorte de vénin, contre morsure de beste venimeuse et chiens enrages, contre la peste, contre les vers qui nous mange, contre la petite vérole et autre maux. » []
  9. Date proposée par Sophie Wilma Deierkauf-Holsboer, L’Histoire de la mise en scène dans le théâtre français: de 1600 à 1657 (1933), p. 33. []
  10. Voir, par exemple, C.-S. Le Paulmier, L’Orviétan, histoire d’une famille de charlatans du Pont-Neuf aux XVIIe et XVIIIe siècles (Paris, 1893) . []
  11. Une représentation de théâtre de rue, très similaire à celle-ci, fait aussi partie du dessin Cat. 16; dans le long phylactère de cette feuille, il est fait mention de « l’opérateur Bari »; je reviendrai plus tard sur ce dessin. []

Auteur/autrice : Alexis D'Hautcourt

Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

2 réflexions sur « Que fait Gille le niais chez Focus ? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.