Il a le regard qui tue (et de la mémoire): le portrait de la duchesse de Longueville dans le dessin Cat. 18

Le dessin Cat. 18 est remarquable, entre autres raisons, car il contient la représentation de cinq tableaux (et d’un dessin en cours) dont trois sont identifiés dans le texte. Le peintre Louis Ferdinand Elle (1612-1689), au fond de la pièce, met une dernière touche à un portrait de Saint Jean enfant. Sur le manteau d’une cheminée à gauche, on peut voir un grand portrait en pied de son père, Ferdinand Elle l’Ancien (1580-1637), assis face à un chevalet. Lui font face, sur le mur opposé, une paire de portraits d’un homme et d’une femme d’apparence jeune, et, suspendu à un clou planté dans un pied à roulettes, le portrait d’une femme plus âgée, la duchesse de Longueville. Un jeune enfant, Louis Elle le Jeune (1649-1717), assis sur un bloc de pierre au milieu de la pièce, semble recopier ce dernier portrait sur une feuille de papier posée sur une planche à dessin. Il est observé par son frère aîné, qui pose sa main sur la tête de son cadet. Ce jeu de regards se complète avec le geste du doigt par lequel Focus désigne le portrait de la duchesse, que montre aussi de son épée le Fleuve, assis dans le coin droit inférieur du tableau dans la même position et équipé de la même palette que le grand-père Elle. Sept personnes regardent plus ou moins frontalement la personne qui admire le dessin (et vous devant votre ordinateur): le grand-père Elle, Elle, son épouse, Saint Jean, le jeune couple, la duchesse et le Fleuve.

Georges Focus, Dessin Cat. 18, © The University of Edinburgh.

Outre ce jeu de regards, de diagonales et de correspondances dans le dessin, qui donne l’impression que Focus adolescent a souffert de devoir faire son apprentissage dans l’atmosphère familiale peut-être étouffante des Elle, on peut remarquer d’autres parallèles, qui nous sortent de ce feuillet.

Il se fait que Focus a publié une série de gravures, avant d’avoir été interné aux Petites Maisons, suppose-t-on. Elles représentent toutes des paysages d’Italie, plus ou moins imaginaires, à l’exception notoire d’un petit diptyque montrant Jésus et Saint Jean enfants. Les similarités entre cette gravure et le tableau prétendument peint par Louis Ferdinand Elle dans le dessin Cat. 18 sont frappantes: style, visage poupon de Saint Jean, petite oriflamme, mouton.

Venons-en maintenant au portrait de la duchesse de Longueville, désignée nommément dans le texte de Focus, qui décrit très exactement sa situation dans le dessin.

(…)

Roselmine Longueville, Roxane1 montrée par l’enfant,

Et par le fleuve du Loir à la pointe de son épée,

Monté de sur son loup (…)

Extrait du texte accompagnant le dessin Cat. 18, adapté en français moderne.
Détail du dessin Cat. 18: portrait de la duchesse de Longueville

Le portrait est surmonté d’un petit texte, peu clair2:

louis de bourbon mai

n propre reprand ses ar3

me an sette sorte k

Inscription au-dessus du portrait de la duchesse de Longueville: Louis de Bourbon main propre reprend ses armes en cette sorte k

On est évidemment frappé par les deux couteaux plantés dans ce portrait, celui de gauche semblant être la concrétisation directe du regard de Focus jeté depuis le milieu de la pièce, témoin supplémentaire de l’intensité des sentiments qu’il semble avoir voulu exprimer dans ce dessin.

Il est extrêmement probable que Focus ait rencontré Madame de Longueville lors de son apprentissage dans l’atelier de Ferdinand Elle, car on connaît deux portraits de la main de celui-ci des enfants de la duchesse.

La gravure ci-dessus donne un terminus ante quem pour cette rencontre: 1660; la marquise avait alors 40 ou 41 ans, vivait dans une demi-retraite après l’échec de la Fronde des princes4 et avant la mort de son mari, qui lui donnera l’occasion de rentrer à Paris et de prendre un rôle important dans la vie de Port-Royal.

A cause de sa naissance et de sa participation active à la Fronde, la duchesse de Longueville a été souvent représentée, par des portraits aux caractères très différents allant de la flamboyance glorieuse à la grande modestie. C’est plutôt de ce dernier trait que relève le tableau du dessin de Focus: poitrine couverte, voilette, absence de bijoux ou d’accessoires. On peut le rapprocher de la peinture suivante, conservée au Château de Bussy-Rabutin.

Anonyme (Manière de Philippe de Champaigne), Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=84783864

Il me semble donc que le portrait de la duchesse dans le dessin de Focus est réaliste, dans le sens qu’il est inspiré d’un vrai portrait de cette grande dame, mais anachronique puisqu’il correspond à une phase de la vie de celle-ci postérieure au moment où Focus a pu la rencontrer. Si la mémoire du peintre fou n’est pas parfaite, elle n’en est pas moins remarquable.

Annexe

Pour la comparaison, je reproduis deux autres portraits de la duchesse de Longueville, qui montrent bien différentes étapes de sa représentation.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Il a le regard qui tue (et de la mémoire): le portrait de la duchesse de Longueville dans le dessin Cat. 18," in Georges Focus, peintre et fou, 17/08/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/1670.

Mise à jour

18/8: n. 3 et transcription en français moderne de l’inscription sur le tableau

  1. Je reviendrai ailleurs sur les noms Roselmine et Roxane. []
  2. Voir l’intéressante analyse du Cat. p. 164. []
  3. Catalogue: au. Merci beaucoup à Frédéric Colin qui m’a suggéré cette lecture, renforcée par la comparaison avec les autres groupes de lettres « ar » de la feuille. []
  4. S. VERGNES, Les Amazones de la Fronde, des « hommes nouveaux » au secours de la France ? Héroïsme féminin et restauration morale sous la régence d’Anne d’Autriche In : Hommes nouveaux et femmes nouvelles : De l’Antiquité au XXe siècle [en ligne]. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2015 (généré le 17 août 2020). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pur/90115>. ISBN : 9782753560482. DOI : https://doi.org/10.4000/books.pur.90115, avec la bibliographie antérieure. []
  5. Jean HUBAC, « La duchesse de Longueville », Histoire par l’image [en ligne], consulté le 17 août 2020. URL : http://histoire-image.org/fr/etudes/duchesse-longueville date ce portrait des années 1640. []
  6. J’ai trouvé ce portrait sur le blog suivant: http://www.logpateth.fr/blogpress/?p=172 []

Auteur/autrice : Alexis D'Hautcourt

Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.