Colloque: Bandes dessinées hors-champs / Comics On the Outside

Je recopie l’information suivante parue sur Calenda:

3-4 juin 2021, Université libre de Bruxelles

Argumentaire

Dans sa thèse de doctorat La Bande dessinée et son double, Jean-Christophe Menu avance l’idée de « corpus hors-champ de la bande dessinée » pour décrire « tout un corpus d’œuvres relevant […] indéniablement de son domaine mais qu’elle [la bande dessinée] n’intègre pas dans son Histoire, et donc qu’elle ne reconnaît pas comme partie intégrante de son champ » (2011, 432). Ce colloque a pour ambition de se saisir de cette notion de « corpus hors-champ ». Celle-ci est apte à catalyser divers intérêts de recherche et à faire émerger de nouveaux objets d’études jusqu’alors tenus en marge des discours sur la bande dessinée.

Elargir un corpus

Le hors-champ invite ainsi à élargir un corpus à une série d’objets, d’œuvres, de pratiques situées aux limites et aux marges de ce qui est établi comme champ. (…)

« Bandes dessinées hors-champs », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 14 décembre 2020, https://calenda.org/824222

J’ai écrit la proposition de communication suivante:

Georges Focus (c. 1640-1708), il était fou et ses dessins sont de la bande dessinée ?

Georges Focus est un peintre du 17e siècle, membre de l’Académie royale de peinture, proche du pouvoir de Versailles, qui a été interné pour troubles mentaux à la fin de sa vie. Dans son asile pour malades privilégiés, il a créé une série de dessins marqués autant par son excellente éducation artistique que par sa folie. Plus d’une centaine d’entre eux sont conservés actuellement. Il sera fructueux de les interroger sous le projecteur des études sur les bandes dessinées car ces dessins présentent des similarités avec le 9e art : ils contiennent généralement en leur sein un texte écrit dans un phylactère, qui entretient une relation plus ou moins étroite avec le dessin ; certaines feuilles semblent contenir des éléments séquentiels en leur sein1, et il est possible que des séries de dessins constituent une ou des histoires, que Focus avait conçu un scenario ou des scenarios pour sa série de croquis. La folie de l’artiste, la difficulté conséquente de comprendre textes et dessins et leurs rapports, et le fait que l’ordre original des dessins n’a pas été conservé rendent l’étude de ces points très difficile.

Dans ma présentation, je me propose d’abord de présenter les dessins, leur contexte historique et culturel, et quelques hypothèses d’interprétation en utilisant des analyses issues de l’étude des bandes dessinées. Ensuite et surtout, j’espère recueillir des suggestions des experts présents qui aideront à faire progresser l’analyse de ces feuilles, uniques et extraordinaires, mais aussi particulièrement obscures. Font-elles partie du champ ou du hors champ de la Bande Dessinée ? Faut-il, peut-on répondre à cette question ?

Comme je ne pourrai pas me rendre en Belgique et que le colloque se fera en présentiel, cette proposition n’aboutira peut-être à rien directement pour l’instant, mais je garde l’esprit de cette recherche en tête.

  1. Voir, par exemple, le dessin Cat. 15. []

Auteur/autrice : Alexis D'Hautcourt

Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.