Un reste d’Ovide (?) et du flamand

Focus, Dessin Cat. 22, © The University of Edinburgh

Le texte du phylactère du dessin 22 est divisé en deux parties qui n’ont apparemment pas de lien l’une avec l’autre, seule la deuxième ayant un rapport avec le dessin. Ici, je voudrais brièvement présenter le début du texte et m’attarder sur un mot et une expression, échantillons du panachage linguistique des textes de Focus.

Voici la première colonne du phylactère, retranscrite en français moderne:

Les petits mondes outre-marins de muse de Ovide Nason

Par l’accord1 du babouin triomphent de sur l’azur de mon porte-crayon

parce que le tan perin débrouille le chaos

et qu’aussi et que aussi qu’il se dit Stockholm du depuis que Monaville

Tient le villageois du Denis de en prison

À pique

C’est le village hors les murs de Paris

Pique Denis encore un coup, c’est le village Stockholm moy ne ville goute herberguen avec le fromage

Focus, Phylactere du dessin Cat. 22, c. 1

Comme d’habitude avec les textes de Focus, beaucoup d’éléments restent ici incompréhensibles, mais certains termes peuvent être identifiés. Le poète latin Ovide est explicitement mentionné. Si le lien entre babouin et Ovide me reste mystérieux (toute suggestion est la bienvenue) , dans leur commentaire, M. Cojannot-Le Blanc et Christian Michel notent que le poète traite du thème du Chaos dans ses Métamorphoses. Toutefois, l’expression tan perin ou tanperin du manuscrit n’est pas compréhensible car « Dans les Métamorphoses d’Ovide, c’est Dieu ou la Nature qui débrouille le chaos principal ».

Cependant, je me demande si tanperin ne serait pas la déformation d’un mot de ce poème.

Voici les lignes 49-51 du premier livre des Métamorphoses, avec leur traduction par A.-M. Boxus et J. Poucet:


1, 50
Quarum quae media est, non est habitabilis aestu ;
nix tegit alta duas ; totidem inter utramque locauit
temperiemque dedit mixta cum frigore flamma.


La zone médiane n’est pas habitable à cause de la chaleur ;
une neige épaisse couvre les autres ; et entre ces zones,
il (= Dieu) en plaça deux autres, au climat tempéré, mêlé de froid et de chaud.
Ovide, Métamorphoses I 49-51, recopié depuis le site Bibliotheca Classica Selecta
Illustration d’une édition des Métamorphoses d’Ovide de 1524. Merci http://www.latein-pagina.de/ovid/ovid_m1.htm#4

Je fais donc l’hypothèse que tanperin du texte de Focus est la déformation de temperiem du texte d’Ovide. Temperies, « la fraîcheur » ou « la modération » selon le contexte, est un mot assez courant du latin du Moyen-Age ou de la Renaissance2.

Focus utilise une expression d’une autre langue dans son texte français, à la fin de l’extrait présenté ici: « goute herberguen ». Il s’agit sans doute de mots flamands, et cela signifie, je pense, « bon accueil » ou « bien accueillir ». On peut imaginer que Focus l’a reprise de la bouche du Monaville qu’il nomme quelques lignes plus haut. Comme les éditeurs du catalogue l’ont indiqué, il s’agit de François Monnaville, un peintre né à Bruxelles et installé à Rome depuis les années 1660 jusqu’à sa mort au début du 18e siècle. Il est très probable que Focus l’a côtoyé lors de son séjour romain3 et il est possible qu’il le connaissait depuis le séjour du peintre bruxellois à Paris avant son départ pour l’Italie. A mes oreilles, « goute herberguen avec le fromage » sonne brusseleir du XXe siècle, et je l’imagine sans mal dans une chanson de Jacques Brel.

La mention de Monnaville explique aussi celle de Stockholm; il s’agit ici sans doute d’une allusion à la reine Christine de Suède, dont Monnaville dressera en 1697 le catalogue de la collection de dessins4 mais qu’il connaissait auparavant, j’ignore depuis quand.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Un reste d’Ovide (?) et du flamand," in Georges Focus, peintre et fou, 09/02/2021, https://georgesfocus.hypotheses.org/1845.
  1. Manuscrit: la cored, avec le e barré d’un trait. Il n’est pas exclu qu’il faille comprendre « la corde », ce qui ferait un lien avec la deuxième partie du texte et le dessin. []
  2. Ainsi, on le retrouve, par exemple, dans la séquence de la liturgie catholique Veni Sancte Spiritus. Voir l’anecote amusante sur sa prononciation dans P. Cibois, La prononciation du latin (2) : le chant, La question du latin (= Carnet Hypothèses) (11 décembre 2011). []
  3. Voir la mention de son nom au dos du dessin Cat. 29. []
  4. Voir B. Toscano, Due grandi tele romane del Seicent, Palazzo Caetani 1 (2013), p. 20-24. []

Auteur/autrice : Alexis D'Hautcourt

Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.