Note de lecture: N. Surlapierre, Focus se croyant roi

Nicolas Surlapierre1, Focus se croyant roi, L’art brut existe-t-il ? éd. par L. Bertrand Dorleac et L. Gervereau (Paris, 2019), p. 150-159 (actes du colloque « L’art brut existe-t-il ? » organisé par la Maison John et Eugénie Bost – Fondation John Bost, La Force, Dordogne, les 25, 26 et 27 mars 2019)2

Dans son stimulant article, N. Lapierre insiste justement sur le caractère exceptionnel de la conservation des œuvres de Focus, qui permettraient, selon lui de répondre à la question « d’où vient l’art brut ? »

Il consacre quelques paragraphes au jeu qui se noue entre les dessins de Focus et la culture classique; par exemple, les Renommées qui ornent la partie supérieure de beaucoup de dessins de Focus sont immédiatement identifiables comme telles, mais elles sont perturbatrices par leur caractère sexué, affolant et étrange. Il en est de même avec les images de loups dévoreurs, que l’on rapproche sans peine de la louve romaine tout en étant particulièrement dérangeantes.

Sous le titre « Foucus ou Fucault », Lapierre consacre ensuite quelques réflexions sur l’apport des écrits de Foucault à l’analyse des dessins de Focus: « Face aux dessins de Focus, il est difficile d’oublier Foucault. »3. « Foucault complète la signification de l’intérêt du théâtre dans l’œuvre de Focus » (p. 155)4, qui serait un « symptôme d’une insatisfaction face à la représentation ».

Lapierre voit dans certains éléments des paysages gravés de Focus des prémices de son aliénation, et, inversement, il accorde beaucoup de sens à des dessins de la période de folie de Focus, en leur donnant une valeur esthétique, politique et morale. Je dois avouer que, après la lecture approfondie d’un peu moins d’un quart des dessins de Focus, je ne suis pas convaincu qu’on puisse ainsi leur donner une interprétation systématique et générale, même si, bien sûr, on y trouve des éléments de critique politique ou artistique vis-à-vis des des œuvres et actions de ses contemporains. Trouver ou pas de la cohérence à des saillies, parfois mal comprises, est tout l’enjeu de l’étude et de l’interprétation des feuilles de Focus.

Enfin, Lapierre insiste justement sur l’attention que l’on doit porter à la langue de Focus: ses texte « prennent leur sens dans leur prononciation et même dans leur élocution » (157) 5.

Précurseurs de l’art brut

Au début de son article (p. 152. Apocryphe), Lapierre apporte quelques utiles informations sur des « précurseurs de l’art brut »:

  • Antoine Rabany dit le Zouave (1844-1919)6
Un barbu Muller— CC BY 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=37902474
  • Opicinus de Canistris, cartographies anthropomorphes (1337)7
Opicinus de Canistris, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 6435 , Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=42322363

Envie de lecture après avoir fini cet article

P. Morel, Les Grotesques. Les figures de l’imaginaire dans la peinture italienne de la fin de la Renaissance (Paris, 2001)

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Note de lecture: N. Surlapierre, Focus se croyant roi," in Georges Focus, peintre et fou, 03/03/2021, https://georgesfocus.hypotheses.org/1862.
  1. Directeur des musées de Besançon. []
  2. Bref compte-rendu par Marc Décimo, « Situation de l’Art brut », Critique d’art [En ligne], 53, mis en ligne le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/53885 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.53885. []
  3. Allusion à l’essai de Jean Baudrillard publié en 1976. []
  4. Voir l’article de Brugerolles dans Catalogue p. 241-252. []
  5. Lapierre revient sur « tamperin » pour lequel je propose une interprétation ici et antipaster (Cat. 23) sur lequel je vais bientôt revenir pour suggérer une autre explication que celle donnée dans le Catalogue et reprise par Lapierre. []
  6. B. Montpied, R. Gayraud, L’auteur des « Barbus Müller » démasqué !, Le poignard subtil (avril 2018). []
  7. M. Laharie, Une cartographie à la folie. Le journal d’Opicinus de Canistris, MEFR 119,2 (2007), p. 361-399. Sur ce sujet, on peut aussi lire S. Piron, Dialectique du monstre. Enquête sur Opicino de Canistris (2015); Philippe Maupeu, « Opicinus de Canistris : quand la carte est le territoire », Littératures 78 (2018), mis en ligne le 23 juillet 2019. DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1828. []

Auteur/autrice : Alexis D'Hautcourt

Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.