D’une pierre deux coups ? Une chouette à cheval, Louis XIV et Charles Le Brun

Voici le dessin Cat. 27 de Georges Focus:

Georges Focus, Cat. 27. (= Recueil de Desseins Ridicules par le nomme Foque … f. 82r; University of Edinburgh)

Focus, à droite, reconnaissable à son halo, assiste à une course de chevaux non montés dans une longue rue droite, que l’on peut identifier au Corso de Rome. Les auteurs du Catalogue y voient très justement la course des chevaux barbes qui avait lieu pendant le carnaval.

Voici le texte du phylactère, présenté en graphie moderne et en respectant les rimes.

(1) Io son dato Gillio. Io trovo nel Bruno il mio più chiaro il nuomo
Questo mio sole pittore sta l’unico gentiluòmo.
Je trouve dans le brun sur la brune mon nom tout le plus clair
Et pour servir un roi, je cours comme un éclair
(5) Et je porte sur mon dos ce roi qui est sans pareil
Parce que je suis avec lui le jour tout un autre soleil.
Je m’appelle Le Brun un coursier indomptable
Et celui de Boileau à moi n’est comparable.
Aux courses des ânes et cavales et buffle,
(10) M’accouplant avec eux, avec elle l’on ne me perce le mufle,
Parce que je ne suis rétif pour bien souffler la cornemuse.
Aux unions cornalles, je suis aimé des Muses.
Je possède les Grâces tout autant que je veux. Elles me donnent aussi de leur main blanche avec mon avoine des dattes à manger.
(15) Et dedans mon picotin de l’Idumée l’on met les rejetons de palmier.
Au lieu de coloquinte, l’on me donne de la casse
(17) Pour me purger dont jamais je ne me lasse.

Georges Focus, Cat. 27

Comme toujours avec Focus, comprendre entièrement le texte ne semble pas possible, mais on y décerne une certaine logique, en particulier dans son rapport avec l’image. Les mots sont prononcés par un cheval appelé, à cause de sa couleur Le Brun, ce qui l’associe au fameux peintre. Il porte le roi, ce qui permet de l’identifier avec le cheval qui porte sur son dos un hibou ou une chouette dans le dessin. Ensuite, le cheval se vante de ses nombreux accouplements avec d’autres animaux (ânes, chevaux et buffle), qui font de nombreux cocus; il se réjouit de ses rapports avec les Muses et les Grâces et finit sa présentation en détaillant son régime alimentaire et médical, constitué de fruits et légumes purgatifs. Le roi est explicitement comparé au soleil, et le hibou est donc Louis XIV. Sur la gauche du dessin, le Temps, aidé d’un assistant, fait le portrait du hibou-roi dans un tableau ovale. La couronne solaire de ce portrait confirme l’identification avec Louis XIV. C’est un plaisant oxymore de faire d’un hibou le roi-soleil.

Détail du dessin Cat. 27

La chouette et le hibou ne sont généralement pas des animaux associés à la royauté1. Il faut donc s’interroger sur la présence de ce rapace nocturne ici.

Comme la chouette est l’oiseau associé à Minerve, déesse de la sagesse et de la modération, on la retrouve dans de nombreuses peintures ou images célébrant le pouvoir de Louis XIV, dont naturellement dans des œuvres de Charles Le Brun. Par exemple, on la voit sur le casque de Minerve dans le célèbre tableau de la Galerie des Glaces, Le Roi gouverné par lui-même, 1661 (réalisé en 1678)2.

On retrouve ainsi la chouette aussi sur des médailles commémoratives, par exemple pour la prise de Fribourg en Brigaw, en 1677 (ci-dessous), mais aussi pour des occasions non liées à la guerre3.

Médailles sur les principaux événements du règne de Louis le Grand, avec des explications historiques (Paris, 1702), p. 166.

Si la signification de la chouette est claire dans toutes ces images, l’oiseau n’y joue qu’un rôle secondaire qui ne semble pas suffisant pour expliquer sa présence double et bien visible dans le dessin de Focus4

On peut alors se tourner vers un autre aspect de l’œuvre de Le Brun: la physiognomonie. En 1668, il prononce devant l’Académie des conférences sur la l’expression des passions humaine, et il publie des illustrations explicatives en accompagnement de ses leçons. Le 26 mars 1671, il prononce devant le même public un discours sur la physiognomonie (Physiognomonie de l’homme dans ses rapports avec celle des animaux), mais, cette fois, son texte n’est pas publié: on n’en connaît le propos que par des résumés5, mais aussi par une série de dessins de Le Brun lui-même, qui seront adaptés en gravure et publiés à maintes reprises à partir de 1806. Dans ses dessins, Le Brun étudie notamment des portraits antiques d’hommes célèbres, dont les traits, selon lui, pourraient être associés à leur caractère, ainsi que, ce qui nous intéresse ici, les relations entre les traits humains et animaux6. Il dessine ainsi une extraordinaire série d’images parallèles montrant les relations entre le visage de l’homme et la face du chameau, du cheval, du singe …7

Une de ces illustrations “zoomorphologiques” est consacrée aux relations entre l’homme et le chat-huant (oiseau appelé aussi chouette hulotte)8

Source de l’image: https://commons.wikimedia.org/wiki/File:The_relation_between_the_human_physiognomy_and_that_of_the_Wellcome_L0010070.jpg. Copyrighted work available under Creative Commons Attribution only licence CC BY 4.0 http://creativecommons.org/licenses/by/4.0/

On s’interroge naturellement sur la différence de mise en valeur entre ces deux conférences: pourquoi Le Brun n’a-t-il pas publié sa deuxième conférence et ses si beaux dessins ? L’explication généralement proposée est qu’il s’est rendu compte du caractère dangereux qu’ils pouvaient avoir pour lui, car il était facile de les exploiter à des fins de caricature et qu’il y avait risque que de puissantes personnes se reconnaissent ou soient reconnues dans le miroir animalier que Le Brun avait créé9 . La carrière d’un artiste de cour est toujours en périlleux équilibre.

Je propose donc en conclusion de cette brève étude que le dessin de Focus ci-dessus confirmerait cette explication et montrerait que les craintes de Le Brun étaient bien fondées. Focus, inconscient des risques qu’il prenait ou profitant de l’immunité que lui offrait son état de malade mental hospitalisé, en un seul dessin commenté, s’attaque à deux cibles: il représente le roi en hibou, joue sur son association avec le soleil et se moque des travaux physiognomoniques de Le Brun10.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "D’une pierre deux coups ? Une chouette à cheval, Louis XIV et Charles Le Brun," in Georges Focus, peintre et fou, 26/11/2021, https://georgesfocus.hypotheses.org/2086.
  1. Voir, par exemple, la fable de La Fontaine, “L’aigle et le hibou”, dans laquelle l’aigle est le symbole de la royauté et le hibou peut être comparé à un opposant au roi: cf. le commentaire de J.-P. Collinet, dans l’Édition Pléiade (2021), p. 1013. []
  2. On reconnaît aussi cet oiseau sur le casque de la déesse dans le dessin Le retour de la campagne de Flandre, qui a servi de frontispice pour la thèse de philosophie de Jean-Baptiste Colbert, marquis de Seignelay, fils du ministre, soutenue le 29 août 1668 au collège de Clermont et dédiée à Louis XIV; voir G. Sabatier, La gloire du roi. Iconographie de Louis XIV de 1661 à 1672. In: Histoire, économie et société, 2000, 19ᵉ année, n°4, pp. 527-560. DOI : https://doi.org/10.3406/hes.2000.2134. Une autre chouette sur un casque pour une illustration de la thèse de théologie en Sorbonne d’Emmanuel-Théodose de La Tour d’Auvergne, abbé de Bouillon,
    présidée par Paul-Philippe Hardouin de Péréfixe, gravée par Nicolas de Poilly d’après Charles Le Brun et François Chauveau; voir V. Meyer, Pour la plus glande gloire du roi. Louis XIV en thèses (Rennes-Versailles, 2017), no. 46. []
  3. Voir, par exemple, les médailles de la collection du Palais des Beaux-Arts de Lille. []
  4. Pour une autre chouette de Minerve, en stuc, sur un plan de Le Brun, voir Bénédicte Garnier et Françoise de La Moureyre, « La folle course de Charles Le Brun dans le Grand Salon de Vaux-le-Vicomte », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne] (2017), mis en ligne le 22 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14530 ; DOI : https://doi.org/10.4000/crcv.14530, fig. 19. Une chouette dans une scène nocturne par Le Brun: La Nuit dit aussi Diane. []
  5. Par exemple, Conférence de Monsieur le Brun, premier peintre du Roi de France, chancelier & directeur de l’Académie de Peinture et Sculpture, sur l’expression générale et particulière des passions, enrichie de figures gravées par B. Picart (1713), p. 55-61. []
  6. Pour une brève présentation bien illustrée, voir Utpictura18, Le Brun, Physionomie de l’homme et ses rapports avec celle des animaux (sans date). []
  7. Pour une analyse contextualisée de ces dessins, voir Laure Joyeux, Les animalités de l’art : modalités et enjeux de la figure animale contemporaine et actuelle. Art et histoire de l’art. Université Michel de Montaigne – Bordeaux III, 2013.
    NNT : 2013BOR30012. tel-00937248, p. 81-85. []
  8. Les deux dessins de Le Brun rassemblés dans cette composition gravée sont conservés au Louvre: NV28112-recto-folio53 et INV28113-recto-folio53 . Voir aussi le dessin Deux têtes d’hommes en relation avec le chat-huant et une avec le perroquet. La notice du dessin INV 28114, Recto donne des informations sur le ‘dossier’ consacré au chat-huant (cf. Inv. 28110 à 28116). Je n’ai pas réussi à identifier la provenance exacte du splendide dessin visible sur cette page, alors je ne le reproduis pas ici, mais l’envie ne m’en manque pas. []
  9. Voir ainsi les commentaires de la Dissertation sur un traité de Charles Le Brun, concernant le rapport de la physionomie humaine avec celle des animaux (1806), p. III et XII. []
  10. Coïncidence ou pas ? Les animaux auxquels le cheval Le Brun s’accouple sont aussi représentés dans sa série de dessins physiognomoniques. []

Auteur/autrice : Alexis D'Hautcourt

Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Une réflexion sur « D’une pierre deux coups ? Une chouette à cheval, Louis XIV et Charles Le Brun »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.