Dessin Cat. 29 (1. Présentation générale, où l’on parle du carnaval de Rome)

Le Dessin Catalogue 29 est un de ceux qui nous sont parvenus lisibles dans leur entièreté, car il fait partie de la collection privée de Paris, la deuxième source des dessins conservés de Focus. Il n’a donc pas été collé sur une feuille de cahier comme les dessins de l’album de l’Université d’Édimbourg, mais il donne à voir et lire les deux côtés de sa feuille d’origine. Je vais y consacrer plusieurs billets dans les jours qui suivent.

Le recto offre une scène de défilé de chars du carnaval de Rome, auquel Focus, reconnaissable à son halo, à droite du dessin, assiste. Le recto contient deux textes, le premier sur un phylactère cloué sur le char, le second sur un sac au dos du loup ailé dans le coin inférieur droit. Des phrases isolées sont aussi visibles dans les marges inférieures et latérales.

Le verso, entièrement écrit, contient également deux textes principaux auxquels s’ajoutent quelques phrases. Il présente une mise en page avec un premier texte écrit dans un rectangle, situé au centre de la moitié supérieure de la page; et un deuxième texte écrit autour du premier. Cette disposition en cases se retrouve par exemple au verso du dessin Cat. 70, reproduit p. 426, et cela va évidemment nourrir mes réflexions sur les rapports entre les dessins de Focus et le genre de la bande dessinée.

La scène du dessin peut être identifiée comme un moment du carnaval de Rome grâce à des éléments du texte du premier phylactère du recto, une comparaison avec d’autres dessins de Focus, mais aussi d’autres documents iconographiques, comme un dessin représentant le char des artistes français au Carnaval de Rome en 1748, appelé “Caravanne du Sultan à la Mecque” .

Le char des artistes français au Carnaval de Rome en 1748, dessiné par Vien (gravure de 1842 parue dans le Magasin pittoresque, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=6841585

On y voit des étudiants de l’Académie de France à Rome déguisés en Turcs ou autres personnages “orientaux”. Joseph-Marie Vien a tiré de ce char de 1748 une série remarquable de portraits, que l’on peut admirer sur Gallica1. En voici la page de titre, dans laquelle il remercie le directeur de l’Académie royale de France à Rome, Jean-François de Troy pour ses conseils et son financement:

Joseph Vien, Caravane du Sultan à la Mecque : mascarade turque faite à Rome par Messieurs les pensionnaires de l’Académie de France et leurs amis au carnaval de l’année 1748, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, 4-PD-79, https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8452132c

Le char de 1748 semble d’inscrire dans une tradition thématique qui remonte au moins au temps du séjour de Focus à Rome. En effet, voici ce qu’on peut lire dans la Gazette en 1667:

De Rome, le 7 mars 1667

Notre carnaval se serait passé avec des réjouissances fort communes, si le duc de Chaunes, Ambassadeur extraordinaire du Roi très chrétien, ne l’eut terminé d’une manière des plus galantes: car non content d’avoir donné tous les jours, pendant un mois, le Divertissement de la Comédie, il donna celui d’une Mascarade, tout a fait agréable. C’étaient les douze Sibylles, qui, sur un char de triomphe, très magnifique, prédisaient la destruction de l’empire ottoman, à Pallas2 , laquelle représentait la France, élevée sur un trône, à la hauteur des premiers étages des maisons de cette ville ayant à ses pieds un croissant. Cette superbe machine, environnée de quarante estafiers, vêtus en Maures, était précédée de la Renommée, avec douze estafiers, les pages dudit ambassadeur, les écuyers en tête, au devant desquels marchaient quatre trompettes, très bien montés et habillés, suivis de quatre carrosses, en forme de char, rempli de beaux masques, et passa ainsi au milieu de deux rangs de carrosses, les Sibylles jetant si grandes quantité de confitures et de dragées que la rue du Cours en était couverte. Tous les Romains en eurent une telle satisfaction qu’ils criaient incessamment Vive le roi et Vive la France, demeurant d’accord que depuis longtemps il ne s’était rien vu de plus beau …

Gazette 37 (1667), p. 290-291 (Orthographe et grammaire modernisées)

Il ne fait pas de doute que Focus ait représenté dans le dessin Cat. 29 un souvenir de cette “Mascarade”. Si les étudiants peintres français de l’Académie y ont participé, cela donne à cette image une tournure plus personnelle, encore renforcée par le statut d’observateur de Focus, laissé de côté sur le bord du Corso3.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Dessin Cat. 29 (1. Présentation générale, où l’on parle du carnaval de Rome)," in Georges Focus, peintre et fou, 01/02/2022, https://georgesfocus.hypotheses.org/2248.
  1. Merci au blog Orion en aéroplane, La mascarade turque des pensionnaires de l’Académie de France à Rome, en 1748 (13 mai 2012) pour cette découverte. []
  2. Cette mention d’Athéna va alimenter la réflexion sur le hibou du dessin Cat. 27. []
  3. Comme l’a rappelé l’exemple récent du char antisémite du carnaval d’Alost, un carnaval n’est pas toujours amusement innocent. Pour celui de Rome, voir M. Boiteux, Les Juifs dans le Carnaval de la Rome moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Age, Temps modernes, tome 88, n°2 (1976), pp. 745-787. DOI : https://doi.org/10.3406/mefr.1976.2371. []

Auteur/autrice : Alexis D'Hautcourt

Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Une réflexion sur « Dessin Cat. 29 (1. Présentation générale, où l’on parle du carnaval de Rome) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search