Dessin Cat. 29 (6. Verso Textes 2, 3, 4: impuissance de l’historien et nouvelles allusions à Molière)

Alors que Focus avait rédigé une étiquette invitants ses lecteurs au jeu d’interprétation de son dessin, plus tard, il ajoute, en écrivant tout autour de son premier texte, une longue série de phrases. L’a-t-il fait spontanément ? combien de temps après sa première présentation ? Est-ce le fruit d’interrogations par d’autres personnes, un autre patient, un membre du personnel des Petites Maisons, un ou une visiteuse ? Nous n’en n’avons aucune idée.

Voici son texte, que je livre aux lectrices et lecteurs afin de montrer brut le matériau avec lequel nous travaillons, reconnaître mon impuissance à en extraire beaucoup de sens et exprimer l’espoir que cela suscitera des suggestions de gens plus compétents que moi (A gauche, l’édition du texte; à droite, une transcription en français moderne.

Après le texte, j’essaierai d’en tirer quelques commentaires (Les nombres en gras ont été ajoutés pour faciliter la présentation ci-dessous).

Se Monsieur de la houe patisié resamble au Grand Girar à la perseveranse du seau è quan ra da a chotar fouché é monaville arome sesit est pour deus auvalle coma des de pris de vin sinq franqs quil ma laisé sequi ale qu dor silvaistre nocret dofin est honteus pour un Gua qui se mintient seul delui faire faire de tels ouvrage pour les lui laiser pour les fair vis par les assosie du scribe tou couver de plieume le romaniste demaras aprais auoir ro gne les deus pistolle de profit pour auter le bois dhiver dont Desins sont faits pour avoir a pollon e dafné de la mort de faheton par desur le marché lors que eun maquereau a qua tre chartée de bois parses acords de volleurs pourse chaufer a nais comme sela aist preu vè parlebureau da draisse dela quanaille bougraille de regnadots vandu au du rius qulle alansansoué delorleante pour lirreligion delateisme dela parante du br eun qui volle le cornet delansansoué é qui eloignède doner delansans ansacrifiseadi par quahin vient demander sachè de Jonaschin an Jonas é la manger par vous de quahin dans la guorge du dieu bien louen d an faire le sacrifise dabraham dont Je cher ches dans un peisage que Je pegniois sette nuit le peti zig zag qui avoit eune petite quille de feu pour lesacrifise Je pegnoi s eun chemin de mon colori qui mõ toitsureune hauteu r senaist pas sans raison que monsieur lebreun a refuse le peage du ridico debet Surle pont de neuilli è puis quil est de sette religion è que madame de villesavin est si chiche de vin é puis qeune chopine est reprochéé au fis de dieu é queson père a coups de tonne re le la redemandéé sequelonluia refusè bien louenausit delui an ofrir an ofrande a lautel ou de lui an presanter an ofrande se qui montre que la piere de ST denis es misean division a lan contre de Hanri parsequelonsait mieus rire quelui an mépris lepéé daufine par nisefora e diaforas durius qulle demaras quauenas quandasse ni tocris ester sa bata siria regina par le moien deson pluton a toupris è quesaqueman sest randue la maitraise au mépris de sette épéé tiréé a Villefranche pour leurser vise deson parti quesette ville de provanse au mépris deson non de nise qui vien danit par eunesinature voléé de nise pour sin esin an anagrame aie par le vol qui an a aite fait au fis du pousin leve ase fis victorieus lavantagedantrer dedans eun for qui se couvre delui ou le consille de nise è de niséé sest tenu le meprisant qu que primitif evaisque au Jour dui des nits nomè pape fis dedieu daufin de franse légitime segnieur que par la parante du Roi desire de le gouverneur de villefran che le lait reguarde comeun passant ome de Rien se qui aist plus que honteus pour eus è pouis que tout le siel est pour sonacsion raisonemant randu Juste au platane dit quaroubié il i a eune pique è mais dens desettenuit deune rude amazausne se nonobstant qui est sa cousine Cristine Raisne de Suede d’où il est résulte les vissions que voisit ansuite si je chope de quelque chause sauste quelque lettre il faut me l’exquser quar les desins suppleent au defaust e s’est ici le past[é] des Turqs du pinse Pamfilio avaiq ses aderans danton dantan d’Antoni naist Anton pour soufler et boursoufler les boudins bien gros bien gras et bien antripailles, ainsi que dit Mauliere pour Monfleuri, hors sa mageaiste de Suede Cristine di hair au soir pour quelque chansons joues de sur mon sabot-lut a ma mode non pas de metode comme les austres parse que l’ordre des cordes i aist change qui lui plure par la congecture que je tire de l’ampraisement que sa maigeaiste ut pour une pique que je ne pus pas maitre au landemen comme je fais d’ordinaire pour touieurs les maimes raison diabolique deduitte tant de fois enfin elle me pressa é me comanda dans l’acsion que je la regardase ce que je ne pouvois faire a quause de la condi du cochemare que fagove pente du Brun a la coupe de Sceaus qui aitoit devant mes ieus avaiq son parans le Rouseau di bouche et chapellie tout ansamble qui lui ressamble maisle dans toute sette brouillerie dont l’on vaira au Bouticour qu’il s’aproche de sette hideus confusion nocturne de fason que le resantimant de cette princesse l’anportoit sur la vision ne la pouvant voir qu’an pansee que après le coup turque j’us la vision que j’etois dans eune salle ou je mangeois en faiste avaiq d’austres et qu’ansuite sette salle se ramplit d’eun lit a courtepointe de tapiserie comme selui-la de Van Opstal a Josse du quan et que j’etois vetu de noir an ma[n]teau que j’avois oublie mon chap[*] et mon lut oblige de retourner sur mais pas que je voulois prandre le chemin de St. Jacques du hautpas, que je me treuve anguage sur le soir dans deux entrees de bois de petits bou taillis come aus derriaire des Guobelins é qui j’i fus même more bande qui ansui[te] eune vision de l’Arigonie pique est du dessus d’eune table ou il i avoit un paste d’erquiste é eun grosse mouche noire qui ponpoit dedans sa trompe ci qu’il a[i]toit avaiq eune grosse ecrivisse aussi grose qu’eune langouste qui mangeoit se paste ou je me suis fasche je pris qualque baton que j’avois prais de moi pour doner eun coup que je doné é que je la jaitee auprès du feu ou il s’est trouve eune chienlit de Monsieur Charlier. Il reste a dire que je mis a la premiere la men sur eune dame for char[nu]e é fort grasse qu’il y avoit des dans qroutes d’elle des filles et fames de sa connais[sance ?] se qui nous mit au pas Colas.(1) Ce Monsieur de la Houe, pâtissier, ressemble au Grand Girard, à la persévérance du seau, et quanrada à Chotard, Fouché et Monaville à Rome. Ceci est pour deux ovales comma[n]dés de prix de vingt-cinq francs qu’il m’a laissés, ce qui a l’écu d’or, Silvestre, Nocret, Dauphin, est honteux pour un gars qui se maintient seul, de lui faire faire de tels ouvrages pour les lui laisser pour les faire vis par les associés du scribe tout couvert de plumes, le romaniste Demaras, après avoir rogné les deux pistoles de profit pour ôter le bois d’hiver dont dessins sont faits pour avoir Apollon et Daphné de la mort de Phaéton par-dessus le marché lorsqu’un maquereau a quatre charretées de bois par ses accords de voleur pour se chauffer.       (2) Anets, comme cela est prouvé par le bureau d’adresse de la canaille, bougraille de Renaudot, vendu au durius cul, à l’encensoir de l’orléante pour l’irreligion de l’athéisme de la parente du Brun qui vole le cornet de l’encensoir et qui, éloigné de donner de l’encens en sacrifice à Dipar Caïn, vient demander sachet de jonaschine en Jonas et la manger par vous de Caïn dans la gorge du dieu bien loin d’en faire le sacrifice d’Abraham dont je cherche dans un paysage que je peignais cette nuit le petit zig zag qui avait une petite quille de feu pour le sacrifice. Je peignais un chemin de mon coloris qui montait sur une hauteur ; ce n’est pas sans raison que monsieur Le Brun a refusé le paysage du rideco debet sur le pont de Neuilly et, puisqu’il est de cette religion et que Madame de Villesavin est si chiche de vin et puisqu’une chopine est reprochée au fils de dieu et que son père à coups de tonnerre le l’a redemandée, ce qu’on lui a refusé, bien loin aussi de lui en offrir en offrande à l’autel ou de lui en présenter en offrande, (3) ce qui montre que la pierre de St Denis est mise en division à l’encontre de Henri, parce que l’on sait mieux rire que lui en mépris l’épée dauphine par nisefora et diaforas durius cul demaras quavenas quandasse1 Nitocris Esther Sabata Siria regina par le moyen de son Pluton a tout pris exactement s’est rendue la maitresse au mépris de cette épée tirée à Villefranche pour leur service de son parti que cette ville de Provence au mépris de son nom de Nice qui vient d’anit par une signature volée de Nise pour sin esin en anagramme et par le vol qui en a été fait au fils du Poussin levé à ce fils victorieux l’avantage d’entrer dedans un fort qui se couvre de lui où le concile de Nice et de Nicée s’est tenu le méprisant   que primitif évêque aujourd’hui des nits nommé pape fils de dieu, dauphin de France, légitime seigneur que par la parente du roi désire de le gouverneur de Villefranche le lait regarde comme un passant homme de rien, ce qui est plus que honteux pour eux et, puisque tout le ciel est pour son action raisonnablement rendu juste au platane dit caroubier, (4) il y a eu une pique et mais dans de cette nuit d’une rude amazone se nonobstant qui est sa cousine Christine, reine de Suède, d’où il est résulté les visions que voici ensuite. Si je chope de quelque chose, saute quelques lettres, il faut me l’excuser car les dessins suppléent au défaut, et c’est ici le pâté des Turcs du p[r]ince Pamphilio avec ses adhérents danton d’antan d’antoni n’est Anton pour soufflet et boursoufler les boudins bien gros bien gras et bien entripaillés, ainsi que dit Molière pour Montfleury. Or, sa majesté de Suède Christine dit hier au soir pour quelques chansons jouées de sur mon sabot-luth à ma mode non pas de méthode comme les autres parce que l’ordre des cordes y est changé, qui lui plurent par la conjecture que je tire de l’empressement que sa majesté eut pour une pique que je ne pus pas mettre au lendemain comme je fais d’ordinaire, pour toujours les mêmes raisons diaboliques déduites tant de fois. Enfin, elle me pressa et me commanda dans l’action que je la regardasse, ce que je ne pouvais faire à cause de la condi du cauchemar que fagove peinte du Brun à la coupe de Sceaux qui était devant mes yeux avec son parent le Rousseau, dit boucher et chapelier tout ensemble qui lui ressemble, mêlé dans toute cette  brouillerie dont l’on verra au Bouticourt qu’il s’approche de cette hideuse confusion nocturne de façon que le ressentiment de cette princesse l’emportait sur la vision ne la pouvant voir qu’en pensée que, après le coup turc, (5) j’eus la vision que j’étais dans une salle où je mangeais en fête avec d’autres et qu’ensuite cette salle se remplit d’un lit à courtepointe de tapisserie comme celui-là de Van Opstal à Josse du quan et que j’étais vêtu de noir en manteau que j’avais oublié mon chap[eau] et mon luth, obligé de retourner sur mes pas que je voulais prendre le chemin de St Jacques-du-haut-pas, que je me trouve engagé sur le soir dans deux entrées de bois de petits bouts taillis comme au derrière des Gobelins et que j’y fus même mort bandé, qui ensuite une vision de l’Arigonie pique est du dessus d’une table où il y avait un pâté d’erquiste et une grosse mouche noire qui pompait dedans sa trompe ce qu’il était avec une grosse écrevisse aussi grosse qu’une langouste qui mangeait ce pâté où je me suis fâché. Je pris quelque bâton que j’avais près de moi pour donner un coup que je donnai et que je la jetai auprès du feu où il s’est trouvé une chienlit de Monsieur Charlier. Il reste à dire que je mis à la première la main sur une dame fort charnue et fort grasse, qu’il y avait des danses croutes d’elle, des filles et femmes de sa connaissance, ce qui nous mit au pas Colas.

Verso. Texte 3

a Je pouse eun vvv coup pour lome è laus tre pour la dame qui est vvv lame épéé parse quy roselei mise bat a coups depee contre sa leune eune balã b pese mais elle nelabat pas c a eun coup d’epee [***] a eune fame colerique comemauliere la fait au bourgeois Jãa Je pousse un coup pour l’homme et l’autre pour la dame qui est lame, épée parce qui rosse les mises, bat à coups d’épée contre sa lune une balan[ce]   b pèse, mais elle ne la bat pas c à un coup d’épée […] à une femme colérique comme Molière la fait au bourgeois gen[tilhomme]

Verso. Texte 4

pas Colas Detroit desillisiepas Colas, détroit de Cilicie

(1) Focus commence par donner une liste de huit noms, ce qui coïncide avec le nombre de personnes assises sur le char des Turcs du dessin. Presque tous ces noms peuvent être identifiés comme ceux de personnes ayant séjourné à Rome en même temps que Focus ou ayant joué un rôle dans sa carrière ou sa formation intellectuelle. Cette liste est liée à des disputes ou problèmes financiers relatifs à la réalisation matérielle de peintures : cadre, prix du bois. On peut y voir un parallèle avec le sentiment d’exclusion exprimé par le dessin où l’on voyait Focus simple observateur sur le bord de la route des amusements du char de carnaval.

(2) Le texte semble ensuite s’orienter vers une critique plus fondamentale du peintre Le Brun, qui semble fondée sur des différends esthétiques et philosophiques. (3) Des digressions basées sur la similarité phonétique de Denis, Nice et Nicée poussent Focus à se rappeler des peintures qu’il avait faites à Villefranche. Nicée l’entraîne à énumérer des reines bibliques ou historiques, qui le mènent à sa contemporaine Christine de Suède (4) et le rapportent à Rome et ses inimitiés avec les peintres. (5) Une vision emporte Focus à Paris et mêle repas dégoûtant et pulsion sexuelle, dans une atmosphère de violence (Texte 3).

Cette tentative un peu vaine de donner du sens au texte de Focus ne doit pas faire oublier l’essentiel, son contexte culturel bien marqué avec tous ces noms de peintre, le décor parisien contemporain de l’Église Saint-Jacques-du-Haut-Pas et des Gobelins et ses allusions à Molière.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Dessin Cat. 29 (6. Verso Textes 2, 3, 4: impuissance de l’historien et nouvelles allusions à Molière)," in Georges Focus, peintre et fou, 18/02/2022, https://georgesfocus.hypotheses.org/2776.
  1. Catalogue: Candace ? []

Auteur/autrice : Alexis D'Hautcourt

Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search