Paravent et anonymat au procès d’un tueur de personnes handicapées mentales

Cette semaine s’est ouvert le procès de Satoshi Uematsu, accusé d’avoir en 2016, à coups de couteau, assassiné 19 personnes et blessé 25 autres, qui étaient patients ou employés (2 personnes) dans un centre pour personnes handicapées mentales à Sagamihara, à une cinquantaine de kilomètres de Tokyo, en pleine nuit, en une heure1 . L’accusé, qui s’était immédiatement présenté à la police peu après les faits, a justifié cet acte affreux par cette horrible motivation : « les handicapés profonds sont nuisibles à la société et il faut les tuer »2 L’assassin avait fait part de ses projets d’euthanasie massive dans des lettres envoyées à un homme politique3.

Deux particularités du procès font beaucoup parler d’elles. Les familles des victimes peuvent assister aux audiences, mais elles le font derrière un paravent et sont invisibles du public.

En outre, la décision a été prise de ne pas rendre publics les noms des victimes. Elles sont désignées selon les appellations「甲A」「乙B」(Personne A ou B). Il semble que la décision a été prise parce que leurs familles ont peur d’être discriminées si l’on apprend qu’un de leurs parents est handicapé4 ou parce qu’elles craignent d’être critiquées pour ne pas s’être occupé elles-mêmes de leurs enfants et de les avoir confiés à une institution5.

Une mère s’est distancée de cette position en révélant que sa fille s’appelait Miho, qu’elle était fière de sortir partout avec elle, et en divulguant des photographies de celle-ci6.

Voir aussi

Supplément d’information (18 janvier 2020)

Normalement, les tribunaux n’autorisent que l’usage d’un pseudonyme ou celui du nom de famille lors de leurs séances; il a fallu une décision spéciale pour que seul le prénom Miho soit utilisé pendant le procès7.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Paravent et anonymat au procès d’un tueur de personnes handicapées mentales," in Georges Focus, peintre et fou, 09/01/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/404.
  1. Voir Japon. Au moins 19 morts et 25 blessés dans une attaque près de Tokyo, Ouest France (26 juillet 2016). []
  2. Voir, par exemple, Japan mass stabbing: Accused admits murders but denies guilt, BBC (8 janvier 2020). []
  3. A. Fallon, Japan: Violence and Ableism, The Platform (12 septembre 2016) ; voir la traduction anglaise d’une de ces lettres dans l’article de P. Willitts, Disability Hate Leads to Mass Murder in Japan, Global Comment (29 juillet 2016). []
  4. Ils « n’ont pas d’âme» et leur vie n’a «aucun sens», 20 minutes (8 janvier 2020). []
  5. Reuters, FEATURE: Japan confronts disability stigma after attack, Taipei Times (17 septembre 2016). []
  6. S. Kinoshita, Family discloses name of victim in 2016 massacre at Japan care home, The Mainichi (8 janvier 2020). []
  7. K. Tsuchiya et al., Prosecutors read statements of victims’ families in stabbing spree, The Asahi Shimbun (16 janvier 2020). []

Auteur/autrice : Alexis D'Hautcourt

Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.