Qui est saint silvaistre ? Qui ressemble à Morosini ?

Le dessin Catalogue 10 offre un bon exemple des difficultés d’interprétation et de compréhension qu’offrent les dessins de Georges Focus.

Georges Focus, Recueil de Desseins Ridicules f. 70 r; Bibliothèque de l’Université d’Édimbourg.

Dans une pièce aux murs presque nus, Focus, reconnaissable à son halo, en chemise de nuit, semble vouloir ouvrir un grand coffre. Il regarde directement l’observateur du dessin. Du côté opposé de la salle, au pied d’une cheminée, une femme assise sur le sol regarde différents ustensiles de cuisine. Dans le coin inférieur gauche, assis lui aussi par terre, le dieu Fleuve boit au goulot d’une bouteille pansue. Le loup repose à son côté, une patte étendue sur une amphore renversée d’où s’écoule un liquide. Au fond de la chambre, on peut voir deux chaises accoudées l’une à l’autre et au mur un tableau, sur lequel je vais revenir.

Dans le coin inférieur droit se déroule un phylactère avec 16 lignes de texte. Celui-ci renvoie à plusieurs éléments du dessin et traite à la fois de désir amoureux et de soif d’alcool, tout en y mêlant des thèmes religieux. C’est ainsi qu’il parle d’aveuglement dans sa dernière partie, que je cite ci-dessous, d’abord en transcription puis en français moderne plus compréhensible et mis en forme.

E sest dese lui la que du depuis rome que de sur tous Jaime. Par se que

lon nan a point mal ausieu come dans se tableau parais laveu gle

gueri par saint silvaistre é acheté par naisone

avoycat de lion resemblant a

(15) morosini. Proveditor

de se Jus pour le ni

Georges Focus, Catalogue 10, l. 11-16

Et c’est de celui-là ( = de ce vin- là) que du depuis Rome que de sur tous j’aime,

parce que l’on n’en a point mal aux yeux comme dans ce tableau paraît l’aveugle guéri par Saint Sylvestre et acheté par Naisone avocat de Lyon ressemblant à Morosini, proveditor de ce jus pour le ni

Georges Focus, Catalogue 10, l. 11-16, adaptation en français moderne.

Plusieurs éléments du texte me restent confus; je ne parviens pas à identifier Naisone et ne comprends pas la dernière expression « de se jus pour le ni » (est-ce du latin (ius, le droit) ou du français (jus, c’est-à-dire vin dans le contexte) ?). Ce dont je voudrais parler ici, c’est du tableau que l’on peut voir dessiné au mur de la pièce et qui est mentionné dans le texte.

Détail agrandi du dessin Catalogue 10 de Georges Focus: tableau accroché au mur d’une pièce.

Saint silvaistre

En note à leur excellente édition du dessin, Marianne Cojannot-Le Blanc et Christian Michel proposent de « Comprendre sans doute Silvestre, le maître de Focus, plutôt que saint Sylvestre ». Il s’agirait donc selon eux de la représentation par Focus d’une œuvre d’Israël Silvestre illustrant « peut-être l’une des guérisons d’aveugle par le Christ, ou Ananias rendant la vue à Saül après sa conversion »1.

Je ne cache pas que je trouve que le sujet et le style du tableau ici ne ressemblent pas à ceux de Silvestre, mais on peut expliquer simplement cette différence par le fait qu’il s’agirait d’une interprétation par Focus d’un tableau de son maître et qu’il serait donc bien normal de ne pas retrouver la patte de celui-ci. De plus, le personnage debout me parait trop âgé pour être une représentation du Christ. L’hypothèse de l’épisode d’Ananias est plus convaincante, comme le montrent les deux tableaux ci-dessous, peints par des contemporains de Focus.

Les poses des personnages et leurs vêtements sont très voisins du tableau du dessin de Focus. On notera aussi que le récipient qu’un enfant porte sur un plateau dans les deux tableaux est comparable pour son usage au petit vase que tient le personnage debout du tableau du dessin de Focus.

Je voudrais toutefois proposer l’hypothèse qu’il s’agit bien dans le dessin de Focus de Saint Sylvestre, plus précisément de l’épisode du baptême de Constantin par Sylvestre, alors évêque de Rome2. De nouveau, voici deux tableaux contemporains ou quasi-contemporains de Focus qui montrent cet épisode.

La peinture la plus célèbre de cet événement, toutefois, est plus ancienne que Focus; elle se trouve dans une des Chambres de Raphaël au Vatican.

Giovan Francesco Penni, Baptême de Constantin. Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=16020329
Détail du Baptême de Constantin (fresque au Vatican); photographie par Marie-Lan Nguyen, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=26621377.

Il est possible que Focus ait vu cette fresque lors de son séjour à Rome3 ou qu’il connaisse la tapisserie des Gobelins qui l’a reproduite4, mais les vêtements des protagonistes sont bien différents de ceux de son dessin, car Sylvestre est montré avec ses attributs papaux. Toutefois, dans les trois exemples ci-dessus, on notera le trajet de l’eau bénite, versée depuis une soucoupe tendue par le pape au-dessus de l’empereur, et cela rappelle la position du petit vase du dessin de Focus. En outre, dans le tableau de Ghisolfi, Sylvestre est vêtu d’une toge similaire à celle du dessin de Focus. De plus, le casque et le cimier visibles dans ce dessin conviendraient bien à la représentation d’un empereur.

On peut ainsi voir sur un tableau sur le même sujet de Pierre Puget, peint en 1653 pour le baptistère de la cathédrale de Marseille, un officier tenir le casque de Constantin, similaire à celui du dessin de Focus, pendant que l’empereur se fait baptiser.

Pierre Puget — Photographie de Finoskov, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=66239183

Tous ces éléments me font penser que les mots du phylactère « dans ce tableau paraît l’aveugle guéri par Saint Sylvestre » sont à prendre littéralement. L’aveugle est le païen Constantin qui peut enfin voir la lumière après son baptême par Sylvestre et sa conversion. On ne sait pas qui est l’auteur du tableau, ni même s’il est le fruit de l’imagination de Focus ou s’il a réellement existé.

resemblant a morosini

Comme l’expliquent les éditeurs du Catalogue, Morosini est très probablement Francesco Morosini, doge de Venise de 1688 à 1694, période qui correspond au moment de création des dessins de Focus5. Il existe plusieurs portraits de cet homme, par exemple celui-ci:

Portrait de Francesco Morosini; auteur inconnu; Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=7714455

Je cite de nouveau l’extrait du phylactère de Focus analysé ici:  » comme dans ce tableau paraît l’aveugle guéri par Saint Sylvestre et acheté par Naisone avocat de Lyon ressemblant à Morosini, proveditor … ». Comme Naisone n’est pas identifié pour l’instant, il est évidemment impossible de juger de sa ressemblance avec Morosini, mais on peut se poser la question de l’intérêt de cette comparaison, car Morosini ne semble pas avoir eu un physique particulièrement remarquable ou notable. Certes, il était une célébrité de son temps après le siège de Candie6 et quelques succès dans la guerre contre l’empire ottoman7, mais on ne comprend pas très bien pourquoi Focus l’aurait utilisé pour une comparaison physique.

Une autre hypothèse m’est venue à l’esprit alors que je consultais la « Category:Francesco Morosini » sur Wikimedia Commons. On peut y voir la gravure suivante:

Anonyme, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=82969224

Sur cette image, on voit le doge Morosini honoré en 1690 par un envoyé du pape pour sa défense de la chrétienté. La ressemblance avec les images de Saint Sylvestre et Constantin est frappante, mais, cela aurait été trop beau, cette représentation date du 19e siècle8 et donc ne peut nous servir pour comprendre le dessin de Focus. A l’exception d’une petite peinture d’Alessandro Piazza au Musée Correr, qui ne peut avoir été vue par Focus, je n’ai pas trouvé d’image contemporaine de Focus qui aurait pu inspirer cette gravure. Toutefois, cela m’a donné l’idée qu’il fallait comprendre que la personne comparée à Morosini n’est pas l’avocat Naisone, mais le Constantin du tableau au mur.

A défaut de gravure, peut-être qu’une autre image de Morosini pourrait être apportée au dossier.

Photographie par Sailko — Travail personnel, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=54227055

Comme il est d’usage à Venise, le doge en fonction au moment de la frappe de la monnaie est représenté au droit agenouillé face à Saint Marc, qui lui remet une lance surmontée d’une croix9. Plusieurs pièces frappées sous Morosini comportent un détail un peu amusant sous la forme du doigt allongé du saint s’approchant du visage du doge10. Je propose l’hypothèse que les monnaies de Venise avec ce doigt pointé et la position agenouillée de Morosini ont servi d’inspiration au commentaire de Focus et que Constantin baptisé par Saint Sylvestre effectivement ressemble à Morosini.

Mais alors qui est « acheté par naisone avoycat de lion » ?

Si la construction de la phrase de Focus est logique, la locution « acheté par naisone avoycat de lion » devrait aussi qualifier l’empereur Constantin. Pour l’instant, j’avoue ne pas pouvoir l’expliquer. Je m’interroge s’il faut comprendre Lyon ou lion, le lion de Saint-Marc ornant l’autre face de la monnaie reproduite ci-dessus.

Conclusion provisoire

L’identification du sujet du tableau représenté par Focus dans le dessin Catalogue 10 me parait assurée: il s’agit bien de Saint Sylvestre et Constantin, un thème que Focus a rencontré lors de ses années de formation à Rome. Si le rapprochement que j’ai fait entre ce tableau et la monnaie de Morosini est pertinent, cela nous porte à une autre époque de sa vie, quand il résidait à Paris. Comme dans d’autres dessins, Focus mêlerait ici des souvenirs de moments différents de sa vie et des registres d’images hétéroclites. La troisième information donnée sur ce tableau, l’achat par l’avocat Naisone de Lyon ou lion, n’a malheureusement pas encore été éclaircie.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Qui est saint silvaistre ? Qui ressemble à Morosini ?," in Georges Focus, peintre et fou, 03/02/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/830.
  1. « Focus demande à boire » in E. Brugerolles (éd.), Georges Focus. la folie d’un peintre de Louis XIV (Paris, 2018), p. 144 et n. 6. []
  2. Pour l’historiographie de ce baptême et le développement de la critique historique sur cet épisode, voir le bel article de L. Guichard, Les deux baptêmes de Constantin et l’admission de l’empereur au catéchuménat : enquête historiographique sur les pas d’Henri Valois et de Lenain de Tillemont, dans D. Lagorgette et L. Ripart (dir.), Les bons comptes font les bons amis. Mélanges offerts à Christian Guilleré, Chambéry, 2017, p. 131-188; voir aussi P. Cibois, Faux et usage de faux chez les carolingiens. L’enquête de Lorenzo Valla, La question du latin (Carnet Hypothèses) (25 mars 2012). []
  3. Ainsi que celle de Cristoforo Roncalli à Saint-Jean du Latran (vers 1599). []
  4. Il existe aussi sur ce sujet une tapisserie faite sur un carton de Rubens (vers 1625), également diffusé par des gravures. []
  5. Rappelons que plusieurs de ses dessins comportent une date entre 1692 et 1694. []
  6. Voir, par exemple, une carte de Crète de 1669 avec une représentation de Morosini terrassant des prisonniers turcs, ou la gravure de Gasper Bouttats, de 1688, conservée à Versailles. []
  7. Il est maintenant surtout connu pour la destruction du Parthénon d’Athènes. []
  8. J’ai corrigé les informations fournies sur Wikimedia Commons. []
  9. En italien, vessillo []
  10. Voir des exemples ici, ici et surtout ici. []

Auteur : Alexis D'Hautcourt

Maître de conférence (Associate Professor), Université des Langues Étrangères du Kansai (関西外国語大学, Kansai Gaidai University)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.