“L’Antiquité expliquée” à Suita (Osaka, Japon)

Présentation et projet de visite

Suivant l’exemple de l’article de Wallace Kirsop1, qui présente brièvement les exemplaires de L’Antiquité expliquée conservés en Australie, je voudrais dire un mot ce ceux qui sont présents au Japon, plus exactement de ceux qui sont conservés dans des bibliothèques universitaires (On ne peut exclure que ces livres fassent aussi partie de collections privées au Japon). Il est très facile de les découvrir par une recherche sur le site internet de la bibliothèque de mon université, Kansai Gaidai.

Capture d’écran, 28 août 2023.

Comme la traduction anglaise reprise dans les catalogues est un fac-similé de 1976, je ne m’y arrête pas. En ce qui concerne la version originale française, le catalogue apprend que deux exemplaires sont présents dans le pays : l’un à 東大総, c’est-à-dire à l’Université de Tokyo, la meilleure et plus prestigieuse université du Japon, l’autre à 関大, c’est-à-dire à l’Université du Kansai. Les deux universités semblent posséder le set initial de 10 volumes, mais pas les cinq volumes du Supplément. Le catalogue internet des bibliothèques universitaires n’explique évidemment pas, dans son laconisme efficace, comment ces livres sont arrivés jusqu’à elles.

Comme l’Université du Kansai (dite Kandai) se trouve dans la ville où je réside, j’ai décidé d’aller examiner leur exemplaire. Il est conservé dans la section Livres précieux, et la procédure veut alors que la bibliothèque de mon université contacte la bibliothèque de Kandai pour s’assurer que les livres sont effectivement consultables (en bon état ou tout simplement présents actuellement dans la bibliothèque, car ils peuvent parfois être prêtés pour des expositions) et pour prendre un rendez-vous en mon nom. J’en profite donc pour remercier Madame S., bibliothécaire à l’Université de Kansai Gaidai, pour son efficacité.

Le but de ma visite est multiple :

  • voir de mes yeux cette série de livres, pour mieux saisir l’aspect visuel de ses planches, et les rapports entre mots et images. Leur taille (46 cm de haut d’après le catalogue) ne permet pas aux reproductions électroniques de reproduire parfaitement la sensation physique que l’on peut éprouver à leur lecture.
  • essayer de trouver qui était le premier propriétaire de l’exemplaire de L’Antiquité expliquée de Kandai, par exemple en cherchant un ex-libris ou un reçu de souscription
  • examiner les reliures et les particularités propres à cet exemplaire, sa qualité d’impression (en m’inspirant de l’article de Maes2 ), les marques d’usure et d’usage (par exemple, des notes)
  • essayer de comprendre comment il est arrivé au Japon.

Un mot sur l’Université du Kansai. Cet établissement est une des universités privées prestigieuses de la région. Initialement établissement d’enseignement limité au droit et au commerce, il est devenu université et son campus a été déplacé à Suita, dans la banlieue Nord d’Osaka, j’imagine en rapport avec le développement d’une ligne de train Hankyu, en 1922. L’Université compte actuellement 13 facultés, est liée à un réseau de lycées dans toute la région et est aussi connue pour sa patinoire à glace où s’entraînent des étudiants sportifs de niveau olympique. Je n’aurai pas le bonheur de travailler dans sa bibliothèque initiale, bâtiment maintenant classé, construit en 1928 et agrandi selon les plans du célèbre architecte Togo Murano en 1955. Elle est devenue le Musée de l’Université.

Musée de l’Université du Kansai. Photographie de Tokumeigakarinoaoshima — Travail personnel, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19508768

Ma visite à la bibliothèque de Kandai

Grâce au rendez-vous pris par la bibliothécaire de mon université, j’ai été très gentiment accueilli par les bibliothécaires de Kandai, qui avaient préparé la collection de Montfaucon dans un petit local où j’ai pu travailler, seul, en toute liberté, dans des conditions parfaites. Un tout grand merci à eux.

Les dix volumes de L’Antiquité expliquée dans leurs boîtes protectrices, mis à ma disposition dans une salle de la bibliothèque de l’Université du Kansai, août 2023

Lire les volumes de L’Antiquité expliquée en les manipulant physiquement est évidemment une expérience totalement différente de leur consultation électronique. Je n’ai pas écrit “en les tenant dans mes mains” car ils sont tellement grands et lourds qu’il n’est pas possible de les lire à bout de bras3. Il faut nécessairement les ouvrir sur une table pour pouvoir en tourner les pages. Une autre sensation concrète que ne peut offrir l’écran d’ordinateur est celle de la qualité du papier et la forte différence entre les pages de texte et les planches d’images, imprimées sur un papier beaucoup plus épais, dans lequel se marque en relief la poussée de l’impression.

Relief marqué des planches d’images imprimées sur un papier épais.

Les volumes de Kandai sont d’une belle et forte reliure brune bordée d’une décoration dorée, bien conservés en général, malgré quelques relâchements internes. Ils donnent l’impression qu’ils ont été rarement ouverts. Je fus même un temps pris d’un léger découragement, car aucune trace de possession n’y était visible : pas d’ex-libris, pas de reçu de souscription, pas de notes manuscrites. Cela donnait l’impression, impossible et absurde, d’un voyage sans escale dans le temps entre la France de 1719 et le Japon de 2023.

Heureusement, des petits papiers déchirés et pliés vinrent apporter un souffle de lecture passée et un élément de réponse à mes questions ci-dessus. Des gens avaient effectivement lu Montfaucon, avaient repéré des passages qui les avaient intéressés ou marqué la page où leur lecture s’était temporairement arrêtée. Ils ont utilisé comme signets des papiers dont ils n’avaient plus besoin en les réduisant en charpie. Un de ces morceaux de papier semble garder une trace manuscrite, peut-être multilingue, d’une prise de notes4. Les deux autres sont des textes imprimés en anglais et, par chance, donnent des indices géographiques et chronologiques.

Un indice géographique dans un fragment de prospectus mentionnant la Wesleyan Methodist Association

Ce morceau de papier ne porte un texte imprimé que sur un seul côté. Il mentionne les opinions de la “Wesleyan Methodist Association” sur la consommation d’alcool et les maux qu’elle entraîne. Par chance pour notre recherche, il mentionne l’imprimeur du texte:

JAMES HILL, PRINTER AND BOOKBINDER, LISKEARD.

Le prospectus ou la feuille d’information a donc été imprimé en Cornouailles, dans la petite ville de Liskeard (un peu plus de 10.000 habitants actuellement). L’église méthodiste de la ville, construite en 1846, est bâtiment classé5.

Methodist Church, Barn Street, Liskeard, Cornwall. Photographie par Mutney — CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=128353785

Merci Wikipedia qui fournit la photographie ci-dessus et m’apprend que la “Wesleyan Methodist Association” a été formée en 1836 et a rejoint en 1857 les “United Methodist Free Churches”, ce qui donne une fourchette chronologique d’une vingtaine d’années pour notre signet, chronologie que confirme le deuxième document, que je soupçonne donc avoir été oublié par le même individu, envers qui je ne saurais jamais être trop reconnaissant.

Un indice chronologique dans une liste de promotions militaires

Le signet est un fragment de revue ou de journal ; il porte du texte sur ses deux côtés. Le recto mentionne la promotion de plusieurs officiers militaires au rang de “major-generals”. Leurs noms sont suffisamment reconnaissables pour qu’une recherche Google permette de découvrir que l’annonce de cette promotion fut largement publiée, par exemple dans le Supplement to the London Gazette du 10 novembre 18466, ce qui s’associe parfaitement avec les informations déduites de notre premier texte.

Le verso du fragment semble discuter une affaire de politique locale sans que l’on puisse y comprendre grand-chose. Il comporte un nom identifiable : St. Aubyn. Il s’agit d’une famille de baronnets anglais, par ailleurs liés à la Cornouailles, un autre parallèle avec le texte précédent7.

Arrivée à l’Université du Kansai

Le seul élément d’information que les bibliothécaires de Kandai ont pu me donner, et je les en remercie, est que l’ouvrage a été enregistré dans le catalogue le 1er avril 1985. Aucune information ne semble avoir été conservée sur l’origine de l’ouvrage et la motivation de cet achat. 1985 est le moment où l’économie japonaise est triomphante et arrive à des sommets, ce qui se marque par exemple par des achats spectaculaires de symboles culturels européens, comme Les Tournesols de Van Gogh remportés aux enchères par Yasuo Goto en 1987. A bien moindre échelle, c’est peut-être ce qui est arrivé à Montfaucon aussi.

Avant la Cornouailles

Le mystère reste complet sur les années qui séparent la parution du livre (1719) et 1846. Comment les volumes de Kandai sont arrivés en Cornouailles ne peut, pour l’instant, être décrit, pas plus que leur trajet entre Liskeard et Suita.

  1. Wallace Kirsop, Vers une étude du marché anglais des œuvres de Bernard de Montfaucon, in V. Krings (éd.), L’Antiquité expliquée et représentée en figures, de Bernard de Montfaucon. Histoire d’un livre, (Scripta Receptoria, 19), (Ausonius Éditions, Bordeaux 2021), p. 601-614, aux p. 610-612. []
  2. Alain Maes (et Bernard Minguet), « Des gravures sous les feux de la rampe », ibid. p. 225-276. []
  3. Cela rend vraiment étonnante l’anecdote selon laquelle Frédéric de Thoms voyageait toujours avec les quinze volumes reliés de L’Antiquité expliquée, rangés dans une “caisse spéciale”, qui ne les a pas empêchés de tomber un jour “dans l’eau”. []
  4. Je n’arrive pas à lire beaucoup de mots. L’impression de prise de notes vient du mot “Italy” et de bilinguisme vient de la lecture incertaine du mot “chère”. []
  5. Historic England, WESLEY METHODIST CHURCH (2023). []
  6. P. 3989. []
  7. Comme je n’ai aucune connaissance sur la noblesse anglaise, je me réfère de nouveau à Wikipedia ; il semble que le nom nobiliaire (appellation non garantie) St Aubyn se soit interrompu en 1839 pour reprendre en 1866. Le texte de notre fragment ferait donc référence au passé, et il est impossible de savoir de quel St. Aubyn il s’agit. Ni le nom St. Aubyn, ni la Cornouailles n’apparaissent dans la base de données en ligne du Répertoire des souscripteurs de L’Antiquité expliquée. John St Aubyn, jeune étudiant à Oxford lors de la parution des livres, aurait le profil parfait d’un acheteur ; c’est sans doute une pure coïncidence. []

Présentation de L’Antiquité expliquée au roi et à “d’autres personnes de qualité”

Une notice des Annales de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés informe que, le 5 octobre 1719, Bernard de Montfaucon a présenté son ouvrage L’Antiquité expliquée au roi et à d’autres membres de la cour. Comme elle mentionne les planches de l’ouvrage, qui m’intéressent dans le cadre de mes recherches sur les rapports possibles entre les dessins de Focus et les origines de la bande dessinée, elle a attiré mon attention. En voici la transcription suivie d’un bref commentaire.

Extrait des Annales de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, Bibliothèque nationale de France. Département des Manuscrits. Français 18817

Transcription

Notation marginale

D. Bernard de Montfaucon presente son livre des Antiquitez au Roy a M~1 le Regent etc.

Texte principal

Le dimanche 5e octobre [1719] Dom Bernard de Montfaucon a l’honneur de presenter au Roy2 son grand ouvrage des Antiquitez disposé en dix volumes. Il nétoit pas relié, mais seulement broché et couvert de papier marbré doré, parce que si on l’eût fait relier les planches qui y sont en tres grand nombre auroient maculé. Cet ouvrage auroit été dedié a Monsieur l’Abbé D Estrées nommé a l’archevêché de Cambray s’il n’etoit pas mort avant la fin de l’impression3 mais il a été dedié a son frere M~ le Marechal D’Estrées4. Le meme jour Dom Bernard de Montfaucon a presenté le livre a M~ Le Regent5 et a M~ le Duc de Chartres6. Le lendemain il est alle a St Cloud le presenter a Madame7, ensuite a M~ le Marechal D Estrees et a d’autres personnes de qualité. Cet ouvrage a été tres bien recu du public et chacun veut en avoir ce qui obligera a en faire une seconde edition.

Commentaire

Robert Tournières, Double portrait du Régent et de Louis XV, vers 1720 ; Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=127668247

Itinéraires

Je suppose que Montfaucon part de Saint-Germain-des-Prés (A). Il se rend d’abord au Palais des Tuileries (B) où le jeune roi réside, si je ne me trompe. Il va ensuite chez le Régent au Palais-Royal (C). Tout cela peut se faire facilement, malgré “les embarras de Paris“.

Le lendemain, ses visites lui prennent plus de temps car Montfaucon se rend au Château de Saint-Cloud (D), mais il ne lui est sans doute pas difficile de passer par l’hôtel du Maréchal d’Estrées au 77, rue de l’Université (E) sur son retour et de rencontrer les “autres personnes de qualité” dans le centre de Paris, pour autant que cela soit compatible avec son statut de frère mauriste.

La starification de Montfaucon

Certes la nature du texte ci-dessus, une entrée dans le journal de l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, invite à la brièveté, mais il est remarquable de voir comme Montfaucon est présenté allant tout seul à la rencontre des plus hautes personnalités du royaume, presque en égal. Il n’est pas fait mention de ses assistants, de son supérieur, ou, évidemment, des domestiques qui ont dû porter les dix volumes de l’ouvrage, ni des courtisans nécessairement présents lors de ses entrevues aux palais royaux. Seuls Montfaucon et son œuvre comptent, tellement que l’auteur de la notice ne peut résister à une mention quasi-publicitaire de la seconde édition, tellement qu’on ne peut attendre que l’encre des planches soit complètement sèche avant de les présenter au roi: Toutefois, il semble que cette explication ne soit que de circonstance. En fait, il faudrait au moins deux mois pour faire relier l’ensemble des volumes8

Au vu de mon intérêt pour les origines de la bande dessinée, c’est une coïncidence amusante que le premier lecteur de L’Antiquité expliquée a été un enfant de 9 ans. On voudrait bien savoir ce qu’il a pensé de ces planches, s’est-il rendu compte de leur nouveauté, s’est-il émerveillé de la juxtaposition de ces images ou s’est-il étonné des curieuses passions des adultes ? D’ailleurs combien de temps cette entrevue a-t-elle bien pu durer ? Ce n’est pas ce petit texte à la gloire de Montfaucon qui va nous l’enseigner.

Par contre, il est certain que Madame, la mère du Régent, ait été intéressée par le livre, car elle y avait souscrit en personne. “Montfaucon connaissait [sa] collection de médailles et pierres gravées“, et l’une d’entre elles sera d’ailleurs illustrée dans le Supplément9. Avec la visite au Maréchal d’Estrées, la deuxième journée de présentation de Montfaucon a donc été plus qu’un moment de protocole, de sociabilité ou de courtisanerie.

Bernard de Montfaucon, L’Antiquité expliquée. Supplément I (réédition de 1757), pl. LX ; au centre, une “sardoine” “du Cabinet de Madame” (Merci Wellcome Collection)
  1. Je confesse ignorer la façon dont on s’adressait à toutes ces hautes personnalités et la résolution de l’abréviation: Monsieur, Monseigneur ? N’hésitez pas à me corriger en laissant un commentaire. []
  2. Louis XV, alors âgé de 9 ans. []
  3. Jean III d’Estrées, mort le 3 mars 1718. []
  4. Victor Marie d’Estrées. []
  5. Philippe d’Orléans (1674-1723), neveu de Louis XIV, régent jusqu’à sa mort. []
  6. Louis d’Orléans (1703-1752), fils du Régent. []
  7. Élisabeth-Charlotte de Bavière (1652-1722), mère du Régent. []
  8. Voir les explications dans l’article très intéressant d’Alain Maes et Bernard Minguet, Des gravures sous les feux de la rampe, dans V. Krings, L’Antiquité expliquée et représentée en figures, de Bernard de Montfaucon. Histoire d’un livre (Scripta Receptoria, 19) (Ausonius Éditions, Bordeaux 2021), p. 225-276, aux p, 252-254. []
  9. T. Ier, p. 158, pl. LX. []

Le prospectus du Supplément à l’Antiquité expliquée

Après le premier « prospectus » dont j’ai parlé précédemment, voici, selon la même présentation, le prospectus du Supplément de l’Antiquité expliquée. Montfaucon y explique qu’un supplément s’impose car il a reçu de nombreux autres dessins et que les découvertes se multiplient, de nouveaux objets sortent de terre, comme il l’avait d’ailleurs anticipé. Il met aussi en avant la présence d’objets issus des collections royales et de Versailles « que j’avais omises dans l’espérance d’en trouver de meilleurs dessins » ; on se demande ce qui se cache derrière cette excuse un peu faible. Il se montre de nouveau habile bonimenteur, avec des phrases qui ne surprendraient guère dans des publicités modernes : « J’ose me promettre que ce Supplément fera plus de plaisir que l’ouvrage même », et une justification disculpatrice, habilement amenée, de l’augmentation du prix.

Bonne lecture !

[p. 1]

PLAN D’UN SUPPLEMENT

A l’Ouvrage de l’Antiquité expliquée & représentée

en figures.

Les monumens de l’Antiquité sont une matiere inépuisable : on en a publié un si grand nombre en differens tems & en divers payis, que quand on veut les rassembler, il n’est pas possible que plusieurs n’échappent à la recherche la plus exacte. Les Cabinets en renferment encore beaucoup d’autres inconnus au public, & quelquefois même à ceux qui les possedent. Outre ceux là, on en déterre tous les jours de nouveaux, qui apprennent souvent des choses ausquelles on n’auroit jamais pensé, ou qui éclaircissent tellement des points contestez, qu’on voit avec certitude ce qu’on ne connoissoit devant que par conjecture. Voilà les principales sources d’où j’ai tiré ce qui compose ce nouveau Recueil.

                 Accoûtumé depuis longtemps à cette espece de phenomenes antiques, je jugeai dans le tems même que j’imprimois l’Antiquité expliquée etc. que je serois obligé d’y faire quelque Supplément, je le fis pressentir dans ma Préface, & je me suis vû en état de l’exécuter plûtôt que je n’aurois osé l’esperer. Voici comment. L’ouvrage de l’Antiquité s’étant répandu dans tout le Roiaume, & dans plusieurs autres parties de l’Europe ; ceux qui avoient des cabinets d’antiques ont été curieux de voir s’ils auroient des piéces inconnues à l’Auteur. Cette recherche n’a pas été inutile, on m’en a envoié de differens endroits un grand nombre ; sans compter celles que j’ai trouvées à Paris ; sans y comprendre aussi les medaillons du Roi, les antiques de Versailles, que j’avois omises dans l’esperance d’en trouver de meilleurs desseins, & d’autres déja imprimées, qui m’avoient échappé. Rome m’a fourni d’excellens monumens, trouvez en differens endroits. C’est là principalement où les Antiques

[p. 2]

sortent de terre comme en foule. En un mot, la moisson est si ample, que je me trouve en état de donner environ cinq cents planches, qui avec les explications seront cinq volumes in folio, c’est-à-dire plus de la moitié de l’ouvrage de l’Antiquité expliquée, &c.

                 J’ose me promettre que ce Supplément fera plus de plaisir que l’ouvrage même, par la grande quantité de piéces qu’il renferme, dont la plûpart ont tout le merite de la nouveauté. Leur singularité m’a obligé de m’étendre, en les expliquant bien davantage que je n’ai fait dans l’autre ouvrage ; j’ai eu sur tout soin de profiter de quelques avis qu’on m’a donnez, quand ils meritoient attention.

                 Il ne faut pas douter que je n’eusse encore grossi ce nouveau recueil, si j’avois voulu differer plus longtemps à le publier : car c’est, comme j’ai dit, une matiere dont on ne trouve jamais la fin ; mais outre qu’il faut bien du tems pour graver les planches, & que pendant ce tems-là, il nous viendra apparemment quantité de piéces ou ci-devant inconnues, ou nouvellement déterrées : ce que nous avons déja est assez considérable pour ne pas nous exposer à tous les inconveniens que les délais apportent. D’ailleurs les principaux cabinets étant épuisez, les monumens ne viendront plus en foule comme auparavant.

                 Le Supplément se vendra comme l’ouvrage par souscription, dont le prix a été fixé par les Libraires sur le pied de la seconde édition, qui va paroitre incessamment ; c’est-à-dire que le Supplement, qui fait au moins la moitié de l’ouvrage, sera à 50 livres pour le petit papier quand on prendra les billets de souscription, & autant quand on retirera les exemplaires ; & pour le grand papier à 75 livres pour le premier, & autant pour le second paiement. J’aurois bien voulu que les souscriptions eussent été sur le pied de la premiere édition, c’est-à-dire à un tiers moins ; mais les Libraires m’ont représenté que le cuivre & les gravûres étant de près de la moitié, & le papier d’un tiers plus chers que lorsqu’on travailloit à la premiere édition, ils ne peuvent donner le Supplément qu’au prix marqué. Je me suis rendu à leurs raisons, sachant bien qu’ils ne parlent que selon la voix publique.

[p. 3]

                 Une édition du Supplément ne pouvant pas suffire pour les deux éditions de l’Antiquité, parceque les planches ne peuvent fournir pour les deux sans être ou retouchées ou refaites ; la justice demande que ceux qui ont souscrit pour la premiere édition, soient les premiers reçus à souscrire pour le Supplément. Pour leur donner donc le tems de prévenir les autres, on ne donnera des billets qu’à ceux ci jusqu’au premier jour de Fevrier 1722. Alors tous indifferemment seront reçus à souscrire pendant tout le mois de Fevrier & de Mars, & jusqu’au premier jour d’Avril, où l’on cessera de prendre des souscriptions. On avertit aussi que l’on n’imprimera du Supplément qu’autant d’exemplaires qu’il en faudra pour les souscripteurs, qui seront tenus de les retirer dans l’année, à compter du jour qu’on les délivrera, faute dequoi ils seront acquis au profit des Libraires.

Quoiqu’on ne puisse pas fixer le tems où l’on distribuera les exemplaires, on espere que ce sera dans tout le cours de l’an 1723. La diligence qu’on a faite sur les deux éditions de l’Antiquité doit servir de garant pour le Supplément.

Ceux qui voudront souscrire s’adresseront s’il leur plaît à Dom Bernard de Montfaucon en l’Abbayie de S. Germain des Prez, ou à quelqu’un des libraires ici nommez.

Noms des Libraires.

Florentin Delaulne,

Veuve d’Hilaire Foucault,

Rue Saint-Jacques.

Michel Clousier,

Jean-Geoffroy Nyon,

Sur le Quay des Augustins

Etienne Ganeau, Rue S. Jac.

Nicolas Gosselin, au Palais.

Pierre-Francois Giffart,

Rue Saint-Jacques.

Les Souscripteurs de la seconde Edition de l’Antiquité sont avertis qu’on leur en délivrera sans faute les Exemplaires au College de Montaigu, près Sainte Geneviéve, au mois de Janvier prochain 1722.

Le prospectus de l’Antiquité expliquée de Montfaucon

Les lecteurs les moins attentifs n’auront pas manqué de remarquer que ce carnet n’est pas très actif ces derniers temps. Je n’en continue pas moins à réfléchir sur les éventuels rapports entre Georges Focus et l’histoire de la bande dessinée. Dans ce cadre de recherche, je m’intéresse à l’œuvre de Bernard de Montfaucon, en particulier à L’Antiquité expliquée et représentée en figures. Cette série de volumes, dont la publication commence en 1719, une douzaine d’années après la mort de Focus, est fascinante par son mélange de modernité et d’embourbement passéiste. Montfaucon est considéré simultanément comme un pionnier de l’archéologie et comme un antiquaire dépourvu de toute méthode scientifique. On peut aussi voir dans son œuvre une forme primitive de réseau social, nourri de la vanité des correspondants de Montfaucon, tout heureux d’envoyer des images d’objets issus de leurs collections, un instagram d’antiquaires façonnant leur image et leur notoriété à coups de gravures comme nous le faisons avec nos photos de restaurant et de voyages.

                 Au delà de ces comparaisons peut-être légères, il est un fait que l’Antiquité expliquée représente un réel moment d’innovation et a marqué l’histoire de l’édition en France en y étant le premier ouvrage financé par souscription publique. A ce titre, son « prospectus » est un document important. Comme on ne trouve pas facilement ce texte en ligne, je prends la liberté de le publier ici. J’espère pouvoir revenir d’ici peu pour tenter de proposer des réflexions sur les rapports entre les illustrations de Montfaucon et les planches de Bande Dessinée.

                 On trouvera ci-dessous le texte du prospectus. Je me suis efforcé de garder son orthographe, son accentuation et sa ponctuation originales. Si les accents sont tellement différents de nos usages modernes, je suis frappé par la régularité de leur usage ou non, par la constance de Montfaucon, vraiment opposées au désordre des phrases de Focus, ce qui est sans doute symptomatique des difficultés et troubles de ce dernier. Avant l’édition du texte, je voudrais rapidement mettre en avant certains des principes de Montfaucon, en les transcrivant en français contemporain, ce qui pourrait être utile pour des moteurs de recherche et pour les lecteurs pressés.

                 Montfaucon commence par affirmer la supériorité du langage des images sur celui des mots en disant qu’une illustration graphique sera toujours meilleure qu’une description écrite. En outre, le groupement et la comparaison d’images permettent d’éviter de proposer des conjectures stupides. La connaissance de la vie réelle et des objets quotidiens permet de comprendre les écrits des savants, historiens, philosophes, poètes et, le plus important, des Pères de l’Église.

                 Au niveau de la forme de son ouvrage, Montfaucon défend la présence d’un index, ou table des matières détaillée, comme outil indispensable de travail et d’acquisition du savoir. Il a également réfléchi au bilinguisme, français et latin, de son œuvre, à la mise en page et à la visibilité de ces deux langues, qui relègue le latin en bas de page et plus petits caractères, même s’il est important d’apprendre à pouvoir s’exprimer dans les deux langues.

Bonne lecture !

[Page de titre]

L’ANTIQUITE EXPLIQUEE ET REPRESENTEE EN FIGURES

OUVRAGE FRANCOIS ET LATIN

Contenant près de douze cent Planches, divisé en cinq tomes.

par Dom Bernard de Montfaucon

religieux benedictin de la congrégation de S. Maur.

A Paris

[p. 1]

L’ANTIQUITE EXPLIQUEE ET REPRESENTEE EN FIGURES

Le livre qu’on annonce ici au public est un ouvrage de plusieurs années, dans lequel on donne la connoissance de tout ce qui regarde l’Antiquité. Ce ne sont point des explications détachées, mais des discours suivis, où chaque sujet est traité avec toute l’étendue nécessaire. Et comme une description, quelque claire et quelque détaillée qu’elle puisse être, n’expose jamais les choses aussi sensiblement que fait leur représentation peinte ou gravée, l’Auteur a ramassé tout ce qu’il a pû trouver de monuments anciens, tant ceux qu’on avoit déjà publiez, que ceux que les Cabinets renferment, & tous les autres qui n’avoient pas encore vû le jour. Non content d’avoir dépouillé tous les livres d’Antiquitez Greques, Romaines & autres, pour placer chaque figure selon l’ordre qu’il s’est prescrit, il a cherché soigneusement dans les Bibliotheques & ailleurs, & a fait des extraits considerables soit des Manuscrits, soit de plusieurs livres imprimez, qui après une longue suite d’années étoient tombez dans l’oubli, & dont quelques-uns sont entièrement inconnus.

                 Par le secours de ses amis & des ses correspondans, il a eu la communication de plusieurs Antiquitez de l’Italie & de l’Espagne, ou nouvellement découvertes, ou négligées jusqu’à présent. Les desseins se sont enfin tellement augmentez, qu’il est en état de donner un beaucoup plus grand nombre de figures sur chaque matière, qu’on n’en avoit encore vû. La réunion des images, qui regardent le même sujet, est d’une si grande utilité, qu’il n’y a que l’expérience qui la puisse faire comprendre. Tel Auteur se fatigue à expliquer un ancien monument, & hazarde

[p. 2]

des conjectures en l’air, qui, s’il avoit vû le tout rassemblé, auroit d’abord été au fait, & ne se seroit point donné la torture à imaginer des choses, qui dans la suite se touvent fausses.

                 Rien de plus important pour l’intelligence de l’histoire, que de connoître la forme d’un grand nombre de choses, qui entrent dans la suite de la narration ; des armes par exemple, quand il s’agit de guerres, des campemens, des machines à prendre les places, des différentes espèces de piques, épées, boucliers, & autres armes tant offensives que défensives. Il est souvent necessaire d’avoir sous les yeux la représentation de toutes ces choses pour entrer dans la pensée des Historiens & des autres Auteurs. Ils n’en donnent que les noms ; s’ils en font quelquefois la description, le Lecteur a bien de la peine à s’en former sur leur récit une idée distincte ; & le plus souvent il aime mieux passer legerement, & n’entendre qu’à demi, que de se tourmenter à chercher des choses, dont l’intelligence lui coute tant de peine ; au lieu que quand on a la vraie peinture des choses, un coup d’œil fait plus que tous les commentaires.

                Il en est de même de tous les autres termes qui regardent les divinitez, les sacrifices, les temples, & les instruments qui y étoient en usage ; les appartemens des maisons, les meubles, les habits tant des hommes que des femmes, & generalement toutes les choses dont les noms seuls ne sçauroient tracer une image parfaite.

                 On tâche de lever ici toutes ces difficultez en représentant en figures ce qui est susceptible, dans les Auteurs tant Grecs que Latins, tant Ecclesiastiques que Profanes, & réduisant le tout en un corps d’ouvrage terminé par une Table generale, où tous les mots se trouveront avec des renvois à l’explication, & en même temps à la figure. Moyennant ce secours un jeune homme qui se sera servi de cette methode dès l’enfance, entendra mieux les Auteurs pour ce qui regarde ces termes, que ne font aujourd’hui les gens les plus habiles, qui en étant destituez, sont obligez de passer sur une infinité de difficultez, qui leur coûteroient trop à développer, & les obligeroient à mettre des années entieres à lire des Auteurs, qu’ils lisent en peu de jours en s’exemptant de ces recherches.

                Le dessein general de l’Ouvrage est donc, non seulement d’expliquer, mais aussi de representer en figures tout ce qui en est susceptible dans les anciens Auteurs, tant Grecs que Latins, tant Ecclesiastiques que Profanes. On fera son possible pour ne rien donner que de sûr, c’est-à-dire qui ne soit ou copié d’après l’Antique, ou figuré sur la description que les Auteurs, soit sacrez, soit profanes, en font : il y en aura assez peu de cette derniere maniere. On ne manquera jamais

[p. 3]

de citer les lieux d’où l’on a tiré les figures, de même que les Auteurs sur le recit desquels on aura fait le dessein. On prévoit pourtant qu’après avoir fait toutes les diligences possibles, il restera encore bien des noms de choses, dont on ne connoîtra pas la figure, & tout de même bien des figures, dont on ne sçaura pas le nom. Mais sans rien omettre de tout cela, on abandonnera à la recherche des habiles gens, ce qu’on n’aura pu découvrir. Voilà le plan de l’Ouvrage, qui sera divisé en cinq volumes in folio.

                 Dans le PREMIER on traitera de l’origine de l’idolatrie, des idées que les anciens Payens avoient de leurs divinitez ; des dieux des Grecs et des Romains, de toutes les manieres que les anciens Auteurs les décrivent, & que les monumens les representent : leurs histoires s’y retrouveront aussi avec toutes les figures qui nous en restent. On donnera raison dans la Preface, pourquoi on a commencé par les Divinitez grecques et romaines.

                 LE SECOND TOME sera divisé en deux parties ; la premiere contiendra les Dieux des Egyptiens, les Abraxas, ou les pierres symboliques et magiques des Basilidiens & des autres heretiques de leurs tems ; les dieux des Arabes, des Syriens, des Perses, des Scythes, des Germains, des Gaulois, dont on a ramassé un assez grand nombre ; des Espagnols, & des Carthaginois. La seconde traitera des actes de religion : on y parlera des Prêtres de toutes ces nations, de leurs habits, de leurs colleges, des temples & de toutes leurs parties ; tous les temples qui restent aujourd’hui, ceux dont le plan et le profil ont été levez dans ces derniers siecles, ceux qui se trouvent sur les medailles ; tous ceux-là, dis-je, y seront représentez en figures. On y verra aussi les differentes formes des Autels, les instrumens qui servoient aux sacrifices & aux autres actes de religion, les sacrifices, les fêtes, les vœux, & tout ce qui avoit rapport à la superstition payenne.

                 LE TROISIEME TOME contiendra tout ce qui regarde la vie civile ; les habits de toutes les nations, tant des hommes que des femmes & des enfans ; tout ce qui servoit a la parure et a l’ornement, les maisons et les appartemens, les meubles toutes sortes, vaisseaux, chaises, ce qui regarde la table et la cuisine, les jardins & les maisons de campagne, les thermes & les bains, les mariages & leurs ceremonies : les grands jeux qui se faisoient dans les theatres, amphitheatres, cirques & naumachies, les petits jeux, ce qu’on appeloit tali, tessera, latrunculi, capilli. On y parlera de tous les arts, c’est-à-dire des instrumens, plutost que des ouvrages de chaque art en particulier ; puisque ce sont proprement les ouvrages

[p. 4]

des arts, qui sont presque tout le sujet de ce Recueil. Ce tome finira par la chasse & la pesche des Anciens.

Le QUATRIEME TOME sera pour la guerre : on y verra les habits militaires anciens de toutes les nations connues, les armes offensives & défensives de toute espece ; la Cavalerie des Grecs, Romains, Perses, Parthes, Scythes, Sarmates, Germains, Gaulois, Numides, Maures ; les harnois des chevaux, les signes militaires, les combats, les campemens, les sieges, les machines à prendre les places, (on en a es figures en grand nombre,) la manière de fortifier les places, & de se retrancher ; les ovations, triomphes, trophées, couronnes, arcs de triomphe, & tous les monumens de victoire. Après viendront les grands chemins, les chars & chariots, les bêtes de somme, les ponts & les aqueducs. Ce tome sera terminé par la navigation : on y trouvera la forme des vaisseaux, navires & triremes ; les ports & tout ce qui regarde la Marine.

                 Les Funerailles feront le CINQUIEME TOME. On y parlera d’abord des devoirs qu’on rendoit aux défunts avant le convoi, ensuite du convoi et des ceremonies de la sepulture, de l’usage d’embaumer, ou de brûler les corps, de la forme des tombeaux & mausolées, dont on donnera toutes les especes ; des urnes cineraires : de ce qu’on appelloit obvendaria, ossuaria, columbaria ; des lacrimatoires, des lampes sepulcrales, des consecrations ou apotheoses, des champs élisées, & et de l’enfer selon les idées des Payens.

                 Voila un grand détail, mais fort petit si on le compare à toutes les descriptions particulieres, & au grand nombre de differentes figures que le livre renferme. Ces figures seront d’une juste grandeur, ni trop grandes, pour ne pas grossir un ouvrage assez étendu de lui-même, ni trop petites, afin qu’on en puisse distinguer aisément toutes les parties. Les explications seront précises & aisées, sans rien omettre de ce qui est necessaire pour l’intelligence, on évitera toute superfluité, & on se gardera sur tout de trop donner à la conjecture, defaut qu’on reproche ordinairement aux Antiquaires.

                 L’Ouvrage sera en françois et en latin, non vis-à-vis par colonnes, mais le latin au bas des pages en plus petit caractere. Bien des gens n’étoient pas d’abord de ce sentiment ; mais après avoir entendu les raisons de l’Auteur, qu’il exposera dans sa Preface, tous sans exception sont convenus que c’étoit le meilleur parti ; plusieurs même le jugent absolument necessaire pour apprendre à s’exprimer en l’une & l’autre langue sur tout ce qui regarde l’Antiquité.

[p. 5]

                 Comme les desseins sont prêts, & que l’Auteur est en état de donner son Ouvrage au public, il pense à une prompte execution. Les gravûres qui montent à mille ou douze cent planches in folio, contiennent environ quarante mille figures, qui ne peuvent être expédiées diligemment, qu’en y mettant un grand nombre de Graveurs : c’est aussi ce qu’on est résolu de faire. Pour faciliter une entreprise de cette conséquence, l’Auteur et les Libraires ont été conseillez de suivre l’usage d’Angleterre et d’Hollande, qui est de proposer des souscriptions. Ils prennent d’autant plus volontiers ce parti, que non seulement les Anglois, mais aussi beaucoup de François s’offrent déjà pour souscrire ; & qu’il y a lieu d’esperer qu’en Flandre, Hollande, Allemagne, Espagne et Italie, plusieurs feront de même. Le prix pour ceux qui souscrivent est si modique, que les Libraires n’y trouvent gueres au-delà de l’argent déboursé ; puisque pour mille ou douze cent planches, & environ six cent feuilles d’impression, les souscripteurs ne donnent pour chaque exemplaire de petit papier en blanc, que cent quarante livres ; sçavoir soixante-dix livres présentement, & autant après l’impression, lorsqu’ils prendront les cinq volumes ; & pour chaque exemplaire de grand papier en blanc, deux cent livres, sçavoir cent livres d’abord, & autant après l’impression. Quand l’Ouvrage sera imprimé, on le vendra sans aucune diminution à ceux qui n’auront pas souscrit ; le petit papier en blanc 230 livres, & le grand papier en blanc 300 livres.

                 On avertit aussi le public, que l’Auteur par son contrat passé avec les Libraires, les oblige en cas qu’on en vienne à une seconde ou troisième édition, où il auroit ajouté quelque chose, de vendre à part les additions et supplémens ; afin que ceux qui auront la premiere édition, puissent avoir tout sans acheter la nouvelle.

                 On supplie ceux qui souscriront, & particulierement les Etrangers, d’écrire distinctement leurs noms, afin qu’il n’arrive ni confusion, ni méprise dans la distribution des exemplaires. Ceux qui auront quelque monument qui n’aura pas encore été publié, feront plaisir à l’Auteur, s’ils veulent bien le lui communiquer. Il ne manquera pas de leur en faire honneur, & de leur en témoigner sa reconnoissance.

[p. 6]

                 Ceux qui souscriront, remettront s’il leur plait, l’argent à Dom Bernard de Montfaucon Religieux de l’Abbaye de Saint Germain des Prez, ou aux Libraires nommez ci-après. On donnera à chacun des souscripteurs la reconnoissance et l’engagement signé des Libraires. Tout l’argent sera remis à Dom Bernard de Montfaucon, qui le mettra sous sûre garde dans un coffre fort dans la chambre du Procureur General de l’Ordre, dont ledit Procureur General aura une clef, & Dom Bernard de Montfaucon une autre. Et l’on donnera aux Libraires une reconnoissance des sommes qu’on y mettra.

                 Le papier, le caractere & la forme des pages, la disposition du françois & du latin, seront les mêmes dans tout l’ouvrage, que dans ce Projet.

Noms des Libraires,

Florentin Delaulne,

Hilaire Foucault,

Rue Saint Jacques.

Michel Clousier,

Jean-Geoffroy Nyon,

Sur le Quay des Augustins

Etienne Ganeau, R S Jacq.

Nicolas Gosselin, au Palais.

Pierre-François Giffart,

Rue Saint-Jacques.

De l’imprimerie de FLORENTIN DELAULNE. 1717

Ajout du 7 août 2023

Dans le petit livret de Juliette Jestaz, Chronologie de l’édition de L’Antiquité expliquée (1713-1724), mise en images par Alain Maes (non paginé, livret de 21 pages), qui accompagne le gros ouvrage sur L’Antiquité expliquée édité par V. Krings et paru en 2021, il est signalé que le prospectus, qui semble avoir été imprimé pour la première fois fin juillet 1716, est également publié dans les Mémoires de Trévoux en octobre 1716 et dans le périodique Histoire critique de la république des lettres en décembre 1716. La reproduction dans le livret de Jestaz de la première page du prospectus dans les les Mémoires de Trévoux semble montrer que le texte est le même que celui du prospectus reproduit ci-dessus, qui date de 1717, avec de minimes changements de ponctuation et d’accentuation.

Le prospectus est réédité une nouvelle fois en janvier 1718, avec nouvelle échéance.

Deux questions après la visite de l’exposition Kiyoshi Yamashita

Le Musée de la mode de Kobe (神戸ファッション美術館) accueille en ce moment1 une rétrospective des œuvres de Kiyoshi Yamashita, un artiste que l’on pourrait rattacher à l’Art Brut à cause de ses problèmes mentaux2. Voici l’affiche de l’exposition3 : Deux questions me sont venues à l’esprit lors de ma visite, questions qui viennent sans doute de mon étude de Focus. D’abord, il est remarquable que dans cette exposition d’environ 150 œuvres s’étendant sur 35 années, à l’exception d’un nu féminin intitulé “Strip-teaseuse” (de 1956), on ne voit nulle trace de sexe, de pulsions, de colère ou de frustration.

(Vidéo officielle de présentation de l’exposition, donnant un bon aperçu de son contenu)

Maki Kaneko a récemment écrit quelques pages très intéressantes sur cet aspect lisse de l’œuvre de Yamashita et sa réception4. Yamashita était évidemment incapable de gérer lui-même sa carrière et sa réputation. C’est Ryūzaburō Shikiba (1898-1965) qui s’est occupé de lui après la seconde guerre mondiale et qui a construit sa personne publique et sa gloire : Yamashita fait parfois la couverture des journaux, plusieurs films et feuilletons télévisés ont été tournés en se basant sur sa vie, des expositions monstres ont parcouru le Japon de son vivant. Shikiba était psychiatre, et il s’était intéressé aux rapports entre art et folie, en particulier à la personnalité de Vincent Van Gogh. Pendant la guerre, il en était venu aussi à étudier l’artisanat populaire et à mettre en avant la “pureté”, l’ “innocence” , la “bonne santé” de ses créateurs anonymes, tous traits personnifiés également, selon lui, par Kiyoshi Yamashita. Shikiba va donc mettre en avant l’innocence de son protégé, sa pureté qu’il explique par son état permanent de grand enfant, dénué de sexualité. C’est ainsi qu’il explique que Yamashita ne se soucie pas de son apparence publique et n’éprouve aucune gêne à se déshabiller en public; il n’y voit aucune malice: quand il fait chaud, il se dénude comme peuvent le faire de jeunes enfants. Le mot nu est associé à Yamashita, par exemple dans son surnom de “Général nu” (裸の大将: hadaka no taishou), qui va servir de titre au film, dirigé par Hiromichi Horikawa, qui lui est consacré en 1958. Certains artistes ou critiques d’art vont reprocher à Shikiba cette caractérisation et lui enjoindre d’arrêter d’exhiber son patient, vont essayer de se distancier de cette façon japonaise “conservatrice” d’insister sur le côté primitif et naïf des œuvres de malades mentaux, en opposition à l’image d’avant-garde, de rejet des conventions mise en avant en Europe. On voit donc que le côté lisse de l’œuvre de Yamashita qui m’avait intrigué lors de ma visite était voulu et encouragé par son chaperon. Cela pourrait-il avoir eu pour conséquence que Shikiba aurait caché, voire détruit, des dessins de Yamashita qui ne convenaient pas à l’image qu’il avait construite5 ? Ou l’état mental de celui-ci était-il vraiment tel qu’il était dépourvu de toute pulsion ? Je suis évidemment incapable de répondre à cette question, mais, sans malice, elle me semble légitime. En outre, elle conduit à ma deuxième interrogation. Sur les 150 pièces environ exposées, seule une dizaine proviennent de collections privées (個人蔵). Toutes les autres, en particulier les œuvres les plus célèbres ou remarquables, appartiennent à la Société de gestion des œuvres de Kiyoshi Yamashita (山下清作品管理事務所)6 .  Cela renforce l’impression de grand contrôle sur son œuvre, que j’ai évoquée ci-dessus, et donne l’impression que Kiyoshi Yamashita ne vendait pas beaucoup d’œuvres.  Comment donc était-il rétribué pour son travail ? Comment a-t-il pu payer son voyage en Europe au début des années 60 quand il était si cher de sortir du Japon en avion ? Plusieurs sources de revenus sont envisageables : les expositions qui attiraient les foules et leurs revenus dérivés (on parle de 800.000 visiteurs pour une exposition au grand-magasin Daimaru de Tokyo en 1956), les droits d’auteur de ses livres, une certaine rémunération pour l’exploitation de son image dans les films et les feuilletons télévisés. Kiyoshi Yamashita était-il lui-même conscient de la valeur monétaire de sa production ? On en revient ainsi à Focus dont la survie de l’œuvre a dépendu de la volonté d’une personne ou de personnes qui nous restent inconnues, dont on ne connaît pas la motivation, mais qui ont dû passer par une certaine censure et des destructions pour rendre le volume des dessins de Focus supportable à leurs contemporains. Sont-ce les mêmes personnes qui ont payé les frais de son séjour aux Petites Maisons ?
  1. J’ignore la raison de cet accueil, Yamashita n’étant lié ni à la mode, ni à Kobe. En septembre, l’exposition sera accueillie par le Musée municipal des Beaux-Arts de Fukui. On peut voir la liste des musées qui l’hébergent jusqu’en 2024 ici. []
  2. O. R. Lindsley, “Can deficiency produce specific superiority-the challenge of the idiot savant”, Exceptional Children 31.5 (1965), p. 225-232 : Yamashita était sans doute un autiste savant. []
  3. Je propose un bref commentaire sur cette image sur mon autre carnet de chercheur: « Un regard japonais sur un tableau du japonisme ». Publié sur Acrobates japonais en France le 26/07/2022. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3957. []
  4. Maki Kaneko, Mirroring the Japanese Empire : the male figure in yōga painting, 1930-1950 (Leyde, 2015), p. 135-140. []
  5. Pour la comparaison, on peut penser aux passages du journal d’Anne Frank sur les menstruations et la sexualité que son père avait choisi de ne pas éditer. []
  6. Voir son petit site internet officiel. A Kobe, lors d’une conférence, la société est représentée par un neveu de Kiyoshi : 山下浩氏 []

David Joris, un nouvel “ancêtre de l’art brut” ?

Alors que je baguenaudais sur internet, mon attention a été attirée par une vente prochaine chez Christie’s: un dessin similaire à ceux de Focus en certains aspects. Si son style est très différent, et s’il est fait usage d’encre rouge, ce qui n’apparaît jamais chez Focus, son format (42 x 28,7 cm), la technique employée (plume et encre brune)1, sa mise en page avec une curieuse action à l’avant-plan, une architecture et un paysage imaginaires2, un ciel ennuagé peuvent, me semble-t-il, être rapprochés des dessins du peintre qui nous occupe dans ce carnet.

Continuer la lecture de « David Joris, un nouvel “ancêtre de l’art brut” ? »
  1. Le catalogue signale aussi des “framing lines”, des “traits d’encadrement”, comme chez Focus, mais je ne les vois pas sur l’illustration. []
  2. On y reconnaît un petit obélisque et une statue équestre. []

Cinq statues sur un balcon: 4. Charité

Détail du dessin Cat. 31

La quatrième statue de notre dessin est également un groupe statuaire: une femme voilée se tient droite et tient un enfant des deux mains; un petit animal est couché à ses pieds. Les éditeurs du Catalogue y ont raisonnablement vu une Vierge à l’enfant, mais plusieurs détails me poussent à proposer une autre identification: la position presque horizontale de l’enfant, qui n’est pas des plus communes avec Marie, ses lèvres légèrement entrouvertes, presque quémandeuses, et le téton gauche de la femme, bien visible.

Je suggère donc que la statue est une représentation allégorique de la Charité, ou Charitas, qui consiste en une femme allaitant un ou plusieurs enfants.

Continuer la lecture de « Cinq statues sur un balcon: 4. Charité »

Cinq statues sur un balcon. 3. Cupidon ou Adonis avec Vénus ?

Détail du dessin Cat. 31. © The University of Edinburgh

La troisième statue du dessin 31 est en fait un groupe statuaire de trois figures: une Vénus de Médicis, un dauphin et un jeune homme. La Vénus de Médicis est une des statues grecques les plus connues et les plus recopiées partout en Europe depuis le 17e siècle. Focus pourrait avoir contemplé la statue originale à Rome lors de son séjour, puisqu’elle ne part pour Florence qu’en 1677, ou il a en mémoire une copie ou une étude, car cette statue devient vite un élément du canon esthétique européen. Dans le cadre de mon intérêt sur le lien entre Georges Focus et la naissance du genre de la bande dessinée, je ne résiste pas à reproduire cette gravure de Hogarth, centrée sur la statue de Vénus.

Continuer la lecture de « Cinq statues sur un balcon. 3. Cupidon ou Adonis avec Vénus ? »

Cinq statues sur un balcon. 2. Religion et un oiseau moqueur

Voici un détail du dessin Cat. 31 de Focus montrant la statue que nous allons étudier aujourd’hui, après notre examen de la statue du Temps:

Détail du dessin Cat. 31. © The University of Edinburgh
Continuer la lecture de « Cinq statues sur un balcon. 2. Religion et un oiseau moqueur »

Cinq statues sur un balcon. 1. Le Temps, une de ses ennemies, le spectre du Dom Juan de Molière ?

Focus, Dessin Cat. 31, © The University of Edinburgh

Dans le dessin Cat. 31, Georges Focus a représenté cinq statues féminines dressées sur la balustrade d’une grande terrasse. Ces statues sont chacune remarquables et uniques. Dans les jours qui viennent, je vais essayer de les présenter et de voir quelles sources d’inspirations pourraient avoir influencé Focus.

Le Temps

Détail du dessin Cat. 31. © The University of Edinburgh

La première statue à gauche sur le dessin semble facilement identifiable par les deux objets qu’elle porte, une faux de la main droite, un sablier de la main gauche, et par les ailes dans son dos. Comme les éditeurs du Catalogue l’ont bien noté, il s’agit apparemment d’une allégorie du Temps1 Toutefois, représentation unique à ma connaissance, il s’agit ici non d’un vieil homme, mais d’une jeune femme au torse entièrement nu, les seins en évidence; un châle partiellement transparent tombe négligemment de ses coudes, lui couvre le pubis et le haut des cuisses, mais dévoile ses genoux.

L’image de Focus est unique; il faut essayer d’en trouver les sources pour tenter de la comprendre au-delà des troubles mentaux de son créateur. On peut par exemple y voir la synthèse originale de différentes traditions iconographiques, car, si le Temps est généralement un homme âgé, il est souvent représenté en compagnie d’une jeune femme plus ou moins nue2.

La Vérité

Le Temps est ainsi souvent associe à la Vérité, qu’il sauve, nue, de différents ennemis. Voici, par exemple, un tableau de 1657, œuvre de Theodoor van Thulden, un peintre flamand qui vécut quelques années à Paris dans les années 1630. Le Temps sauve sa fille la Vérité des assauts de l’Envie et de l’Ignorance. L’Hypocrisie gît au sol, un masque à la main. Le vêtement que porte la Vérité ressemble à celui de la statue du Temps de Focus3.

Theodoor van Thulden, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15611222

On retrouve cette scène en sculpture aussi. Par exemple, on peut voir au Louvre la statue d’Honoré Pelle, Le Temps découvrant la Vérité (vers 1700, initialement placée dans dans le parc de Marly).

Photographie par Sailko, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=30216854

L’Histoire

Parfois, l’Histoire est représentée comme une femme ailée qui domine le Temps en écrivant son œuvre sur le dos de celui-ci.

Luca Giordano, L’Histoire et le Temps (c. 1680) (Musée des Beaux-Arts de Brest), Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=79542577 (Chronos, le Temps, est assimilé à Cronos [Saturne] dévorant l’un de ses enfants)

C’est une allégorie que l’on retrouve de façon spectaculaire à Versailles, grâce à une statue de Domenico Guidi, La Renommée du Roi (commencée en 1677 et mise en place en 1686), en collaboration avec Charles Lebrun pour son programme allégorique4.

Photographie de Trizek, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15420909

L’Histoire ou la Renommée, ailée, écrit les Annales du règne de Louis XIV, dont un portrait orne un médaillon; elle se sert du Temps comme lutrin et terrasse l’Envie, qui dévore son propre cœur. Elle est vêtue d’une tunique, ce qui la distingue nettement de la statue dessinée par Focus. Des gravures ont rapidement répandu cette représentation de la gloire du roi au-delà des jardins de Versailles.

On trouvait une autre version de cette allégorie à l’intérieur du château, dans l’Escalier des Ambassadeurs, sur un dessin de Le Brun. Cette fois-ci, tant la position de l’Histoire que son vêtement la distinguent de l’image de Focus.

Charles Le Brun, L’Histoire écrivant les évènements du règne de Louis XIV (“Étude pour le décor du plafond de l’escalier des Ambassadeurs du château de Versailles, 1674-1679”)

Une version plus agressive de ce thème peut se discerner dans le tableau suivant, “commandé par l’abbé Strozzi à Florence en 1664 pour être offert à Louis XIV”. Le Temps y est vaincu par la Gloire de Louis XIV, ailée tout comme le vieillard. On retrouve dans ce tableau le sablier et la faux, et on pourrait imaginer que la statue de Focus s’est emparée des attributs du Temps et pose alors, fière de sa victoire.

Volterrano, La gloire de Louis XIV triomphe du temps (vers 1664).

La Renommée

Parfois, la relation entre le Temps et sa comparse féminine est plus violente, comme dans les allégories qui voient le Temps arracher les ailes de la Renommée.

On peut ainsi admirer la fresque spectaculaire de Volterrano au Palazzo Lanfredini à Florence (1672-1673). On y retrouve une femme à moitié nue et la faux du dessin de Focus. Cette fois-ci, les deux protagonistes de la scène sont ailés.

Photographie de Sailko, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=69656015

Vénus

C’est aussi une scène de confrontation que l’on peut voir dans un tableau de Simon Vouet, Le Temps vaincu par l’Amour, Vénus et l’Espérance (vers 1640), mais cette fois-ci le Temps est le perdant et c’est le vieillard qui se se voit dépiauté:

CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48949818

Le Temps qui tient une faux de la main droite et une renommée ailée, encore une fois, peuvent faire penser à la statue de Focus. Comme avec la Gloire ci-dessus, on peut imaginer que la femme ailée de Focus pose victorieuse avec le trophée des attributs de son ennemi défait.

Aurore

Une allégorie dont le thème est proche de celui du Temps est celle de l’Aurore, représentée parfois comme une femme ailée plus ou moins habillée, ce qui la rapproche du dessin de Focus. Voici par exemple, une gravure de Jan Sadeler (1582).

Gravure de Jan Sadeler, d’après Dirk Barendsz (1582). © The Trustees of the British Museum, CC BY-NC-SA 4.0

Une toile spectaculaire de Giovanni Antonio Pellegrini (1718) présente Aurore de la même façon.

Giovanni Antonio Pellegrini — https://www.mauritshuis.nl/en/explore/the-collection/artworks/aurora-1136/detailgegevens/, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=76734092

Aurore est également représentée en compagnie d’un vieillard pour illustrer son amour mythique avec Tithon et la triste conséquence du vieillissement sans fin de son amant.

Anonyme (École française) , Aurore, Céphale et Tithon et (Vers 1600) — Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=91989283

Si ces images étaient probablement connues de Focus, il ne me semble pas qu’elles aient pu inspirer directement le peintre dans ce cas-ci.

Le Spectre du Dom Juan de Molière

Jusqu’ici, j’ai présenté l’image de Focus comme pouvant être le résultat d’une sélection d’accessoires et de thèmes parmi des motifs existant; j’ai essayé d’insérer le dessin unique de statue de Focus dans une tradition culturelle qui aurait rendu sa réalisation aisée et facilement interprétable par ses contemporains.

On peut aussi ouvrir une autre piste d’explication en se demandant s’il faut rattacher le dessin de statue de Focus à l’un des épisodes les plus fameux du théâtre de son temps, une scène du Dom Juan de Molière, un écrivain que Focus cite plusieurs fois dans ses dessins. La pièce fut jouée pour la première fois en 1665.

Scène V
DON JUAN, SGANARELLE ; UN SPECTRE, en femme voilée.

– Sganarelle

Ah ! monsieur, c’est le ciel qui vous parle, et c’est un avis qu’il vous donne.

– Don Juan

Si le ciel me donne un avis, il faut qu’il parle un peu plus clairement, s’il veut que je l’entende.

– Le Spectre

Don Juan n’a plus qu’un moment à pouvoir profiter de la miséricorde du ciel, et s’il ne se repent ici, sa perte est résolue.

– Sganarelle

Entendez-vous, monsieur ?

– Don Juan

Qui ose tenir ces paroles ? Je crois connaître cette voix.

– Sganarelle

Ah ! monsieur, c’est un spectre, je le reconnais au marcher.

– Don Juan

Spectre, fantôme, ou diable, je veux voir ce que c’est.
(Le spectre change de figure, et représente le Temps, avec sa faux à la main.)

– Sganarelle

Ô ciel ! voyez-vous, monsieur, ce changement de figure ?

– Don Juan

Non, non, rien n’est capable de m’imprimer de la terreur ; et je veux éprouver, avec mon épée, si c’est un corps ou un esprit.
(Le Spectre s’envole, dans le temps que don Juan le veut frapper.)

– Sganarelle

Ah ! monsieur, rendez-vous à tant de preuves, et jetez-vous vite dans le repentir.

– Don Juan

Non, non, il ne sera pas dit, quoi qu’il arrive, que je sois capable de me repentir. Allons, suis-moi.

Molière, Don Juan ou le Festin de pierre, Texte établi par Charles Louandre, Charpentier, 1910, Œuvres complètes, tome II (p. 120-129). Wikisource, //fr.wikisource.org/w/index.php?title=Don_Juan_ou_le_Festin_de_pierre/%C3%89dition_Louandre,_1910/Acte_V&oldid=7236354

Il s’agit de l’antépénultième scène de la pièce, juste avant la rencontre finale de Dom Juan avec la statue du Commandeur. Elle n’est pas sans poser problème aux metteurs en scène et aux exégètes car le Spectre arrive sans annonce et son identité n’est pas assurée (beaucoup y voient Elvire)5, et elle est même absente de certaines éditions du texte6. Voici la vidéo d’une mise en scène de 2002 à la Comédie Française, qui donne une exemple concret de matérialisation du Spectre:

Mise en scène de Jacques Lassalle; Dom Juan: Andrzej Seweryn; Sganarelle: Roland Bertin

Le personnage du Spectre s’est en quelque sorte imposé à Molière qui souhaitait donner une pièce spectaculaire, en utilisant des machines de théâtre. Il est une création originale du dramaturge, qu’on ne trouve pas dans les versions de l’histoire qui auraient influencé Molière. Malheureusement, le contrat détaillé entre sa troupe et deux peintres pour la réalisation des décors de la pièce ne nous apprend rien sur le Spectre7.

Marché de décors du Festin de pierre, 1664. Archives nationales, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=41156034

Seules les didascalies de l’édition de 1682 peuvent être de quelque aide: “UN SPECTRE, en femme voilée”, “Le spectre change de figure, et représente le Temps, avec sa faux à la main”, “Le Spectre s’envole, dans le temps que don Juan le veut frapper” . On peut alors imaginer que la statue de Focus est le Spectre qui vient juste de laisser glisser son voile, de “changer de figure” pour montrer qu’il est le Temps.

On se gardera bien ici de prétendre que Focus a assisté à une représentation du Festin de Pierre, mais il me semble qu’on puisse retenir l’hypothèse qu’il connaissait cette pièce et qu’il s’en est inspiré pour son dessin, ce qui pourrait en faire un témoignage indirect précieux pour ce moment de la vie littéraire en France

Les deux hypothèses présentées ici me semblent exclusives l’une de l’autre: soit Focus a puisé dans le catalogue contemporain des allégories et de l’iconographie pour créer une image de Gloire ou de Vénus victorieuse du Temps, soit il fait une allusion à une scène remarquable d’une pièce de théâtre contemporaine. Pour comprendre Focus, la recherche progresse lentement; j’espère que l’analyse des autres statues du dessin permettra de décider quelle est la meilleure des explications présentées ici.

Annexe: Le texte du dessin

Je n’ai pas trouvé d’élément d’explication du dessin dans le texte de son phylactère, mais elle se trouve peut-être sous mes yeux incapables. Si une lectrice ou un lecteur pense pouvoir dénicher un élément d’interprétation, n’hésitez pas à laisser un mot en commentaire.

La Renanse corna à faire peur aux vivants,

la Renonse gronda aussi faute d’argent.

La Renuense, son amie, en fit de même.

Le Renurise, sa fille, n’ayant pas ce qu’on aime

Et qui se couche nommée la pierre plate,

Abandonne le fils du roi tout nu pour la pourpre et l’écarlate.

La Renirise, nommée Margot la Pie au nid

D’épines de celui qui en est couronné ne se soucie.

Arrivé dans le port après avoir échappé du naufrage,

Le Grand Maître se chausse devant lui de conduite très sage,

Pour partir pour la guerre avec son cordonnier

Qui le chausse alors que Focus va lui montrer le papier

Qu’il a ordonné du dessin de sa maison.

Il ne trouve enfin rien pour toute raison.

Georges Focus, Phylactère du dessin Cat. 31, adapté en français moderne et formaté pour respecter la versification
  1. Pour la comparaison, voir Pierre Mignard, Allégorie du temps (“en rapport avec le décoration du plafond du Cabinet des Coquilles, au château de Versailles.”), la gravure de Gérard de Lairesse, Le Temps, Mnémosyne et Pratique (1670-1675). []
  2. Pour ma recherche, cet article s’est avéré très utile: B. Delmas, Allégories et représentations de la science et du travail de la Renaissance à nos jours. Conférence inaugurale du 127e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 15 avril 2002. In: Le travail en représentations. Actes du 127e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, « Le travail et les hommes », Nancy, 2002. Paris : Editions du CTHS, 2005. pp. 15-46. (Actes du Congrès national des sociétés savantes, 127). Beaucoup d’informations précieuses aussi dans l’article de H. Himelfarb, Figures et figurations du temps dans la sculpture française du règne de Louis XIV. In: Littératures classiques, n°43, automne 2001. Le temps au XVIIe siècle. pp. 27-42. DOI : https://doi.org/10.3406/licla.2001.1565. []
  3. Voir aussi Annibale Carracci, Le Temps et la Vérité (1584); Gilles Coignet, Le Temps et la Vérité (1596); Charles Dauphin, Le Temps dévoilant la Vérité (vers 1640 ?) et une autre version datant de 1660-1665 (?) [Voir R. Fohr, Pour Charles Dauphin, Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Age, Temps modernes, tome 94, n°2. 1982. pp. 979-994. DOI : https://doi.org/10.3406/mefr.1982.2681]; École de Nicolas Poussin, Le Temps soustrait la Vérité aux atteintes de l’Envie et de la Discorde (1641) (“commandé par le cardinal de Richelieu en 1641 pour le plafond du Grand Cabinet du Palais-Cardinal”) (voir aussi la gravure de Gérard Audran); Bartolomeo Guidobono, La Verità scoperta dal Tempo (fin du 17e s.) . Parfois, cette scène a été confondue avec Saturne enlevant Cybèle comme dans le cas de la statue de Thomas Regnaudin, maintenant au Louvre, mais qui était destinée à Versailles; voir Himelfarb p. 34. []
  4. Sur l’histoire et les vicissitudes de cette statue, voir A. Maral, « La Renommée du roi » de Domenico GuidiVersalia. Revue de la Société des Amis de Versailles, n°13, 2010, pp. 145-157. DOI : https://doi.org/10.3406/versa.2010.904. []
  5. Voir, par exemple, A. Lévêque, Le “Spectre en Femme Voilée” dans le Dom Juan de Molière, Modern Language Notes 76, No. 8 (Déc. 1961), p. 742-748 (https://www.jstor.org/stable/3039946); W. Helling, Le Dénouement du Dom Juan de Molière: Un problème de mise en scène, Chimères 18(2) (1986), p. 23–50 (https://doi.org/10.17161/chimeres.v18i2.6272); D. Gambelli, Le Dom Juan de Molière et les machines de la tragédie. In: Littératures classiques, n°27, printemps 1996, pp. 43-52. DOI : https://doi.org/10.3406/licla.1996.2447. []
  6. Pour l’histoire du texte et de ses censures, voir J. Dejean, « Le travail de l’oubli : commerce, sexualité et censure dans Le Festin de Pierre de Molière », Littérature 144 (2006), p. 6-24. DOI : 10.3917/litt.144.0006 (traduction francaise par Jean de Guardia et Alexandre Gefen de « The work of forgetting : Commerce, sexuality, censorship, and Moliere’s Le Festin de Pierre », Critical Inquiry (automne 2002). []
  7. Voir l’analyse détaillée d’A. Albert-Galtier, L’Itinéraire de Dom Juan : six décors pour une pièce à machines, Cahiers du XVIIe siècle: An Interdisciplinary Journal (1992), p. 97-112. []

Dessin Cat. 29 (5. Verso Texte 1: mais de quel sac s’agit-il ?)

Le verso du dessin Cat. 29 est complètement écrit, mais on peut y observer plusieurs phases de rédaction. Le premier texte est écrit un peu en haut à droite de la feuille; il ressemble dons son esprit à une étiquette.

Continuer la lecture de « Dessin Cat. 29 (5. Verso Texte 1: mais de quel sac s’agit-il ?) »

Dessin Cat. 29 (4. Notes marginales : pourquoi Focus cite-t-il Monsieur de Pourceaugnac de Molière ?)

Le dessin Cat. 29 contient 4 textes: le phylactère principal cloué au char des Turcs, un petit texte écrit sur un sac au dos d’une louve ailée et deux lignes écrites en dehors du cadre du dessin, en-dessous et à droite.

Voici ces dernières (à gauche, une transcription; à droite, une version en français moderne plus lisible):

Continuer la lecture de « Dessin Cat. 29 (4. Notes marginales : pourquoi Focus cite-t-il Monsieur de Pourceaugnac de Molière ?) »

Image du mois: Atlas et Hercule supportant le globe céleste

Sotheby’s propose lors d’une prochaine vente le dessin d’un contemporain de Focus, Michel Corneille le Jeune (1642-1708), qui offre un parallèle intéressant avec les dessins de l’artiste dont nous nous occupons ici:

Continuer la lecture de « Image du mois: Atlas et Hercule supportant le globe céleste »

D’une pierre deux coups ? Une chouette à cheval, Louis XIV et Charles Le Brun

Voici le dessin Cat. 27 de Georges Focus:

Georges Focus, Cat. 27. (= Recueil de Desseins Ridicules par le nomme Foque … f. 82r; University of Edinburgh)

Continuer la lecture de « D’une pierre deux coups ? Une chouette à cheval, Louis XIV et Charles Le Brun »

Le repentir

La lecture de la Tribune de l’Art il y a quelques semaines m’a fait découvrir un tableau extraordinaire1, qui a beaucoup de points communs avec les dessins de Focus et illustre l’iconographie dans laquelle il baignait et que ses troubles mentaux ont transformée.

Continuer la lecture de « Le repentir »
  1. Voir aussi D. Rykner, Une esquisse du Repentir du Grand Condé identifiée à Bordeaux, La Tribune de l’Art (2 septembre 2017). []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search