Colloque: Bandes dessinées hors-champs – Comics on the Outside

Mise à jour du 28 mai 2021:

Le programme du colloque et les modalités d’inscription pour le suivre (gratuitement) sont maintenant disponibles sur le site internet du groupe ACME.


Voici le programme du colloque international « Bandes dessinées hors-champs – Comics on the Outside », qui se tiendra à Bruxelles et en ligne du 2 au 4 juin 2021. J’aurai l’honneur d’y donner une présentation intitulée: « Georges Focus (c. 1640-1708), il était fou et ses dessins sont de la bande dessinée ? ».

Merci aux organisateurs, Benoît Crucifix et Erwin Dejasse, pour leur accueil.

(Même si le fichier PDF ne se présente pas bien, il semble qu’il soit possible de l’ouvrir et de le sauver en cliquant sur le double chevron en haut à droite de l’image.)

Note de lecture: N. Surlapierre, Focus se croyant roi

Nicolas Surlapierre1, Focus se croyant roi, L’art brut existe-t-il ? éd. par L. Bertrand Dorleac et L. Gervereau (Paris, 2019), p. 150-159 (actes du colloque « L’art brut existe-t-il ? » organisé par la Maison John et Eugénie Bost – Fondation John Bost, La Force, Dordogne, les 25, 26 et 27 mars 2019)2

Dans son stimulant article, N. Lapierre insiste justement sur le caractère exceptionnel de la conservation des œuvres de Focus, qui permettraient, selon lui de répondre à la question « d’où vient l’art brut ? »

Il consacre quelques paragraphes au jeu qui se noue entre les dessins de Focus et la culture classique; par exemple, les Renommées qui ornent la partie supérieure de beaucoup de dessins de Focus sont immédiatement identifiables comme telles, mais elles sont perturbatrices par leur caractère sexué, affolant et étrange. Il en est de même avec les images de loups dévoreurs, que l’on rapproche sans peine de la louve romaine tout en étant particulièrement dérangeantes.

Sous le titre « Foucus ou Fucault », Lapierre consacre ensuite quelques réflexions sur l’apport des écrits de Foucault à l’analyse des dessins de Focus: « Face aux dessins de Focus, il est difficile d’oublier Foucault. »3. « Foucault complète la signification de l’intérêt du théâtre dans l’œuvre de Focus » (p. 155)4, qui serait un « symptôme d’une insatisfaction face à la représentation ».

Lapierre voit dans certains éléments des paysages gravés de Focus des prémices de son aliénation, et, inversement, il accorde beaucoup de sens à des dessins de la période de folie de Focus, en leur donnant une valeur esthétique, politique et morale. Je dois avouer que, après la lecture approfondie d’un peu moins d’un quart des dessins de Focus, je ne suis pas convaincu qu’on puisse ainsi leur donner une interprétation systématique et générale, même si, bien sûr, on y trouve des éléments de critique politique ou artistique vis-à-vis des des œuvres et actions de ses contemporains. Trouver ou pas de la cohérence à des saillies, parfois mal comprises, est tout l’enjeu de l’étude et de l’interprétation des feuilles de Focus.

Enfin, Lapierre insiste justement sur l’attention que l’on doit porter à la langue de Focus: ses texte « prennent leur sens dans leur prononciation et même dans leur élocution » (157) 5.

Précurseurs de l’art brut

Au début de son article (p. 152. Apocryphe), Lapierre apporte quelques utiles informations sur des « précurseurs de l’art brut »:

  • Antoine Rabany dit le Zouave (1844-1919)6
Un barbu Muller— CC BY 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=37902474
  • Opicinus de Canistris, cartographies anthropomorphes (1337)7
Opicinus de Canistris, Biblioteca Apostolica Vaticana, Vat. lat. 6435 , Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=42322363

Envie de lecture après avoir fini cet article

P. Morel, Les Grotesques. Les figures de l’imaginaire dans la peinture italienne de la fin de la Renaissance (Paris, 2001)

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Note de lecture: N. Surlapierre, Focus se croyant roi," in Georges Focus, peintre et fou, 03/03/2021, https://georgesfocus.hypotheses.org/1862.
  1. Directeur des musées de Besançon. []
  2. Bref compte-rendu par Marc Décimo, « Situation de l’Art brut », Critique d’art [En ligne], 53, mis en ligne le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/53885 ; DOI : https://doi.org/10.4000/critiquedart.53885. []
  3. Allusion à l’essai de Jean Baudrillard publié en 1976. []
  4. Voir l’article de Brugerolles dans Catalogue p. 241-252. []
  5. Lapierre revient sur « tamperin » pour lequel je propose une interprétation ici et antipaster (Cat. 23) sur lequel je vais bientôt revenir pour suggérer une autre explication que celle donnée dans le Catalogue et reprise par Lapierre. []
  6. B. Montpied, R. Gayraud, L’auteur des « Barbus Müller » démasqué !, Le poignard subtil (avril 2018). []
  7. M. Laharie, Une cartographie à la folie. Le journal d’Opicinus de Canistris, MEFR 119,2 (2007), p. 361-399. Sur ce sujet, on peut aussi lire S. Piron, Dialectique du monstre. Enquête sur Opicino de Canistris (2015); Philippe Maupeu, « Opicinus de Canistris : quand la carte est le territoire », Littératures 78 (2018), mis en ligne le 23 juillet 2019. DOI : https://doi.org/10.4000/litteratures.1828. []

Théophile Bra

Grâce à l’excellent livre Lesage, Simon, Crépin. Peintres, spirites et guérisseurs (Lille, 2019)1, je découvre2 un artiste qui a connu un destin un peu semblable à celui de Focus3.

Théophile Bra (1797-1863) est un sculpteur que l’on peut rapprocher de Focus, car, comme lui, il a reçu une excellent éducation, fait partie des milieux artistiques académiques proches du pouvoir et a eu des problèmes psychiques. Alors qu’il connaissait un certain succès avec des commandes publiques comme la statue de la Colonne de la Déesse de Lille, il entend des voix, a des « extases somnambuliques », souffre de mélancolie et s’intéresse au spiritisme.

La colonne de la Déesse sur la Place du Général de Gaulle à Lille. Photo de Velvet, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24609826

Il tient une sorte de journal et réalise 5000 dessins très curieux, souvent associés à des textes, autre parallèle avec Focus4.

Le « titre » du dessin ci-dessus « Le dessin parle » rappelle aussi la façon dont Focus catégorise ses dessins: « des écritures dessinées« .

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Théophile Bra," in Georges Focus, peintre et fou, 24/02/2021, https://georgesfocus.hypotheses.org/1877.
  1. Sur la scénographie de l’exposition qu’accompagnait cet ouvrage, voir H. Bicocchi, Les “Portraits Debout” de Frédéric Logez, ou une nouvelle manière de dresser des portraits, Voir et penser (Carnet Hypothèses) (6 avril 2020); en juin, on pourra lire Marc Décimo, « Lesage, Simon, Crépin : peintres, spirites et guérisseurs », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/61713. []
  2. En fait, je redécouvre parce que Bra est mentionné dans le Catalogue de l’exposition Focus. []
  3. Voir, par exemple, Yves Gagneux, c.r. de Théophile Bra, Jacques de Caso, André Bigotte et Frank Paul Bowman, L’Évangile rouge dans Revue d’Histoire littéraire de la France 105e Année, No. 4, (OCTOBRE-DÉCEMBRE 2005), pp. 1051-1054. URL: https://www.jstor.org/stable/41494356, avec une discussion de l’opportunité de rattacher ou non cet artiste à l’art but []
  4. Ces dessins sont conservés à la bibliothèque municipale de Douai, mais je n’en ai pas trouvé mention sur le site internet de cette institution: https://www.bm-douai.fr/. []

Colloque: Bandes dessinées hors-champs / Comics On the Outside

Je recopie l’information suivante parue sur Calenda:

3-4 juin 2021, Université libre de Bruxelles

Argumentaire

Dans sa thèse de doctorat La Bande dessinée et son double, Jean-Christophe Menu avance l’idée de « corpus hors-champ de la bande dessinée » pour décrire « tout un corpus d’œuvres relevant […] indéniablement de son domaine mais qu’elle [la bande dessinée] n’intègre pas dans son Histoire, et donc qu’elle ne reconnaît pas comme partie intégrante de son champ » (2011, 432). Ce colloque a pour ambition de se saisir de cette notion de « corpus hors-champ ». Celle-ci est apte à catalyser divers intérêts de recherche et à faire émerger de nouveaux objets d’études jusqu’alors tenus en marge des discours sur la bande dessinée.

Elargir un corpus

Le hors-champ invite ainsi à élargir un corpus à une série d’objets, d’œuvres, de pratiques situées aux limites et aux marges de ce qui est établi comme champ. (…)

« Bandes dessinées hors-champs », Appel à contribution, Calenda, Publié le lundi 14 décembre 2020, https://calenda.org/824222
Continuer la lecture de « Colloque: Bandes dessinées hors-champs / Comics On the Outside »

La tabagie du dessin Cat. 19

Georges Focus, Dessin Cat. 19 (© The University of Edinburgh)

Le dessin Cat. 19 offre une scène de tabagie, censée se passer dans l’hôtel de ville de Lyon. Comme l’écrivent Marianne Cojannot-Le Blanc et Christian Michel dans leur commentaire, les tabagies sont des scènes de genre, « un topos chez les peintres de cette époque »1. J’ai l’impression que cela vaut en particulier pour les peintres des Pays-Bas. Afin de montrer les similitudes et les différences entre le dessin de Focus et d’autres images contemporains, voici une petite galerie d’images.

Peintures

Gravure

Gravure de Wenceslaus Hollar (1627-1636) (British Museum 1870,0514.236)

Caricatures

On voit que le dessin de Focus s’inscrit effectivement bien dans la thématique des tabagies, mais s’en distingue par son apparence de dernière cène, comme l’ont aussi bien remarqué Cojannot-Le Blanc et Michel, qui est extrêmement originale, et par la présence d’un grand baldaquin à gauche de la table, là où l’on attendrait plutôt une cheminée.

Le jeu d’images entre tabagie et religion illustre très bien le texte du dessin, mais celui-ci ne dit rien du curieux décor de la scène2 :

Ici, l’après-repas que messieurs de Lyon

Donnent au fils du roi qui se fait connaître pour conversation

De pipe de tabac et de liqueurs afin de le préparer

De vins d’Espagne, Rossoli, eau de vie, à son embarquement de mer

Comme il partait pour à Marseille,

Il y fut vidé [de] vin maintes bouteilles

De bons vins de Cornare, muscat et Frontignan

Frais arrivé bourru et troublé mais sans casser les dents

Les sieurs Pantos, Blanchet et Mimerel

Y dressèrent le repas du dîner dans leur hôtel

De ville de Lyon où Jésus se frisa

Et s’y prit aux cheveux parce qu’il y fuma

Et que sa tête non encore accoutumée

Au tabac s’y étourdit par sa fumée

(…)

Georges Focus, texte du phylactère du dessin Cat. 19, adapté en français moderne et mis en page pour respecter sa versification.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "La tabagie du dessin Cat. 19," in Georges Focus, peintre et fou, 18/08/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/1706.
  1. Catalogue p. 168. []
  2. Pour l’identification des alcools et des personnages cités, voir l’excellent commentaire de Marianne Cojannot-Le Blanc et Christian Michel. []

Animaux sur des échasses

Le dessin de Georges Focus Cat. 17 contient un chat monté sur des échasses.

Chat monté sur des échasses; détail du dessin Cat. 17 de Georges Focus (Extrait d’un fichier © The University of Edinburgh)
Continuer la lecture de « Animaux sur des échasses »

Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l’au-delà

Le Musée Maillol accueille du 10 juin au 1er novembre 2020 l’exposition « Esprit es-tu là ? Les peintres et les voix de l’au-delà ».

La nouvelle exposition du musée Maillol, après une première étape au LaM de Villeneuve d’Ascq, révèle l’oeuvre d’une sélection d’artistes spirites autour de trois figures principales de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle : Augustin Lesage, Victor Simon et Fleury-Joseph Crépin. Le parcours chronologique, historique et thématique présentera plus d’une centaine d’œuvres issues de collections européennes, publiques et privées.

Originaires tous trois du Nord de la France et de milieu modeste, travaillant comme mineurs, plombiers ou cafetiers, rien ne les prédestinait à la peinture, jusqu’à que ce que des voix les enjoignent à le faire.  
Naissent alors des œuvres étranges, d’une minutie exceptionnelle et d’une grande qualité plastique, conçues comme des édifications spirituelles, associant des influences et des motifs d’origines disparates : chrétiennes, hindoues, orientales ou encore inspirées de l’Égypte antique. L’ornement et la symétrie dominent dans leurs œuvres ainsi que dans celles des autres peintres spirites également présentés dans l’exposition. Le courant spirite, qui apparaît d’abord aux États-Unis au milieu du XIXe siècle, fait des émules en Europe. Communiquer avec les esprits devient rapidement un phénomène de société, favorisé par les guerres qui secouent le continent, puis cultivé par les milieux intellectuels. Les surréalistes André Breton ou Victor Brauner seront parmi les premiers à collectionner les œuvres de ces artistes, jusqu’à Jean Dubuffet.

À travers des documents d’archives, des œuvres contemporaines, des installations, et des vidéos, l’exposition souligne également la survivance des pratiques spirites et leur rayonnement au-delà de la peinture.

Exposition co-organisée avec le LaM – Lille Métropole Musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut, Villeneuve d’Ascq. 

https://www.museemaillol.com/fr/esprit-es-tu-peintres-et-voix-lau-dela

Les acheteurs et les vendeurs d’œuvres de Georges Focus aux 17e et 18e siècles

Grâce au site AWOL – The Ancient World Online, j’ai découvert l’existence du Getty Provenance Index®, une base de données issues de fonds d’archives, de catalogues de ventes et d’inventaires de marchands d’œuvres d’art, concernant les provenances et les ventes d’œuvres d’art.

Si l’on combine les données de ce site issues d’une recherche sur Georges Focus avec les informations extraites du catalogue de l’exposition de Paris en 2019, voici les résultats que l’on obtient sur la renommée de ce peintre avant qu’il ne disparaisse de l’histoire de l’art:

Continuer la lecture de « Les acheteurs et les vendeurs d’œuvres de Georges Focus aux 17e et 18e siècles »

Qui est saint silvaistre ? Qui ressemble à Morosini ?

Le dessin Catalogue 10 offre un bon exemple des difficultés d’interprétation et de compréhension qu’offrent les dessins de Georges Focus.

Continuer la lecture de « Qui est saint silvaistre ? Qui ressemble à Morosini ? »

Une peinture de fou ou de folle dans une gravure hollandaise ?

Les dessins de Focus sont exceptionnels, mais tout aussi remarquable est leur survie. Qui les a sauvés ? Qui les a conservés ? Qu’en pensaient ses contemporains ? sont des questions fascinantes, auxquelles le catalogue de l’exposition de Paris a commencé à répondre. La question est difficile car il n’existe pas beaucoup de sources sur la façon dont l’art des fous était considéré avant le 19e siècle1. Les sources visuelles, les images peuvent-elles nous aider ?

Le Rijksmuseum possède une série de gravures intitulée « Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij », ou « Victime de possession ou de sorcellerie ». Créées un peu avant 16602, elles montrent des hommes ou des femmes, 13 en tout, au comportement dérangé. Certaines de ces personnes semblent être examinées par un comité, de personnalités civiles et religieuses ou peut-être de médecins, et traitées pour leurs troubles, plus ou moins violemment.

Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij (nrs. 12-13), ca. 1658, h 143 mm × l 92 mm; domaine public, http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464419

Une grande partie de ces scènes semble se dérouler au sein d’un même bâtiment. Un détail a attiré mon attention sur la gravure 2.

Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij (nr. 2), ca. 1658 , h 144 mm × l 92 mm; domaine public; http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464412

On voit dans cette pièce, qu’une large tenture permet d’obscurcir, au mur, un tableau aux traits simplifiés. Les chances sont faibles, car l’arrière-plan de ces gravures est traité très sommairement, comme le montre ce qui semble être une corniche moulurée sous le tableau, mais je me demande si on pourrait voir ici la reproduction sommaire d’un exemple de création faite par un des fous de l’établissement et gardée par les docteurs ou inquisiteurs comme pièce à conviction ou, plus simplement, comme un objet étrange digne d’intérêt.

Il n’existe pas beaucoup de représentations anciennes de dessins ou de tableaux réalisés par des fous. Une des plus connues est une gravure de William Hogarth, The Interior of Bedlam (Bethlem Royal Hospital) (1735 [1763])3.

William Hogarth, The Interior of Bedlam (Bethlem Royal Hospital), gravure du recueil A Rake’s Progress (1735 [1763]) (McCormick Library, Northwestern University); Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=652959

On y voit un des patients de l’asile dessiner sur un mur un mélange de figures géométriques parfois complexes et de graffiti au style plus libre, parmi lesquels on reconnaît un bateau. Toutefois, j’attire l’attention sur le fait que, dans une pièce du fond, on peut aussi discerner une série de papiers punaisés au mur, chacun contenant un cercle surmontant ce qui semble être une ligne de texte, une légende pour le dessin. Ces dessins font naturellement penser aux « écritures dessinées » de Focus, avec leurs phylactères. Seraient-ils eux aussi des œuvres de personnes souffrant d’une maladie mentale ? Dans quelle mesure cette gravure peut-elle servir de document historique puisque les savants s’accordent sur le fait que les fous représentés par Hogarth sont des stéréotypes sans rapport avec la vie quotidienne de l’asile ?

Détail de la gravure de Hogarth; domaine public

Cette courte entrée de carnet n’est constituée que de questions sans réponse, je m’en excuse, mais j’espère avoir soulevé l’espoir qu’il puisse encore exister plus de dessins anciens réalisés par des fous qu’on ne le pense.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Une peinture de fou ou de folle dans une gravure hollandaise ?," in Georges Focus, peintre et fou, 02/11/2019, https://georgesfocus.hypotheses.org/124.
  1. Pour un état de la question, voir J.-L. Bourget, « L’art d’un fou est-il de l’art brut ? », Critique, 2019/4 (n° 863), p. 293-306. URL : https://www.cairn.info/revue-critique-2019-4-page-293.htm. []
  2. Elles ont été utilisées pour le livre d’Abraham Palingh, ‘t Afgerukt mom-aansight der tooverye, Jan Rieuwertsz. (I), Amsterdam 1659 , visible ici dans une édition de 1725. []
  3. La peinture originale de Hogarth n’est pas aussi détaillée en ce qui concerne ces dessins []