“L’Antiquité expliquée” à Suita (Osaka, Japon)

Présentation et projet de visite

Suivant l’exemple de l’article de Wallace Kirsop1, qui présente brièvement les exemplaires de L’Antiquité expliquée conservés en Australie, je voudrais dire un mot ce ceux qui sont présents au Japon, plus exactement de ceux qui sont conservés dans des bibliothèques universitaires (On ne peut exclure que ces livres fassent aussi partie de collections privées au Japon). Il est très facile de les découvrir par une recherche sur le site internet de la bibliothèque de mon université, Kansai Gaidai.

Capture d’écran, 28 août 2023.

Comme la traduction anglaise reprise dans les catalogues est un fac-similé de 1976, je ne m’y arrête pas. En ce qui concerne la version originale française, le catalogue apprend que deux exemplaires sont présents dans le pays : l’un à 東大総, c’est-à-dire à l’Université de Tokyo, la meilleure et plus prestigieuse université du Japon, l’autre à 関大, c’est-à-dire à l’Université du Kansai. Les deux universités semblent posséder le set initial de 10 volumes, mais pas les cinq volumes du Supplément. Le catalogue internet des bibliothèques universitaires n’explique évidemment pas, dans son laconisme efficace, comment ces livres sont arrivés jusqu’à elles.

Comme l’Université du Kansai (dite Kandai) se trouve dans la ville où je réside, j’ai décidé d’aller examiner leur exemplaire. Il est conservé dans la section Livres précieux, et la procédure veut alors que la bibliothèque de mon université contacte la bibliothèque de Kandai pour s’assurer que les livres sont effectivement consultables (en bon état ou tout simplement présents actuellement dans la bibliothèque, car ils peuvent parfois être prêtés pour des expositions) et pour prendre un rendez-vous en mon nom. J’en profite donc pour remercier Madame S., bibliothécaire à l’Université de Kansai Gaidai, pour son efficacité.

Le but de ma visite est multiple :

  • voir de mes yeux cette série de livres, pour mieux saisir l’aspect visuel de ses planches, et les rapports entre mots et images. Leur taille (46 cm de haut d’après le catalogue) ne permet pas aux reproductions électroniques de reproduire parfaitement la sensation physique que l’on peut éprouver à leur lecture.
  • essayer de trouver qui était le premier propriétaire de l’exemplaire de L’Antiquité expliquée de Kandai, par exemple en cherchant un ex-libris ou un reçu de souscription
  • examiner les reliures et les particularités propres à cet exemplaire, sa qualité d’impression (en m’inspirant de l’article de Maes2 ), les marques d’usure et d’usage (par exemple, des notes)
  • essayer de comprendre comment il est arrivé au Japon.

Un mot sur l’Université du Kansai. Cet établissement est une des universités privées prestigieuses de la région. Initialement établissement d’enseignement limité au droit et au commerce, il est devenu université et son campus a été déplacé à Suita, dans la banlieue Nord d’Osaka, j’imagine en rapport avec le développement d’une ligne de train Hankyu, en 1922. L’Université compte actuellement 13 facultés, est liée à un réseau de lycées dans toute la région et est aussi connue pour sa patinoire à glace où s’entraînent des étudiants sportifs de niveau olympique. Je n’aurai pas le bonheur de travailler dans sa bibliothèque initiale, bâtiment maintenant classé, construit en 1928 et agrandi selon les plans du célèbre architecte Togo Murano en 1955. Elle est devenue le Musée de l’Université.

Musée de l’Université du Kansai. Photographie de Tokumeigakarinoaoshima — Travail personnel, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=19508768

Ma visite à la bibliothèque de Kandai

Grâce au rendez-vous pris par la bibliothécaire de mon université, j’ai été très gentiment accueilli par les bibliothécaires de Kandai, qui avaient préparé la collection de Montfaucon dans un petit local où j’ai pu travailler, seul, en toute liberté, dans des conditions parfaites. Un tout grand merci à eux.

Les dix volumes de L’Antiquité expliquée dans leurs boîtes protectrices, mis à ma disposition dans une salle de la bibliothèque de l’Université du Kansai, août 2023

Lire les volumes de L’Antiquité expliquée en les manipulant physiquement est évidemment une expérience totalement différente de leur consultation électronique. Je n’ai pas écrit “en les tenant dans mes mains” car ils sont tellement grands et lourds qu’il n’est pas possible de les lire à bout de bras3. Il faut nécessairement les ouvrir sur une table pour pouvoir en tourner les pages. Une autre sensation concrète que ne peut offrir l’écran d’ordinateur est celle de la qualité du papier et la forte différence entre les pages de texte et les planches d’images, imprimées sur un papier beaucoup plus épais, dans lequel se marque en relief la poussée de l’impression.

Relief marqué des planches d’images imprimées sur un papier épais.

Les volumes de Kandai sont d’une belle et forte reliure brune bordée d’une décoration dorée, bien conservés en général, malgré quelques relâchements internes. Ils donnent l’impression qu’ils ont été rarement ouverts. Je fus même un temps pris d’un léger découragement, car aucune trace de possession n’y était visible : pas d’ex-libris, pas de reçu de souscription, pas de notes manuscrites. Cela donnait l’impression, impossible et absurde, d’un voyage sans escale dans le temps entre la France de 1719 et le Japon de 2023.

Heureusement, des petits papiers déchirés et pliés vinrent apporter un souffle de lecture passée et un élément de réponse à mes questions ci-dessus. Des gens avaient effectivement lu Montfaucon, avaient repéré des passages qui les avaient intéressés ou marqué la page où leur lecture s’était temporairement arrêtée. Ils ont utilisé comme signets des papiers dont ils n’avaient plus besoin en les réduisant en charpie. Un de ces morceaux de papier semble garder une trace manuscrite, peut-être multilingue, d’une prise de notes4. Les deux autres sont des textes imprimés en anglais et, par chance, donnent des indices géographiques et chronologiques.

Un indice géographique dans un fragment de prospectus mentionnant la Wesleyan Methodist Association

Ce morceau de papier ne porte un texte imprimé que sur un seul côté. Il mentionne les opinions de la “Wesleyan Methodist Association” sur la consommation d’alcool et les maux qu’elle entraîne. Par chance pour notre recherche, il mentionne l’imprimeur du texte:

JAMES HILL, PRINTER AND BOOKBINDER, LISKEARD.

Le prospectus ou la feuille d’information a donc été imprimé en Cornouailles, dans la petite ville de Liskeard (un peu plus de 10.000 habitants actuellement). L’église méthodiste de la ville, construite en 1846, est bâtiment classé5.

Methodist Church, Barn Street, Liskeard, Cornwall. Photographie par Mutney — CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=128353785

Merci Wikipedia qui fournit la photographie ci-dessus et m’apprend que la “Wesleyan Methodist Association” a été formée en 1836 et a rejoint en 1857 les “United Methodist Free Churches”, ce qui donne une fourchette chronologique d’une vingtaine d’années pour notre signet, chronologie que confirme le deuxième document, que je soupçonne donc avoir été oublié par le même individu, envers qui je ne saurais jamais être trop reconnaissant.

Un indice chronologique dans une liste de promotions militaires

Le signet est un fragment de revue ou de journal ; il porte du texte sur ses deux côtés. Le recto mentionne la promotion de plusieurs officiers militaires au rang de “major-generals”. Leurs noms sont suffisamment reconnaissables pour qu’une recherche Google permette de découvrir que l’annonce de cette promotion fut largement publiée, par exemple dans le Supplement to the London Gazette du 10 novembre 18466, ce qui s’associe parfaitement avec les informations déduites de notre premier texte.

Le verso du fragment semble discuter une affaire de politique locale sans que l’on puisse y comprendre grand-chose. Il comporte un nom identifiable : St. Aubyn. Il s’agit d’une famille de baronnets anglais, par ailleurs liés à la Cornouailles, un autre parallèle avec le texte précédent7.

Arrivée à l’Université du Kansai

Le seul élément d’information que les bibliothécaires de Kandai ont pu me donner, et je les en remercie, est que l’ouvrage a été enregistré dans le catalogue le 1er avril 1985. Aucune information ne semble avoir été conservée sur l’origine de l’ouvrage et la motivation de cet achat. 1985 est le moment où l’économie japonaise est triomphante et arrive à des sommets, ce qui se marque par exemple par des achats spectaculaires de symboles culturels européens, comme Les Tournesols de Van Gogh remportés aux enchères par Yasuo Goto en 1987. A bien moindre échelle, c’est peut-être ce qui est arrivé à Montfaucon aussi.

Avant la Cornouailles

Le mystère reste complet sur les années qui séparent la parution du livre (1719) et 1846. Comment les volumes de Kandai sont arrivés en Cornouailles ne peut, pour l’instant, être décrit, pas plus que leur trajet entre Liskeard et Suita.

  1. Wallace Kirsop, Vers une étude du marché anglais des œuvres de Bernard de Montfaucon, in V. Krings (éd.), L’Antiquité expliquée et représentée en figures, de Bernard de Montfaucon. Histoire d’un livre, (Scripta Receptoria, 19), (Ausonius Éditions, Bordeaux 2021), p. 601-614, aux p. 610-612. []
  2. Alain Maes (et Bernard Minguet), « Des gravures sous les feux de la rampe », ibid. p. 225-276. []
  3. Cela rend vraiment étonnante l’anecdote selon laquelle Frédéric de Thoms voyageait toujours avec les quinze volumes reliés de L’Antiquité expliquée, rangés dans une “caisse spéciale”, qui ne les a pas empêchés de tomber un jour “dans l’eau”. []
  4. Je n’arrive pas à lire beaucoup de mots. L’impression de prise de notes vient du mot “Italy” et de bilinguisme vient de la lecture incertaine du mot “chère”. []
  5. Historic England, WESLEY METHODIST CHURCH (2023). []
  6. P. 3989. []
  7. Comme je n’ai aucune connaissance sur la noblesse anglaise, je me réfère de nouveau à Wikipedia ; il semble que le nom nobiliaire (appellation non garantie) St Aubyn se soit interrompu en 1839 pour reprendre en 1866. Le texte de notre fragment ferait donc référence au passé, et il est impossible de savoir de quel St. Aubyn il s’agit. Ni le nom St. Aubyn, ni la Cornouailles n’apparaissent dans la base de données en ligne du Répertoire des souscripteurs de L’Antiquité expliquée. John St Aubyn, jeune étudiant à Oxford lors de la parution des livres, aurait le profil parfait d’un acheteur ; c’est sans doute une pure coïncidence. []

Deux questions après la visite de l’exposition Kiyoshi Yamashita

Le Musée de la mode de Kobe (神戸ファッション美術館) accueille en ce moment1 une rétrospective des œuvres de Kiyoshi Yamashita, un artiste que l’on pourrait rattacher à l’Art Brut à cause de ses problèmes mentaux2. Voici l’affiche de l’exposition3 : Deux questions me sont venues à l’esprit lors de ma visite, questions qui viennent sans doute de mon étude de Focus. D’abord, il est remarquable que dans cette exposition d’environ 150 œuvres s’étendant sur 35 années, à l’exception d’un nu féminin intitulé “Strip-teaseuse” (de 1956), on ne voit nulle trace de sexe, de pulsions, de colère ou de frustration.

(Vidéo officielle de présentation de l’exposition, donnant un bon aperçu de son contenu)

Maki Kaneko a récemment écrit quelques pages très intéressantes sur cet aspect lisse de l’œuvre de Yamashita et sa réception4. Yamashita était évidemment incapable de gérer lui-même sa carrière et sa réputation. C’est Ryūzaburō Shikiba (1898-1965) qui s’est occupé de lui après la seconde guerre mondiale et qui a construit sa personne publique et sa gloire : Yamashita fait parfois la couverture des journaux, plusieurs films et feuilletons télévisés ont été tournés en se basant sur sa vie, des expositions monstres ont parcouru le Japon de son vivant. Shikiba était psychiatre, et il s’était intéressé aux rapports entre art et folie, en particulier à la personnalité de Vincent Van Gogh. Pendant la guerre, il en était venu aussi à étudier l’artisanat populaire et à mettre en avant la “pureté”, l’ “innocence” , la “bonne santé” de ses créateurs anonymes, tous traits personnifiés également, selon lui, par Kiyoshi Yamashita. Shikiba va donc mettre en avant l’innocence de son protégé, sa pureté qu’il explique par son état permanent de grand enfant, dénué de sexualité. C’est ainsi qu’il explique que Yamashita ne se soucie pas de son apparence publique et n’éprouve aucune gêne à se déshabiller en public; il n’y voit aucune malice: quand il fait chaud, il se dénude comme peuvent le faire de jeunes enfants. Le mot nu est associé à Yamashita, par exemple dans son surnom de “Général nu” (裸の大将: hadaka no taishou), qui va servir de titre au film, dirigé par Hiromichi Horikawa, qui lui est consacré en 1958. Certains artistes ou critiques d’art vont reprocher à Shikiba cette caractérisation et lui enjoindre d’arrêter d’exhiber son patient, vont essayer de se distancier de cette façon japonaise “conservatrice” d’insister sur le côté primitif et naïf des œuvres de malades mentaux, en opposition à l’image d’avant-garde, de rejet des conventions mise en avant en Europe. On voit donc que le côté lisse de l’œuvre de Yamashita qui m’avait intrigué lors de ma visite était voulu et encouragé par son chaperon. Cela pourrait-il avoir eu pour conséquence que Shikiba aurait caché, voire détruit, des dessins de Yamashita qui ne convenaient pas à l’image qu’il avait construite5 ? Ou l’état mental de celui-ci était-il vraiment tel qu’il était dépourvu de toute pulsion ? Je suis évidemment incapable de répondre à cette question, mais, sans malice, elle me semble légitime. En outre, elle conduit à ma deuxième interrogation. Sur les 150 pièces environ exposées, seule une dizaine proviennent de collections privées (個人蔵). Toutes les autres, en particulier les œuvres les plus célèbres ou remarquables, appartiennent à la Société de gestion des œuvres de Kiyoshi Yamashita (山下清作品管理事務所)6 .  Cela renforce l’impression de grand contrôle sur son œuvre, que j’ai évoquée ci-dessus, et donne l’impression que Kiyoshi Yamashita ne vendait pas beaucoup d’œuvres.  Comment donc était-il rétribué pour son travail ? Comment a-t-il pu payer son voyage en Europe au début des années 60 quand il était si cher de sortir du Japon en avion ? Plusieurs sources de revenus sont envisageables : les expositions qui attiraient les foules et leurs revenus dérivés (on parle de 800.000 visiteurs pour une exposition au grand-magasin Daimaru de Tokyo en 1956), les droits d’auteur de ses livres, une certaine rémunération pour l’exploitation de son image dans les films et les feuilletons télévisés. Kiyoshi Yamashita était-il lui-même conscient de la valeur monétaire de sa production ? On en revient ainsi à Focus dont la survie de l’œuvre a dépendu de la volonté d’une personne ou de personnes qui nous restent inconnues, dont on ne connaît pas la motivation, mais qui ont dû passer par une certaine censure et des destructions pour rendre le volume des dessins de Focus supportable à leurs contemporains. Sont-ce les mêmes personnes qui ont payé les frais de son séjour aux Petites Maisons ?
  1. J’ignore la raison de cet accueil, Yamashita n’étant lié ni à la mode, ni à Kobe. En septembre, l’exposition sera accueillie par le Musée municipal des Beaux-Arts de Fukui. On peut voir la liste des musées qui l’hébergent jusqu’en 2024 ici. []
  2. O. R. Lindsley, “Can deficiency produce specific superiority-the challenge of the idiot savant”, Exceptional Children 31.5 (1965), p. 225-232 : Yamashita était sans doute un autiste savant. []
  3. Je propose un bref commentaire sur cette image sur mon autre carnet de chercheur: « Un regard japonais sur un tableau du japonisme ». Publié sur Acrobates japonais en France le 26/07/2022. Lien : https://acrobates.hypotheses.org/3957. []
  4. Maki Kaneko, Mirroring the Japanese Empire : the male figure in yōga painting, 1930-1950 (Leyde, 2015), p. 135-140. []
  5. Pour la comparaison, on peut penser aux passages du journal d’Anne Frank sur les menstruations et la sexualité que son père avait choisi de ne pas éditer. []
  6. Voir son petit site internet officiel. A Kobe, lors d’une conférence, la société est représentée par un neveu de Kiyoshi : 山下浩氏 []

Exposition à Shiga : Nés de la terre

Le musée de la tuile d’Omihachiman accueille du 15 février au 22 mars une exposition du musée d’art moderne de Shiga consacrée aux œuvres céramiques de Shinichi Sawada (né en 1982, il est atteint d’autisme) et d’autres membres de son atelier .

Continuer la lecture de « Exposition à Shiga : Nés de la terre »

アール・ブリュット ワールドフォーラム / Art Brut World Forum

Je recopie depuis le site internet https://artbrut-creation-nippon.jp/ le programme d’un colloque qui se tient ce week-end à Otsu (Préfecture de Shiga). Comme on peut le voir sur ce site internet bilingue, des spectacles, une exposition et une festival de cinéma ont lieu en même temps.

Continuer la lecture de « アール・ブリュット ワールドフォーラム / Art Brut World Forum »

Paravent et anonymat au procès d’un tueur de personnes handicapées mentales

Cette semaine s’est ouvert le procès de Satoshi Uematsu, accusé d’avoir en 2016, à coups de couteau, assassiné 19 personnes et blessé 25 autres, qui étaient patients ou employés (2 personnes) dans un centre pour personnes handicapées mentales à Sagamihara, à une cinquantaine de kilomètres de Tokyo, en pleine nuit, en une heure1 . L’accusé, qui s’était immédiatement présenté à la police peu après les faits, a justifié cet acte affreux par cette horrible motivation : « les handicapés profonds sont nuisibles à la société et il faut les tuer »2 L’assassin avait fait part de ses projets d’euthanasie massive dans des lettres envoyées à un homme politique3.

Deux particularités du procès font beaucoup parler d’elles. Les familles des victimes peuvent assister aux audiences, mais elles le font derrière un paravent et sont invisibles du public.

En outre, la décision a été prise de ne pas rendre publics les noms des victimes. Elles sont désignées selon les appellations「甲A」「乙B」(Personne A ou B). Il semble que la décision a été prise parce que leurs familles ont peur d’être discriminées si l’on apprend qu’un de leurs parents est handicapé4 ou parce qu’elles craignent d’être critiquées pour ne pas s’être occupé elles-mêmes de leurs enfants et de les avoir confiés à une institution5.

Une mère s’est distancée de cette position en révélant que sa fille s’appelait Miho, qu’elle était fière de sortir partout avec elle, et en divulguant des photographies de celle-ci6.

Voir aussi

Supplément d’information (18 janvier 2020)

Normalement, les tribunaux n’autorisent que l’usage d’un pseudonyme ou celui du nom de famille lors de leurs séances; il a fallu une décision spéciale pour que seul le prénom Miho soit utilisé pendant le procès7.

  1. Voir Japon. Au moins 19 morts et 25 blessés dans une attaque près de Tokyo, Ouest France (26 juillet 2016). []
  2. Voir, par exemple, Japan mass stabbing: Accused admits murders but denies guilt, BBC (8 janvier 2020). []
  3. A. Fallon, Japan: Violence and Ableism, The Platform (12 septembre 2016) ; voir la traduction anglaise d’une de ces lettres dans l’article de P. Willitts, Disability Hate Leads to Mass Murder in Japan, Global Comment (29 juillet 2016). []
  4. Ils « n’ont pas d’âme» et leur vie n’a «aucun sens», 20 minutes (8 janvier 2020). []
  5. Reuters, FEATURE: Japan confronts disability stigma after attack, Taipei Times (17 septembre 2016). []
  6. S. Kinoshita, Family discloses name of victim in 2016 massacre at Japan care home, The Mainichi (8 janvier 2020). []
  7. K. Tsuchiya et al., Prosecutors read statements of victims’ families in stabbing spree, The Asahi Shimbun (16 janvier 2020). []

“Art brut” aux Jeux Olympiques et paralympiques de Tokyo (2020)

(Comme je vis au Japon, je profite de ce carnet de recherche pour présenter, parfois très rapidement, des informations voisines thématiquement qui concernent mon pays d’accueil)

Aujourd’hui ont été dévoilées 20 affiches officielles pour les Jeux Olympiques et paralympiques de Tokyo en 20201 . Parmi celles-ci, plusieurs sont des oeuvres qui intéresseront peut-être les lectrices et lecteurs de ce carnet2.

Shoko Kanazawa, Fly high (Merci Tokyo 2020)

Shoko Kanazawa est atteinte de trisomie 21, mais vit de façon indépendante. Elle est une calligraphe très connue et a déjà effectué plusieurs commandes publiques, par exemple pour le générique de feuilletons télévisés. On dit que son style se personnalise de manière très originale3.

Tomoyuki Shinki , Offense No.7 ( ©Tokyo 2020 )

Tomoyuki Shinki est un artiste handicapé mental4; il utilise un ordinateur pour ses dessins de sport, en général des sports de contact5, mais, comme on le voit sur la vidéo ci-dessous, il peaufine ses dessins au crayon avec des couleurs. Il travaille au sein de l’atelier Incurve6.

  1. Agence Kyodo, Olympics: Organizers unveil art posters for Tokyo Games. []
  2. Pour une liste de tous les artistes, voir CIO, Tokyo 2020 sélectionne des artistes de renommée internationale pour créer les illustrations de ses affiches (31 juillet 2019). []
  3. C. Kato, Kanazawa Shôko, une calligraphe de génie malgré son handicap, nippon.com (11 novembre 2016). []
  4. NHK, Tokyo 2020 official posters unveiled (6 janvier 2020). []
  5. G. Marchini, Tomoyuki Shinki, Outsider Art Now (19 juin 2014). []
  6. http://g-incurve.jp/english/artist_shinki.html []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search