Cinq statues sur un balcon. 1. Le Temps, une de ses ennemies, le spectre du Dom Juan de Molière ?

Focus, Dessin Cat. 31, © The University of Edinburgh

Dans le dessin Cat. 31, Georges Focus a représenté cinq statues féminines dressées sur la balustrade d’une grande terrasse. Ces statues sont chacune remarquables et uniques. Dans les jours qui viennent, je vais essayer de les présenter et de voir quelles sources d’inspirations pourraient avoir influencé Focus.

Le Temps

Détail du dessin Cat. 31. © The University of Edinburgh

La première statue à gauche sur le dessin semble facilement identifiable par les deux objets qu’elle porte, une faux de la main droite, un sablier de la main gauche, et par les ailes dans son dos. Comme les éditeurs du Catalogue l’ont bien noté, il s’agit apparemment d’une allégorie du Temps1 Toutefois, représentation unique à ma connaissance, il s’agit ici non d’un vieil homme, mais d’une jeune femme au torse entièrement nu, les seins en évidence; un châle partiellement transparent tombe négligemment de ses coudes, lui couvre le pubis et le haut des cuisses, mais dévoile ses genoux.

L’image de Focus est unique; il faut essayer d’en trouver les sources pour tenter de la comprendre au-delà des troubles mentaux de son créateur. On peut par exemple y voir la synthèse originale de différentes traditions iconographiques, car, si le Temps est généralement un homme âgé, il est souvent représenté en compagnie d’une jeune femme plus ou moins nue2.

La Vérité

Le Temps est ainsi souvent associe à la Vérité, qu’il sauve, nue, de différents ennemis. Voici, par exemple, un tableau de 1657, œuvre de Theodoor van Thulden, un peintre flamand qui vécut quelques années à Paris dans les années 1630. Le Temps sauve sa fille la Vérité des assauts de l’Envie et de l’Ignorance. L’Hypocrisie gît au sol, un masque à la main. Le vêtement que porte la Vérité ressemble à celui de la statue du Temps de Focus3.

Theodoor van Thulden, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15611222

On retrouve cette scène en sculpture aussi. Par exemple, on peut voir au Louvre la statue d’Honoré Pelle, Le Temps découvrant la Vérité (vers 1700, initialement placée dans dans le parc de Marly).

Photographie par Sailko, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=30216854

L’Histoire

Parfois, l’Histoire est représentée comme une femme ailée qui domine le Temps en écrivant son œuvre sur le dos de celui-ci.

Luca Giordano, L’Histoire et le Temps (c. 1680) (Musée des Beaux-Arts de Brest), Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=79542577 (Chronos, le Temps, est assimilé à Cronos [Saturne] dévorant l’un de ses enfants)

C’est une allégorie que l’on retrouve de façon spectaculaire à Versailles, grâce à une statue de Domenico Guidi, La Renommée du Roi (commencée en 1677 et mise en place en 1686), en collaboration avec Charles Lebrun pour son programme allégorique4.

Photographie de Trizek, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15420909

L’Histoire ou la Renommée, ailée, écrit les Annales du règne de Louis XIV, dont un portrait orne un médaillon; elle se sert du Temps comme lutrin et terrasse l’Envie, qui dévore son propre cœur. Elle est vêtue d’une tunique, ce qui la distingue nettement de la statue dessinée par Focus. Des gravures ont rapidement répandu cette représentation de la gloire du roi au-delà des jardins de Versailles.

On trouvait une autre version de cette allégorie à l’intérieur du château, dans l’Escalier des Ambassadeurs, sur un dessin de Le Brun. Cette fois-ci, tant la position de l’Histoire que son vêtement la distinguent de l’image de Focus.

Charles Le Brun, L’Histoire écrivant les évènements du règne de Louis XIV (“Étude pour le décor du plafond de l’escalier des Ambassadeurs du château de Versailles, 1674-1679”)

Une version plus agressive de ce thème peut se discerner dans le tableau suivant, “commandé par l’abbé Strozzi à Florence en 1664 pour être offert à Louis XIV”. Le Temps y est vaincu par la Gloire de Louis XIV, ailée tout comme le vieillard. On retrouve dans ce tableau le sablier et la faux, et on pourrait imaginer que la statue de Focus s’est emparée des attributs du Temps et pose alors, fière de sa victoire.

Volterrano, La gloire de Louis XIV triomphe du temps (vers 1664).

La Renommée

Parfois, la relation entre le Temps et sa comparse féminine est plus violente, comme dans les allégories qui voient le Temps arracher les ailes de la Renommée.

On peut ainsi admirer la fresque spectaculaire de Volterrano au Palazzo Lanfredini à Florence (1672-1673). On y retrouve une femme à moitié nue et la faux du dessin de Focus. Cette fois-ci, les deux protagonistes de la scène sont ailés.

Photographie de Sailko, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=69656015

Vénus

C’est aussi une scène de confrontation que l’on peut voir dans un tableau de Simon Vouet, Le Temps vaincu par l’Amour, Vénus et l’Espérance (vers 1640), mais cette fois-ci le Temps est le perdant et c’est le vieillard qui se se voit dépiauté:

CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48949818

Le Temps qui tient une faux de la main droite et une renommée ailée, encore une fois, peuvent faire penser à la statue de Focus. Comme avec la Gloire ci-dessus, on peut imaginer que la femme ailée de Focus pose victorieuse avec le trophée des attributs de son ennemi défait.

Aurore

Une allégorie dont le thème est proche de celui du Temps est celle de l’Aurore, représentée parfois comme une femme ailée plus ou moins habillée, ce qui la rapproche du dessin de Focus. Voici par exemple, une gravure de Jan Sadeler (1582).

Gravure de Jan Sadeler, d’après Dirk Barendsz (1582). © The Trustees of the British Museum, CC BY-NC-SA 4.0

Une toile spectaculaire de Giovanni Antonio Pellegrini (1718) présente Aurore de la même façon.

Giovanni Antonio Pellegrini — https://www.mauritshuis.nl/en/explore/the-collection/artworks/aurora-1136/detailgegevens/, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=76734092

Aurore est également représentée en compagnie d’un vieillard pour illustrer son amour mythique avec Tithon et la triste conséquence du vieillissement sans fin de son amant.

Anonyme (École française) , Aurore, Céphale et Tithon et (Vers 1600) — Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=91989283

Si ces images étaient probablement connues de Focus, il ne me semble pas qu’elles aient pu inspirer directement le peintre dans ce cas-ci.

Le Spectre du Dom Juan de Molière

Jusqu’ici, j’ai présenté l’image de Focus comme pouvant être le résultat d’une sélection d’accessoires et de thèmes parmi des motifs existant; j’ai essayé d’insérer le dessin unique de statue de Focus dans une tradition culturelle qui aurait rendu sa réalisation aisée et facilement interprétable par ses contemporains.

On peut aussi ouvrir une autre piste d’explication en se demandant s’il faut rattacher le dessin de statue de Focus à l’un des épisodes les plus fameux du théâtre de son temps, une scène du Dom Juan de Molière, un écrivain que Focus cite plusieurs fois dans ses dessins. La pièce fut jouée pour la première fois en 1665.

Scène V
DON JUAN, SGANARELLE ; UN SPECTRE, en femme voilée.

– Sganarelle

Ah ! monsieur, c’est le ciel qui vous parle, et c’est un avis qu’il vous donne.

– Don Juan

Si le ciel me donne un avis, il faut qu’il parle un peu plus clairement, s’il veut que je l’entende.

– Le Spectre

Don Juan n’a plus qu’un moment à pouvoir profiter de la miséricorde du ciel, et s’il ne se repent ici, sa perte est résolue.

– Sganarelle

Entendez-vous, monsieur ?

– Don Juan

Qui ose tenir ces paroles ? Je crois connaître cette voix.

– Sganarelle

Ah ! monsieur, c’est un spectre, je le reconnais au marcher.

– Don Juan

Spectre, fantôme, ou diable, je veux voir ce que c’est.
(Le spectre change de figure, et représente le Temps, avec sa faux à la main.)

– Sganarelle

Ô ciel ! voyez-vous, monsieur, ce changement de figure ?

– Don Juan

Non, non, rien n’est capable de m’imprimer de la terreur ; et je veux éprouver, avec mon épée, si c’est un corps ou un esprit.
(Le Spectre s’envole, dans le temps que don Juan le veut frapper.)

– Sganarelle

Ah ! monsieur, rendez-vous à tant de preuves, et jetez-vous vite dans le repentir.

– Don Juan

Non, non, il ne sera pas dit, quoi qu’il arrive, que je sois capable de me repentir. Allons, suis-moi.

Molière, Don Juan ou le Festin de pierre, Texte établi par Charles Louandre, Charpentier, 1910, Œuvres complètes, tome II (p. 120-129). Wikisource, //fr.wikisource.org/w/index.php?title=Don_Juan_ou_le_Festin_de_pierre/%C3%89dition_Louandre,_1910/Acte_V&oldid=7236354

Il s’agit de l’antépénultième scène de la pièce, juste avant la rencontre finale de Dom Juan avec la statue du Commandeur. Elle n’est pas sans poser problème aux metteurs en scène et aux exégètes car le Spectre arrive sans annonce et son identité n’est pas assurée (beaucoup y voient Elvire)5, et elle est même absente de certaines éditions du texte6. Voici la vidéo d’une mise en scène de 2002 à la Comédie Française, qui donne une exemple concret de matérialisation du Spectre:

Mise en scène de Jacques Lassalle; Dom Juan: Andrzej Seweryn; Sganarelle: Roland Bertin

Le personnage du Spectre s’est en quelque sorte imposé à Molière qui souhaitait donner une pièce spectaculaire, en utilisant des machines de théâtre. Il est une création originale du dramaturge, qu’on ne trouve pas dans les versions de l’histoire qui auraient influencé Molière. Malheureusement, le contrat détaillé entre sa troupe et deux peintres pour la réalisation des décors de la pièce ne nous apprend rien sur le Spectre7.

Marché de décors du Festin de pierre, 1664. Archives nationales, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=41156034

Seules les didascalies de l’édition de 1682 peuvent être de quelque aide: “UN SPECTRE, en femme voilée”, “Le spectre change de figure, et représente le Temps, avec sa faux à la main”, “Le Spectre s’envole, dans le temps que don Juan le veut frapper” . On peut alors imaginer que la statue de Focus est le Spectre qui vient juste de laisser glisser son voile, de “changer de figure” pour montrer qu’il est le Temps.

On se gardera bien ici de prétendre que Focus a assisté à une représentation du Festin de Pierre, mais il me semble qu’on puisse retenir l’hypothèse qu’il connaissait cette pièce et qu’il s’en est inspiré pour son dessin, ce qui pourrait en faire un témoignage indirect précieux pour ce moment de la vie littéraire en France

Les deux hypothèses présentées ici me semblent exclusives l’une de l’autre: soit Focus a puisé dans le catalogue contemporain des allégories et de l’iconographie pour créer une image de Gloire ou de Vénus victorieuse du Temps, soit il fait une allusion à une scène remarquable d’une pièce de théâtre contemporaine. Pour comprendre Focus, la recherche progresse lentement; j’espère que l’analyse des autres statues du dessin permettra de décider quelle est la meilleure des explications présentées ici.

Annexe: Le texte du dessin

Je n’ai pas trouvé d’élément d’explication du dessin dans le texte de son phylactère, mais elle se trouve peut-être sous mes yeux incapables. Si une lectrice ou un lecteur pense pouvoir dénicher un élément d’interprétation, n’hésitez pas à laisser un mot en commentaire.

La Renanse corna à faire peur aux vivants,

la Renonse gronda aussi faute d’argent.

La Renuense, son amie, en fit de même.

Le Renurise, sa fille, n’ayant pas ce qu’on aime

Et qui se couche nommée la pierre plate,

Abandonne le fils du roi tout nu pour la pourpre et l’écarlate.

La Renirise, nommée Margot la Pie au nid

D’épines de celui qui en est couronné ne se soucie.

Arrivé dans le port après avoir échappé du naufrage,

Le Grand Maître se chausse devant lui de conduite très sage,

Pour partir pour la guerre avec son cordonnier

Qui le chausse alors que Focus va lui montrer le papier

Qu’il a ordonné du dessin de sa maison.

Il ne trouve enfin rien pour toute raison.

Georges Focus, Phylactère du dessin Cat. 31, adapté en français moderne et formaté pour respecter la versification
Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Cinq statues sur un balcon. 1. Le Temps, une de ses ennemies, le spectre du Dom Juan de Molière ?," in Georges Focus, peintre et fou, 27/02/2022, https://georgesfocus.hypotheses.org/2786.
  1. Pour la comparaison, voir Pierre Mignard, Allégorie du temps (“en rapport avec le décoration du plafond du Cabinet des Coquilles, au château de Versailles.”), la gravure de Gérard de Lairesse, Le Temps, Mnémosyne et Pratique (1670-1675). []
  2. Pour ma recherche, cet article s’est avéré très utile: B. Delmas, Allégories et représentations de la science et du travail de la Renaissance à nos jours. Conférence inaugurale du 127e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 15 avril 2002. In: Le travail en représentations. Actes du 127e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, « Le travail et les hommes », Nancy, 2002. Paris : Editions du CTHS, 2005. pp. 15-46. (Actes du Congrès national des sociétés savantes, 127). Beaucoup d’informations précieuses aussi dans l’article de H. Himelfarb, Figures et figurations du temps dans la sculpture française du règne de Louis XIV. In: Littératures classiques, n°43, automne 2001. Le temps au XVIIe siècle. pp. 27-42. DOI : https://doi.org/10.3406/licla.2001.1565. []
  3. Voir aussi Annibale Carracci, Le Temps et la Vérité (1584); Gilles Coignet, Le Temps et la Vérité (1596); Charles Dauphin, Le Temps dévoilant la Vérité (vers 1640 ?) et une autre version datant de 1660-1665 (?) [Voir R. Fohr, Pour Charles Dauphin, Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Age, Temps modernes, tome 94, n°2. 1982. pp. 979-994. DOI : https://doi.org/10.3406/mefr.1982.2681]; École de Nicolas Poussin, Le Temps soustrait la Vérité aux atteintes de l’Envie et de la Discorde (1641) (“commandé par le cardinal de Richelieu en 1641 pour le plafond du Grand Cabinet du Palais-Cardinal”) (voir aussi la gravure de Gérard Audran); Bartolomeo Guidobono, La Verità scoperta dal Tempo (fin du 17e s.) . Parfois, cette scène a été confondue avec Saturne enlevant Cybèle comme dans le cas de la statue de Thomas Regnaudin, maintenant au Louvre, mais qui était destinée à Versailles; voir Himelfarb p. 34. []
  4. Sur l’histoire et les vicissitudes de cette statue, voir A. Maral, « La Renommée du roi » de Domenico GuidiVersalia. Revue de la Société des Amis de Versailles, n°13, 2010, pp. 145-157. DOI : https://doi.org/10.3406/versa.2010.904. []
  5. Voir, par exemple, A. Lévêque, Le “Spectre en Femme Voilée” dans le Dom Juan de Molière, Modern Language Notes 76, No. 8 (Déc. 1961), p. 742-748 (https://www.jstor.org/stable/3039946); W. Helling, Le Dénouement du Dom Juan de Molière: Un problème de mise en scène, Chimères 18(2) (1986), p. 23–50 (https://doi.org/10.17161/chimeres.v18i2.6272); D. Gambelli, Le Dom Juan de Molière et les machines de la tragédie. In: Littératures classiques, n°27, printemps 1996, pp. 43-52. DOI : https://doi.org/10.3406/licla.1996.2447. []
  6. Pour l’histoire du texte et de ses censures, voir J. Dejean, « Le travail de l’oubli : commerce, sexualité et censure dans Le Festin de Pierre de Molière », Littérature 144 (2006), p. 6-24. DOI : 10.3917/litt.144.0006 (traduction francaise par Jean de Guardia et Alexandre Gefen de « The work of forgetting : Commerce, sexuality, censorship, and Moliere’s Le Festin de Pierre », Critical Inquiry (automne 2002). []
  7. Voir l’analyse détaillée d’A. Albert-Galtier, L’Itinéraire de Dom Juan : six décors pour une pièce à machines, Cahiers du XVIIe siècle: An Interdisciplinary Journal (1992), p. 97-112. []

Dessin Cat. 29 (6. Verso Textes 2, 3, 4: impuissance de l’historien et nouvelles allusions à Molière)

Alors que Focus avait rédigé une étiquette invitants ses lecteurs au jeu d’interprétation de son dessin, plus tard, il ajoute, en écrivant tout autour de son premier texte, une longue série de phrases. L’a-t-il fait spontanément ? combien de temps après sa première présentation ? Est-ce le fruit d’interrogations par d’autres personnes, un autre patient, un membre du personnel des Petites Maisons, un ou une visiteuse ? Nous n’en n’avons aucune idée.

Continuer la lecture de « Dessin Cat. 29 (6. Verso Textes 2, 3, 4: impuissance de l’historien et nouvelles allusions à Molière) »

Dessin Cat. 29 (4. Notes marginales : pourquoi Focus cite-t-il Monsieur de Pourceaugnac de Molière ?)

Le dessin Cat. 29 contient 4 textes: le phylactère principal cloué au char des Turcs, un petit texte écrit sur un sac au dos d’une louve ailée et deux lignes écrites en dehors du cadre du dessin, en-dessous et à droite.

Voici ces dernières (à gauche, une transcription; à droite, une version en français moderne plus lisible):

Continuer la lecture de « Dessin Cat. 29 (4. Notes marginales : pourquoi Focus cite-t-il Monsieur de Pourceaugnac de Molière ?) »

Un reste d’Ovide (?) et du flamand

Focus, Dessin Cat. 22, © The University of Edinburgh

Le texte du phylactère du dessin 22 est divisé en deux parties qui n’ont apparemment pas de lien l’une avec l’autre, seule la deuxième ayant un rapport avec le dessin. Ici, je voudrais brièvement présenter le début du texte et m’attarder sur un mot et une expression, échantillons du panachage linguistique des textes de Focus.

Continuer la lecture de « Un reste d’Ovide (?) et du flamand »

Sociabilité lyonnaise et une comédie qui fait mal

Permettez-moi de recopier une nouvelle fois le texte du dessin Cat. 19, dans lequel on voit Focus, qui s’identifie à Jésus-Christ, participer à une tabagie:

(…)

Les sieurs Pantos, Blanchet et Mimerel

Y dressèrent le repas du dîner dans leur hôtel

De ville de Lyon où Jésus se frisa

Et s’y prit aux cheveux parce qu’il y fuma

Et que sa tête non encore accoutumée

Au tabac s’y étourdit par sa fumée

Et pour la comédie du Baron de la Crasse

qui l’y porta le sieur de Baudesson aiguise son fer moi dour la ferme et de la farce1,

Le sieur Poiret((Seul nom non encore identifié.)) y arrivant de Rome

y boit à la santé de la compagnie avec un autre homme2.

Georges Focus, Fin du texte du phylactère du dessin Cat. 19, adapté en français moderne et mis en forme pour la versification

Comme l’écrivent Marianne Cojannot-Le Blanc et Christian Michel dans leur commentaire, on peut identifier plusieurs noms mentionnés dans ces lignes. Pantos, Blanchet et Mimerel sont des artistes qui ont contribué à la construction et à la décoration de l’hôtel de Lyon: Germain Panthot, Thomas Blanchet et Jacques Mimerel. Tous trois ont séjourné au début de leur carrière, plus ou moins longuement, à Rome pour y parfaire leur apprentissage. Quant à Baudesson, il s’agit de Nicolas Beaudesson, qui rentre en France après avoir vécu à Rome pendant trente ans, justement en 1665 ou 1666, approximativement au moment où Focus part pour l’Italie3.

Je ne sais si c’est de manière formelle ou informelle que cette fête a lieu, mais on voit ici un réseau de sociabilité de peintres qui fonctionne bien. Les artistes de Lyon sont en contact avec ceux de Paris, notamment par Le Brun, ami de Panthot; ils accueillent un jeune peintre en partance pour l’Italie, organisent une réception en son honneur au cours de laquelle ils peuvent lui faire part de leur expérience, leurs conseils et leurs souvenirs de leurs années romaines. Sauf que Focus boit trop et ne supporte pas le tabac. Son malaise provient-il de la faiblesse de la jeunesse ou d’une forme de bizutage, on ne peut vraiment le savoir.

Les peintres lyonnais formaient sans doute un groupe soudé: ils travaillaient et vivaient ensemble à l’Hôtel de ville depuis plusieurs années. Par exemple, on possède une trace concrète de cette vie sociale dans l’acte de baptême de la nièce de Thomas Blanchet, quelques années après le passage de Focus: il est signé notamment par Panthot et Mimerel.

Signatures des témoins du baptême de Marianne Blanchet, 1/02/1671; Archives municipales de Lyon AM69123_1GG306_130 Notre-Dame-de-la-Platière; voir http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/02b8881dca64086ac523ceff43f389cf, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=93283456

On imagine sans peine comme le jeune Focus a dû être impressionné par cette rencontre avec des peintres plus âgés, confirmés, qui se connaissaient tous, dans un lieu qui ne lui était pas familier contrairement à ses hôtes, au cours d’un grand voyage, dans l’anticipation d’aventures et de découvertes. Il y avait de quoi s’en rendre malade, surtout si les grands anciens se sont amusés à faire boire le petit nouveau.

Toutefois, la mention de “la comédie du Baron de la Crasse” montre que l’atmosphère n’a peut-être pas été aussi bon enfant que cela, du moins si l’on en croit Focus. Cette comédie4, assez connue, a été écrite et jouée, pour la première fois en 1662, par Raymond Poisson, maintenant oublié littéraire, mais qu’on a présenté parfois comme un rival de Molière5. La pièce appartient au genre du théâtre dans le théâtre, car elle contient en son sein une comédie indépendante “Le Zig-Zag ”6 . Le Baron de la Crasse est un nobliau de province dont se moquent deux nobles de Paris, plus à la mode que lui. Dans un long monologue, très amusant, digne d’un one-man show moderne, le baron relate une visite au palais du roi, pendant laquelle il a été victime du snobisme des courtisans et de moqueries à l’écoute de son nom et de son titre. Cet épisode se termine par un moment comique lorsqu’un huissier ferme violemment au nez du baron une lourde porte, que ses cheveux (authentiques, pas une perruque) se trouvent coincés entre le chambranle et la porte et qu’il est obligé de les couper avec des ciseaux. Échaudé, le baron décide de rester dorénavant dans son château, où il accueille une troupe de comédiens, qui lui propose de jouer de grands textes du théâtre français mais à qui il demande de lui “donner quelque chose pour rire”, ce qui confirme son portrait de rustaud7.

Illustration pour une édition du Baron de la Crasse de 1667.

Focus, dont le s final du nom ne se prononce pas nécessairement, ce qui peut entraîner de méchants jeux de mot avec faux-cul par exemple, en invoquant la comédie et les malheurs du Baron de la Crasse et ses propres cheveux “pris et frisés”, semble donc indiquer qu’on s’est moqué de lui pour son nom et ses manières de débutant et, en particulier, qu’il a été victime des piques de Nicolas Beaudesson, ce qu’il représente sous la forme du Fleuve aiguisant un ciseau sous les yeux de la louve romaine, par ailleurs deux personnages récurrents, voire obsessionnels, de ses dessins.

Détail du dessin Cat. 19.
Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Sociabilité lyonnaise et une comédie qui fait mal," in Georges Focus, peintre et fou, 20/08/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/1733.
  1. Les derniers mots sont obscurs. []
  2. Catalogue: augrome, ogre-homme ?, mais la lecture autrome me parait assurée. []
  3. Je dois vérifier s’il est vraiment possible qu’ils se soient rencontrés lors de leurs voyages vers et de retour d’Italie. []
  4. Raymond Poisson, Le Baron de la Crasse ; et L’après-soupé des auberges : comédies, texte établi, présenté et annoté par Charles Mazouer (Paris, 1987) (non vidi). []
  5. Voir, par exemple, G. Forestier, c.r. de Raymond Poisson, Le Baron de la Crasse et L’Après-soupé des auberges, comédies. Paris : STFM, 1987, in Cahiers de la littérature du XVIIe siècle, n°10, 1988. Lecture et réécriture. pp. 269-270 (DOI : https://doi.org/10.3406/licla.1988.1124). []
  6. Sur ce sujet, voir Manuel Couvreur, c.r. de Poisson (Raymond). Le baron de La Crasse et L’après-soupé des auberges (comédies), texte établi, présenté et annoté par Charles Mazouer. In: Revue belge de philologie et d’histoire, tome 69, fasc. 3, 1991, pp. 733-736. []
  7. Sur le thème, voir C. Mazouer, Le théâtre et le réel : le noble de province dans la comédie du XVIIe siècle, Littératures classiques, n°11, janvier 1989. La littérature et le réel, pp. 233-243 (DOI : https://doi.org/10.3406/licla.1989.1211). []

Janbroche

Permettez-moi de citer à nouveau le début du texte qui accompagne le dessin de Focus dans lequel apparaît un chat sur échasses.

Ici, La Fleur, Poitevin, fait petit cabaret

Il est laustre et lautaria, mais son chat, son minet

Le déniaise souvent dans sa cuisine

De sorte que le chat put pour lui d’avoir l’âme assassine,

Parce qu’il est toujours monté sur ses échasses

Et qu’il saute à la gorge alors qu’on lui donne la chasse.

Et il ne craint du tout que le tranchelard et que la broche

Et les bohèmes et les Souchons et le bonhomme Janbroche.

Georges Focus, début du texte du dessin Cat. 17 (texte adapté en français moderne et et formaté pour respecter les rimes)

Qui est donc ce Janbroche capable d’effrayer ce chat à l’âme assassine ?

Continuer la lecture de « Janbroche »

Le peintre fou qui aime le poète ouvrier, c’est de l’art brut ?

La réception des dessins de Georges Focus au XXIe siècle est nécessairement influencée et favorisée par la réputation de l’art brut et les discours, savants, journalistiques ou de comptoir qu’il peut engendrer. Toutefois, si l’on s’en tient à une définition chronologique, Focus ne peut évidemment faire partie de ce mouvement.

l’art brut commence en 1945 et l’on peut dire qu’il n’y a pas d’art brut avant l’art brut de Dubuffet !

C. Delavaux, Art brut. Le guide (Paris, 2019), p. 19.

En revanche, si l’on considère une définition typologique des œuvres d’art brut, il est plus difficile de trancher:

Productions de toute espèce – dessins, peintures, broderies, figures modelées ou sculptées, etc. – présentant un caractère spontané et fortement inventif, aussi peu que possible débitrices de l’art coutumier ou des poncifs culturels et ayant pour auteurs des personnes obscures, étrangères aux milieux artistiques professionnels.

Jean Dubuffet, cité par C. Delavaux, ibid. p. 22.
Continuer la lecture de « Le peintre fou qui aime le poète ouvrier, c’est de l’art brut ? »