Un reste d’Ovide (?) et du flamand

Focus, Dessin Cat. 22, © The University of Edinburgh

Le texte du phylactère du dessin 22 est divisé en deux parties qui n’ont apparemment pas de lien l’une avec l’autre, seule la deuxième ayant un rapport avec le dessin. Ici, je voudrais brièvement présenter le début du texte et m’attarder sur un mot et une expression, échantillons du panachage linguistique des textes de Focus.

Continuer la lecture de « Un reste d’Ovide (?) et du flamand »

Catalogue des dessins et gravures de Focus n’appartenant pas à ses « écritures dessinées »

J’ai créé une « page » sur ce carnet où l’on trouvera le Catalogue des dessins et gravures de Focus n’appartenant pas à ses « écritures dessinées ». Pour dresser ce catalogue, j’ai utilisé l’article d’Emmanuelle Brugerolles, Focus paysagiste, in Georges Focus. La folie d’un peintre de Louis XIV éd. par E.B. (2018), p. 49-79. Sous les nos HC I-III, j’y ai ajouté deux dessins du Louvre qui, si je comprends bien le texte du site internet du Musée, ont été attribués à Focus en 2019, soit après la publication du catalogue de Brugerolles qui sert de base à mes travaux, ainsi qu’un dessin dont E. Brugerolles discute dans son article, mais qui n’a pas été inséré dans le catalogue, sans que j’en comprenne les raisons.

Dans la mesure du possible, je donne l’adresse internet de la page du musée ou de la salle de vente où l’on peut voir le dessin ou la gravure de Focus. Je n’ai pas réussi à localiser une image pour 6 entrées du catalogue sur 26. Toute suggestion en commentaire est la bienvenue.

Pour les gravures de la série Diverses veuës d’Italie, je ne donne que le lien vers ce qui m’a semblé être le meilleur exemplaire du British Museum. Il vaut peut-être la peine de souligner ici que le musée de Londres possède parfois plusieurs copies de ces estampes, dont certaines en un « unfinished state ». Le site internet du British Museum est très bien conçu, et il sera facile de retrouver ces documents et de les exploiter si l’on a des connaissances en histoire de la gravure et de ses techniques et que l’on pense que leur comparaison a de l’importance.

J’ai aussi repris du catalogue de Brugerolles l’histoire des propriétaires des dessins et gravures de Focus.

Sociabilité lyonnaise et une comédie qui fait mal

Permettez-moi de recopier une nouvelle fois le texte du dessin Cat. 19, dans lequel on voit Focus, qui s’identifie à Jésus-Christ, participer à une tabagie:

(…)

Les sieurs Pantos, Blanchet et Mimerel

Y dressèrent le repas du dîner dans leur hôtel

De ville de Lyon où Jésus se frisa

Et s’y prit aux cheveux parce qu’il y fuma

Et que sa tête non encore accoutumée

Au tabac s’y étourdit par sa fumée

Et pour la comédie du Baron de la Crasse

qui l’y porta le sieur de Baudesson aiguise son fer moi dour la ferme et de la farce1,

Le sieur Poiret((Seul nom non encore identifié.)) y arrivant de Rome

y boit à la santé de la compagnie avec un autre homme2.

Georges Focus, Fin du texte du phylactère du dessin Cat. 19, adapté en français moderne et mis en forme pour la versification

Comme l’écrivent Marianne Cojannot-Le Blanc et Christian Michel dans leur commentaire, on peut identifier plusieurs noms mentionnés dans ces lignes. Pantos, Blanchet et Mimerel sont des artistes qui ont contribué à la construction et à la décoration de l’hôtel de Lyon: Germain Panthot, Thomas Blanchet et Jacques Mimerel. Tous trois ont séjourné au début de leur carrière, plus ou moins longuement, à Rome pour y parfaire leur apprentissage. Quant à Baudesson, il s’agit de Nicolas Beaudesson, qui rentre en France après avoir vécu à Rome pendant trente ans, justement en 1665 ou 1666, approximativement au moment où Focus part pour l’Italie3.

Je ne sais si c’est de manière formelle ou informelle que cette fête a lieu, mais on voit ici un réseau de sociabilité de peintres qui fonctionne bien. Les artistes de Lyon sont en contact avec ceux de Paris, notamment par Le Brun, ami de Panthot; ils accueillent un jeune peintre en partance pour l’Italie, organisent une réception en son honneur au cours de laquelle ils peuvent lui faire part de leur expérience, leurs conseils et leurs souvenirs de leurs années romaines. Sauf que Focus boit trop et ne supporte pas le tabac. Son malaise provient-il de la faiblesse de la jeunesse ou d’une forme de bizutage, on ne peut vraiment le savoir.

Les peintres lyonnais formaient sans doute un groupe soudé: ils travaillaient et vivaient ensemble à l’Hôtel de ville depuis plusieurs années. Par exemple, on possède une trace concrète de cette vie sociale dans l’acte de baptême de la nièce de Thomas Blanchet, quelques années après le passage de Focus: il est signé notamment par Panthot et Mimerel.

Signatures des témoins du baptême de Marianne Blanchet, 1/02/1671; Archives municipales de Lyon AM69123_1GG306_130 Notre-Dame-de-la-Platière; voir http://www.fondsenligne.archives-lyon.fr/ark:/18811/02b8881dca64086ac523ceff43f389cf, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=93283456

On imagine sans peine comme le jeune Focus a dû être impressionné par cette rencontre avec des peintres plus âgés, confirmés, qui se connaissaient tous, dans un lieu qui ne lui était pas familier contrairement à ses hôtes, au cours d’un grand voyage, dans l’anticipation d’aventures et de découvertes. Il y avait de quoi s’en rendre malade, surtout si les grands anciens se sont amusés à faire boire le petit nouveau.

Toutefois, la mention de « la comédie du Baron de la Crasse » montre que l’atmosphère n’a peut-être pas été aussi bon enfant que cela, du moins si l’on en croit Focus. Cette comédie4, assez connue, a été écrite et jouée, pour la première fois en 1662, par Raymond Poisson, maintenant oublié littéraire, mais qu’on a présenté parfois comme un rival de Molière5. La pièce appartient au genre du théâtre dans le théâtre, car elle contient en son sein une comédie indépendante « Le Zig-Zag  »6 . Le Baron de la Crasse est un nobliau de province dont se moquent deux nobles de Paris, plus à la mode que lui. Dans un long monologue, très amusant, digne d’un one-man show moderne, le baron relate une visite au palais du roi, pendant laquelle il a été victime du snobisme des courtisans et de moqueries à l’écoute de son nom et de son titre. Cet épisode se termine par un moment comique lorsqu’un huissier ferme violemment au nez du baron une lourde porte, que ses cheveux (authentiques, pas une perruque) se trouvent coincés entre le chambranle et la porte et qu’il est obligé de les couper avec des ciseaux. Échaudé, le baron décide de rester dorénavant dans son château, où il accueille une troupe de comédiens, qui lui propose de jouer de grands textes du théâtre français mais à qui il demande de lui « donner quelque chose pour rire », ce qui confirme son portrait de rustaud7.

Illustration pour une édition du Baron de la Crasse de 1667.

Focus, dont le s final du nom ne se prononce pas nécessairement, ce qui peut entraîner de méchants jeux de mot avec faux-cul par exemple, en invoquant la comédie et les malheurs du Baron de la Crasse et ses propres cheveux « pris et frisés », semble donc indiquer qu’on s’est moqué de lui pour son nom et ses manières de débutant et, en particulier, qu’il a été victime des piques de Nicolas Beaudesson, ce qu’il représente sous la forme du Fleuve aiguisant un ciseau sous les yeux de la louve romaine, par ailleurs deux personnages récurrents, voire obsessionnels, de ses dessins.

Détail du dessin Cat. 19.
Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Sociabilité lyonnaise et une comédie qui fait mal," in Georges Focus, peintre et fou, 20/08/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/1733.
  1. Les derniers mots sont obscurs. []
  2. Catalogue: augrome, ogre-homme ?, mais la lecture autrome me parait assurée. []
  3. Je dois vérifier s’il est vraiment possible qu’ils se soient rencontrés lors de leurs voyages vers et de retour d’Italie. []
  4. Raymond Poisson, Le Baron de la Crasse ; et L’après-soupé des auberges : comédies, texte établi, présenté et annoté par Charles Mazouer (Paris, 1987) (non vidi). []
  5. Voir, par exemple, G. Forestier, c.r. de Raymond Poisson, Le Baron de la Crasse et L’Après-soupé des auberges, comédies. Paris : STFM, 1987, in Cahiers de la littérature du XVIIe siècle, n°10, 1988. Lecture et réécriture. pp. 269-270 (DOI : https://doi.org/10.3406/licla.1988.1124). []
  6. Sur ce sujet, voir Manuel Couvreur, c.r. de Poisson (Raymond). Le baron de La Crasse et L’après-soupé des auberges (comédies), texte établi, présenté et annoté par Charles Mazouer. In: Revue belge de philologie et d’histoire, tome 69, fasc. 3, 1991, pp. 733-736. []
  7. Sur le thème, voir C. Mazouer, Le théâtre et le réel : le noble de province dans la comédie du XVIIe siècle, Littératures classiques, n°11, janvier 1989. La littérature et le réel, pp. 233-243 (DOI : https://doi.org/10.3406/licla.1989.1211). []

Il a le regard qui tue (et de la mémoire): le portrait de la duchesse de Longueville dans le dessin Cat. 18

Le dessin Cat. 18 est remarquable, entre autres raisons, car il contient la représentation de cinq tableaux (et d’un dessin en cours) dont trois sont identifiés dans le texte. Le peintre Louis Ferdinand Elle (1612-1689), au fond de la pièce, met une dernière touche à un portrait de Saint Jean enfant. Sur le manteau d’une cheminée à gauche, on peut voir un grand portrait en pied de son père, Ferdinand Elle l’Ancien (1580-1637), assis face à un chevalet. Lui font face, sur le mur opposé, une paire de portraits d’un homme et d’une femme d’apparence jeune, et, suspendu à un clou planté dans un pied à roulettes, le portrait d’une femme plus âgée, la duchesse de Longueville. Un jeune enfant, Louis Elle le Jeune (1649-1717), assis sur un bloc de pierre au milieu de la pièce, semble recopier ce dernier portrait sur une feuille de papier posée sur une planche à dessin. Il est observé par son frère aîné, qui pose sa main sur la tête de son cadet. Ce jeu de regards se complète avec le geste du doigt par lequel Focus désigne le portrait de la duchesse, que montre aussi de son épée le Fleuve, assis dans le coin droit inférieur du tableau dans la même position et équipé de la même palette que le grand-père Elle. Sept personnes regardent plus ou moins frontalement la personne qui admire le dessin (et vous devant votre ordinateur): le grand-père Elle, Elle, son épouse, Saint Jean, le jeune couple, la duchesse et le Fleuve.

Georges Focus, Dessin Cat. 18, © The University of Edinburgh.
Continuer la lecture de « Il a le regard qui tue (et de la mémoire): le portrait de la duchesse de Longueville dans le dessin Cat. 18 »

Que fait Gille le niais chez Focus ?

Je continue ici la présentation du dessin Catalogue 15 entamée précédemment sur ce carnet.

Georges Focus, Recueil de Desseins Ridicules f 79 r, © The University of Edinburgh
Continuer la lecture de « Que fait Gille le niais chez Focus ? »

Qui est saint silvaistre ? Qui ressemble à Morosini ?

Le dessin Catalogue 10 offre un bon exemple des difficultés d’interprétation et de compréhension qu’offrent les dessins de Georges Focus.

Continuer la lecture de « Qui est saint silvaistre ? Qui ressemble à Morosini ? »