Le prospectus de l’Antiquité expliquée de Montfaucon

Les lecteurs les moins attentifs n’auront pas manqué de remarquer que ce carnet n’est pas très actif ces derniers temps. Je n’en continue pas moins à réfléchir sur les éventuels rapports entre Georges Focus et l’histoire de la bande dessinée. Dans ce cadre de recherche, je m’intéresse à l’œuvre de Bernard de Montfaucon, en particulier à L’Antiquité expliquée et représentée en figures. Cette série de volumes, dont la publication commence en 1719, une douzaine d’années après la mort de Focus, est fascinante par son mélange de modernité et d’embourbement passéiste. Montfaucon est considéré simultanément comme un pionnier de l’archéologie et comme un antiquaire dépourvu de toute méthode scientifique. On peut aussi voir dans son œuvre une forme primitive de réseau social, nourri de la vanité des correspondants de Montfaucon, tout heureux d’envoyer des images d’objets issus de leurs collections, un instagram d’antiquaires façonnant leur image et leur notoriété à coups de gravures comme nous le faisons avec nos photos de restaurant et de voyages.

                 Au delà de ces comparaisons peut-être légères, il est un fait que l’Antiquité expliquée représente un réel moment d’innovation et a marqué l’histoire de l’édition en France en y étant le premier ouvrage financé par souscription publique. A ce titre, son « prospectus » est un document important. Comme on ne trouve pas facilement ce texte en ligne, je prends la liberté de le publier ici. J’espère pouvoir revenir d’ici peu pour tenter de proposer des réflexions sur les rapports entre les illustrations de Montfaucon et les planches de Bande Dessinée.

                 On trouvera ci-dessous le texte du prospectus. Je me suis efforcé de garder son orthographe, son accentuation et sa ponctuation originales. Si les accents sont tellement différents de nos usages modernes, je suis frappé par la régularité de leur usage ou non, par la constance de Montfaucon, vraiment opposées au désordre des phrases de Focus, ce qui est sans doute symptomatique des difficultés et troubles de ce dernier. Avant l’édition du texte, je voudrais rapidement mettre en avant certains des principes de Montfaucon, en les transcrivant en français contemporain, ce qui pourrait être utile pour des moteurs de recherche et pour les lecteurs pressés.

                 Montfaucon commence par affirmer la supériorité du langage des images sur celui des mots en disant qu’une illustration graphique sera toujours meilleure qu’une description écrite. En outre, le groupement et la comparaison d’images permettent d’éviter de proposer des conjectures stupides. La connaissance de la vie réelle et des objets quotidiens permet de comprendre les écrits des savants, historiens, philosophes, poètes et, le plus important, des Pères de l’Église.

                 Au niveau de la forme de son ouvrage, Montfaucon défend la présence d’un index, ou table des matières détaillée, comme outil indispensable de travail et d’acquisition du savoir. Il a également réfléchi au bilinguisme, français et latin, de son œuvre, à la mise en page et à la visibilité de ces deux langues, qui relègue le latin en bas de page et plus petits caractères, même s’il est important d’apprendre à pouvoir s’exprimer dans les deux langues.

Bonne lecture !

[Page de titre]

L’ANTIQUITE EXPLIQUEE ET REPRESENTEE EN FIGURES

OUVRAGE FRANCOIS ET LATIN

Contenant près de douze cent Planches, divisé en cinq tomes.

par Dom Bernard de Montfaucon

religieux benedictin de la congrégation de S. Maur.

A Paris

[p. 1]

L’ANTIQUITE EXPLIQUEE ET REPRESENTEE EN FIGURES

Le livre qu’on annonce ici au public est un ouvrage de plusieurs années, dans lequel on donne la connoissance de tout ce qui regarde l’Antiquité. Ce ne sont point des explications détachées, mais des discours suivis, où chaque sujet est traité avec toute l’étendue nécessaire. Et comme une description, quelque claire et quelque détaillée qu’elle puisse être, n’expose jamais les choses aussi sensiblement que fait leur représentation peinte ou gravée, l’Auteur a ramassé tout ce qu’il a pû trouver de monuments anciens, tant ceux qu’on avoit déjà publiez, que ceux que les Cabinets renferment, & tous les autres qui n’avoient pas encore vû le jour. Non content d’avoir dépouillé tous les livres d’Antiquitez Greques, Romaines & autres, pour placer chaque figure selon l’ordre qu’il s’est prescrit, il a cherché soigneusement dans les Bibliotheques & ailleurs, & a fait des extraits considerables soit des Manuscrits, soit de plusieurs livres imprimez, qui après une longue suite d’années étoient tombez dans l’oubli, & dont quelques-uns sont entièrement inconnus.

                 Par le secours de ses amis & des ses correspondans, il a eu la communication de plusieurs Antiquitez de l’Italie & de l’Espagne, ou nouvellement découvertes, ou négligées jusqu’à présent. Les desseins se sont enfin tellement augmentez, qu’il est en état de donner un beaucoup plus grand nombre de figures sur chaque matière, qu’on n’en avoit encore vû. La réunion des images, qui regardent le même sujet, est d’une si grande utilité, qu’il n’y a que l’expérience qui la puisse faire comprendre. Tel Auteur se fatigue à expliquer un ancien monument, & hazarde

[p. 2]

des conjectures en l’air, qui, s’il avoit vû le tout rassemblé, auroit d’abord été au fait, & ne se seroit point donné la torture à imaginer des choses, qui dans la suite se touvent fausses.

                 Rien de plus important pour l’intelligence de l’histoire, que de connoître la forme d’un grand nombre de choses, qui entrent dans la suite de la narration ; des armes par exemple, quand il s’agit de guerres, des campemens, des machines à prendre les places, des différentes espèces de piques, épées, boucliers, & autres armes tant offensives que défensives. Il est souvent necessaire d’avoir sous les yeux la représentation de toutes ces choses pour entrer dans la pensée des Historiens & des autres Auteurs. Ils n’en donnent que les noms ; s’ils en font quelquefois la description, le Lecteur a bien de la peine à s’en former sur leur récit une idée distincte ; & le plus souvent il aime mieux passer legerement, & n’entendre qu’à demi, que de se tourmenter à chercher des choses, dont l’intelligence lui coute tant de peine ; au lieu que quand on a la vraie peinture des choses, un coup d’œil fait plus que tous les commentaires.

                Il en est de même de tous les autres termes qui regardent les divinitez, les sacrifices, les temples, & les instruments qui y étoient en usage ; les appartemens des maisons, les meubles, les habits tant des hommes que des femmes, & generalement toutes les choses dont les noms seuls ne sçauroient tracer une image parfaite.

                 On tâche de lever ici toutes ces difficultez en représentant en figures ce qui est susceptible, dans les Auteurs tant Grecs que Latins, tant Ecclesiastiques que Profanes, & réduisant le tout en un corps d’ouvrage terminé par une Table generale, où tous les mots se trouveront avec des renvois à l’explication, & en même temps à la figure. Moyennant ce secours un jeune homme qui se sera servi de cette methode dès l’enfance, entendra mieux les Auteurs pour ce qui regarde ces termes, que ne font aujourd’hui les gens les plus habiles, qui en étant destituez, sont obligez de passer sur une infinité de difficultez, qui leur coûteroient trop à développer, & les obligeroient à mettre des années entieres à lire des Auteurs, qu’ils lisent en peu de jours en s’exemptant de ces recherches.

                Le dessein general de l’Ouvrage est donc, non seulement d’expliquer, mais aussi de representer en figures tout ce qui en est susceptible dans les anciens Auteurs, tant Grecs que Latins, tant Ecclesiastiques que Profanes. On fera son possible pour ne rien donner que de sûr, c’est-à-dire qui ne soit ou copié d’après l’Antique, ou figuré sur la description que les Auteurs, soit sacrez, soit profanes, en font : il y en aura assez peu de cette derniere maniere. On ne manquera jamais

[p. 3]

de citer les lieux d’où l’on a tiré les figures, de même que les Auteurs sur le recit desquels on aura fait le dessein. On prévoit pourtant qu’après avoir fait toutes les diligences possibles, il restera encore bien des noms de choses, dont on ne connoîtra pas la figure, & tout de même bien des figures, dont on ne sçaura pas le nom. Mais sans rien omettre de tout cela, on abandonnera à la recherche des habiles gens, ce qu’on n’aura pu découvrir. Voilà le plan de l’Ouvrage, qui sera divisé en cinq volumes in folio.

                 Dans le PREMIER on traitera de l’origine de l’idolatrie, des idées que les anciens Payens avoient de leurs divinitez ; des dieux des Grecs et des Romains, de toutes les manieres que les anciens Auteurs les décrivent, & que les monumens les representent : leurs histoires s’y retrouveront aussi avec toutes les figures qui nous en restent. On donnera raison dans la Preface, pourquoi on a commencé par les Divinitez grecques et romaines.

                 LE SECOND TOME sera divisé en deux parties ; la premiere contiendra les Dieux des Egyptiens, les Abraxas, ou les pierres symboliques et magiques des Basilidiens & des autres heretiques de leurs tems ; les dieux des Arabes, des Syriens, des Perses, des Scythes, des Germains, des Gaulois, dont on a ramassé un assez grand nombre ; des Espagnols, & des Carthaginois. La seconde traitera des actes de religion : on y parlera des Prêtres de toutes ces nations, de leurs habits, de leurs colleges, des temples & de toutes leurs parties ; tous les temples qui restent aujourd’hui, ceux dont le plan et le profil ont été levez dans ces derniers siecles, ceux qui se trouvent sur les medailles ; tous ceux-là, dis-je, y seront représentez en figures. On y verra aussi les differentes formes des Autels, les instrumens qui servoient aux sacrifices & aux autres actes de religion, les sacrifices, les fêtes, les vœux, & tout ce qui avoit rapport à la superstition payenne.

                 LE TROISIEME TOME contiendra tout ce qui regarde la vie civile ; les habits de toutes les nations, tant des hommes que des femmes & des enfans ; tout ce qui servoit a la parure et a l’ornement, les maisons et les appartemens, les meubles toutes sortes, vaisseaux, chaises, ce qui regarde la table et la cuisine, les jardins & les maisons de campagne, les thermes & les bains, les mariages & leurs ceremonies : les grands jeux qui se faisoient dans les theatres, amphitheatres, cirques & naumachies, les petits jeux, ce qu’on appeloit tali, tessera, latrunculi, capilli. On y parlera de tous les arts, c’est-à-dire des instrumens, plutost que des ouvrages de chaque art en particulier ; puisque ce sont proprement les ouvrages

[p. 4]

des arts, qui sont presque tout le sujet de ce Recueil. Ce tome finira par la chasse & la pesche des Anciens.

Le QUATRIEME TOME sera pour la guerre : on y verra les habits militaires anciens de toutes les nations connues, les armes offensives & défensives de toute espece ; la Cavalerie des Grecs, Romains, Perses, Parthes, Scythes, Sarmates, Germains, Gaulois, Numides, Maures ; les harnois des chevaux, les signes militaires, les combats, les campemens, les sieges, les machines à prendre les places, (on en a es figures en grand nombre,) la manière de fortifier les places, & de se retrancher ; les ovations, triomphes, trophées, couronnes, arcs de triomphe, & tous les monumens de victoire. Après viendront les grands chemins, les chars & chariots, les bêtes de somme, les ponts & les aqueducs. Ce tome sera terminé par la navigation : on y trouvera la forme des vaisseaux, navires & triremes ; les ports & tout ce qui regarde la Marine.

                 Les Funerailles feront le CINQUIEME TOME. On y parlera d’abord des devoirs qu’on rendoit aux défunts avant le convoi, ensuite du convoi et des ceremonies de la sepulture, de l’usage d’embaumer, ou de brûler les corps, de la forme des tombeaux & mausolées, dont on donnera toutes les especes ; des urnes cineraires : de ce qu’on appelloit obvendaria, ossuaria, columbaria ; des lacrimatoires, des lampes sepulcrales, des consecrations ou apotheoses, des champs élisées, & et de l’enfer selon les idées des Payens.

                 Voila un grand détail, mais fort petit si on le compare à toutes les descriptions particulieres, & au grand nombre de differentes figures que le livre renferme. Ces figures seront d’une juste grandeur, ni trop grandes, pour ne pas grossir un ouvrage assez étendu de lui-même, ni trop petites, afin qu’on en puisse distinguer aisément toutes les parties. Les explications seront précises & aisées, sans rien omettre de ce qui est necessaire pour l’intelligence, on évitera toute superfluité, & on se gardera sur tout de trop donner à la conjecture, defaut qu’on reproche ordinairement aux Antiquaires.

                 L’Ouvrage sera en françois et en latin, non vis-à-vis par colonnes, mais le latin au bas des pages en plus petit caractere. Bien des gens n’étoient pas d’abord de ce sentiment ; mais après avoir entendu les raisons de l’Auteur, qu’il exposera dans sa Preface, tous sans exception sont convenus que c’étoit le meilleur parti ; plusieurs même le jugent absolument necessaire pour apprendre à s’exprimer en l’une & l’autre langue sur tout ce qui regarde l’Antiquité.

[p. 5]

                 Comme les desseins sont prêts, & que l’Auteur est en état de donner son Ouvrage au public, il pense à une prompte execution. Les gravûres qui montent à mille ou douze cent planches in folio, contiennent environ quarante mille figures, qui ne peuvent être expédiées diligemment, qu’en y mettant un grand nombre de Graveurs : c’est aussi ce qu’on est résolu de faire. Pour faciliter une entreprise de cette conséquence, l’Auteur et les Libraires ont été conseillez de suivre l’usage d’Angleterre et d’Hollande, qui est de proposer des souscriptions. Ils prennent d’autant plus volontiers ce parti, que non seulement les Anglois, mais aussi beaucoup de François s’offrent déjà pour souscrire ; & qu’il y a lieu d’esperer qu’en Flandre, Hollande, Allemagne, Espagne et Italie, plusieurs feront de même. Le prix pour ceux qui souscrivent est si modique, que les Libraires n’y trouvent gueres au-delà de l’argent déboursé ; puisque pour mille ou douze cent planches, & environ six cent feuilles d’impression, les souscripteurs ne donnent pour chaque exemplaire de petit papier en blanc, que cent quarante livres ; sçavoir soixante-dix livres présentement, & autant après l’impression, lorsqu’ils prendront les cinq volumes ; & pour chaque exemplaire de grand papier en blanc, deux cent livres, sçavoir cent livres d’abord, & autant après l’impression. Quand l’Ouvrage sera imprimé, on le vendra sans aucune diminution à ceux qui n’auront pas souscrit ; le petit papier en blanc 230 livres, & le grand papier en blanc 300 livres.

                 On avertit aussi le public, que l’Auteur par son contrat passé avec les Libraires, les oblige en cas qu’on en vienne à une seconde ou troisième édition, où il auroit ajouté quelque chose, de vendre à part les additions et supplémens ; afin que ceux qui auront la premiere édition, puissent avoir tout sans acheter la nouvelle.

                 On supplie ceux qui souscriront, & particulierement les Etrangers, d’écrire distinctement leurs noms, afin qu’il n’arrive ni confusion, ni méprise dans la distribution des exemplaires. Ceux qui auront quelque monument qui n’aura pas encore été publié, feront plaisir à l’Auteur, s’ils veulent bien le lui communiquer. Il ne manquera pas de leur en faire honneur, & de leur en témoigner sa reconnoissance.

[p. 6]

                 Ceux qui souscriront, remettront s’il leur plait, l’argent à Dom Bernard de Montfaucon Religieux de l’Abbaye de Saint Germain des Prez, ou aux Libraires nommez ci-après. On donnera à chacun des souscripteurs la reconnoissance et l’engagement signé des Libraires. Tout l’argent sera remis à Dom Bernard de Montfaucon, qui le mettra sous sûre garde dans un coffre fort dans la chambre du Procureur General de l’Ordre, dont ledit Procureur General aura une clef, & Dom Bernard de Montfaucon une autre. Et l’on donnera aux Libraires une reconnoissance des sommes qu’on y mettra.

                 Le papier, le caractere & la forme des pages, la disposition du françois & du latin, seront les mêmes dans tout l’ouvrage, que dans ce Projet.

Noms des Libraires,

Florentin Delaulne,

Hilaire Foucault,

Rue Saint Jacques.

Michel Clousier,

Jean-Geoffroy Nyon,

Sur le Quay des Augustins

Etienne Ganeau, R S Jacq.

Nicolas Gosselin, au Palais.

Pierre-François Giffart,

Rue Saint-Jacques.

De l’imprimerie de FLORENTIN DELAULNE. 1717

Ajout du 7 août 2023

Dans le petit livret de Juliette Jestaz, Chronologie de l’édition de L’Antiquité expliquée (1713-1724), mise en images par Alain Maes (non paginé, livret de 21 pages), qui accompagne le gros ouvrage sur L’Antiquité expliquée édité par V. Krings et paru en 2021, il est signalé que le prospectus, qui semble avoir été imprimé pour la première fois fin juillet 1716, est également publié dans les Mémoires de Trévoux en octobre 1716 et dans le périodique Histoire critique de la république des lettres en décembre 1716. La reproduction dans le livret de Jestaz de la première page du prospectus dans les les Mémoires de Trévoux semble montrer que le texte est le même que celui du prospectus reproduit ci-dessus, qui date de 1717, avec de minimes changements de ponctuation et d’accentuation.

Le prospectus est réédité une nouvelle fois en janvier 1718, avec nouvelle échéance.

Georges Focus et le “nouveau” site internet du Louvre

C’est bien sûr un événement, le Louvre a un nouveau site internet, la nouvelle est réjouissante et tout le monde en parle. Toutefois, quelques critiques ont été publiées, par exemple:

Continuer la lecture de « Georges Focus et le “nouveau” site internet du Louvre »

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search