Le prospectus du Supplément à l’Antiquité expliquée

Après le premier « prospectus » dont j’ai parlé précédemment, voici, selon la même présentation, le prospectus du Supplément de l’Antiquité expliquée. Montfaucon y explique qu’un supplément s’impose car il a reçu de nombreux autres dessins et que les découvertes se multiplient, de nouveaux objets sortent de terre, comme il l’avait d’ailleurs anticipé. Il met aussi en avant la présence d’objets issus des collections royales et de Versailles « que j’avais omises dans l’espérance d’en trouver de meilleurs dessins » ; on se demande ce qui se cache derrière cette excuse un peu faible. Il se montre de nouveau habile bonimenteur, avec des phrases qui ne surprendraient guère dans des publicités modernes : « J’ose me promettre que ce Supplément fera plus de plaisir que l’ouvrage même », et une justification disculpatrice, habilement amenée, de l’augmentation du prix.

Bonne lecture !

[p. 1]

PLAN D’UN SUPPLEMENT

A l’Ouvrage de l’Antiquité expliquée & représentée

en figures.

Les monumens de l’Antiquité sont une matiere inépuisable : on en a publié un si grand nombre en differens tems & en divers payis, que quand on veut les rassembler, il n’est pas possible que plusieurs n’échappent à la recherche la plus exacte. Les Cabinets en renferment encore beaucoup d’autres inconnus au public, & quelquefois même à ceux qui les possedent. Outre ceux là, on en déterre tous les jours de nouveaux, qui apprennent souvent des choses ausquelles on n’auroit jamais pensé, ou qui éclaircissent tellement des points contestez, qu’on voit avec certitude ce qu’on ne connoissoit devant que par conjecture. Voilà les principales sources d’où j’ai tiré ce qui compose ce nouveau Recueil.

                 Accoûtumé depuis longtemps à cette espece de phenomenes antiques, je jugeai dans le tems même que j’imprimois l’Antiquité expliquée etc. que je serois obligé d’y faire quelque Supplément, je le fis pressentir dans ma Préface, & je me suis vû en état de l’exécuter plûtôt que je n’aurois osé l’esperer. Voici comment. L’ouvrage de l’Antiquité s’étant répandu dans tout le Roiaume, & dans plusieurs autres parties de l’Europe ; ceux qui avoient des cabinets d’antiques ont été curieux de voir s’ils auroient des piéces inconnues à l’Auteur. Cette recherche n’a pas été inutile, on m’en a envoié de differens endroits un grand nombre ; sans compter celles que j’ai trouvées à Paris ; sans y comprendre aussi les medaillons du Roi, les antiques de Versailles, que j’avois omises dans l’esperance d’en trouver de meilleurs desseins, & d’autres déja imprimées, qui m’avoient échappé. Rome m’a fourni d’excellens monumens, trouvez en differens endroits. C’est là principalement où les Antiques

[p. 2]

sortent de terre comme en foule. En un mot, la moisson est si ample, que je me trouve en état de donner environ cinq cents planches, qui avec les explications seront cinq volumes in folio, c’est-à-dire plus de la moitié de l’ouvrage de l’Antiquité expliquée, &c.

                 J’ose me promettre que ce Supplément fera plus de plaisir que l’ouvrage même, par la grande quantité de piéces qu’il renferme, dont la plûpart ont tout le merite de la nouveauté. Leur singularité m’a obligé de m’étendre, en les expliquant bien davantage que je n’ai fait dans l’autre ouvrage ; j’ai eu sur tout soin de profiter de quelques avis qu’on m’a donnez, quand ils meritoient attention.

                 Il ne faut pas douter que je n’eusse encore grossi ce nouveau recueil, si j’avois voulu differer plus longtemps à le publier : car c’est, comme j’ai dit, une matiere dont on ne trouve jamais la fin ; mais outre qu’il faut bien du tems pour graver les planches, & que pendant ce tems-là, il nous viendra apparemment quantité de piéces ou ci-devant inconnues, ou nouvellement déterrées : ce que nous avons déja est assez considérable pour ne pas nous exposer à tous les inconveniens que les délais apportent. D’ailleurs les principaux cabinets étant épuisez, les monumens ne viendront plus en foule comme auparavant.

                 Le Supplément se vendra comme l’ouvrage par souscription, dont le prix a été fixé par les Libraires sur le pied de la seconde édition, qui va paroitre incessamment ; c’est-à-dire que le Supplement, qui fait au moins la moitié de l’ouvrage, sera à 50 livres pour le petit papier quand on prendra les billets de souscription, & autant quand on retirera les exemplaires ; & pour le grand papier à 75 livres pour le premier, & autant pour le second paiement. J’aurois bien voulu que les souscriptions eussent été sur le pied de la premiere édition, c’est-à-dire à un tiers moins ; mais les Libraires m’ont représenté que le cuivre & les gravûres étant de près de la moitié, & le papier d’un tiers plus chers que lorsqu’on travailloit à la premiere édition, ils ne peuvent donner le Supplément qu’au prix marqué. Je me suis rendu à leurs raisons, sachant bien qu’ils ne parlent que selon la voix publique.

[p. 3]

                 Une édition du Supplément ne pouvant pas suffire pour les deux éditions de l’Antiquité, parceque les planches ne peuvent fournir pour les deux sans être ou retouchées ou refaites ; la justice demande que ceux qui ont souscrit pour la premiere édition, soient les premiers reçus à souscrire pour le Supplément. Pour leur donner donc le tems de prévenir les autres, on ne donnera des billets qu’à ceux ci jusqu’au premier jour de Fevrier 1722. Alors tous indifferemment seront reçus à souscrire pendant tout le mois de Fevrier & de Mars, & jusqu’au premier jour d’Avril, où l’on cessera de prendre des souscriptions. On avertit aussi que l’on n’imprimera du Supplément qu’autant d’exemplaires qu’il en faudra pour les souscripteurs, qui seront tenus de les retirer dans l’année, à compter du jour qu’on les délivrera, faute dequoi ils seront acquis au profit des Libraires.

Quoiqu’on ne puisse pas fixer le tems où l’on distribuera les exemplaires, on espere que ce sera dans tout le cours de l’an 1723. La diligence qu’on a faite sur les deux éditions de l’Antiquité doit servir de garant pour le Supplément.

Ceux qui voudront souscrire s’adresseront s’il leur plaît à Dom Bernard de Montfaucon en l’Abbayie de S. Germain des Prez, ou à quelqu’un des libraires ici nommez.

Noms des Libraires.

Florentin Delaulne,

Veuve d’Hilaire Foucault,

Rue Saint-Jacques.

Michel Clousier,

Jean-Geoffroy Nyon,

Sur le Quay des Augustins

Etienne Ganeau, Rue S. Jac.

Nicolas Gosselin, au Palais.

Pierre-Francois Giffart,

Rue Saint-Jacques.

Les Souscripteurs de la seconde Edition de l’Antiquité sont avertis qu’on leur en délivrera sans faute les Exemplaires au College de Montaigu, près Sainte Geneviéve, au mois de Janvier prochain 1722.

Liens du mois (octobre 2022-janvier 2023)

Cinq statues sur un balcon: 4. Charité

Détail du dessin Cat. 31

La quatrième statue de notre dessin est également un groupe statuaire: une femme voilée se tient droite et tient un enfant des deux mains; un petit animal est couché à ses pieds. Les éditeurs du Catalogue y ont raisonnablement vu une Vierge à l’enfant, mais plusieurs détails me poussent à proposer une autre identification: la position presque horizontale de l’enfant, qui n’est pas des plus communes avec Marie, ses lèvres légèrement entrouvertes, presque quémandeuses, et le téton gauche de la femme, bien visible.

Je suggère donc que la statue est une représentation allégorique de la Charité, ou Charitas, qui consiste en une femme allaitant un ou plusieurs enfants.

Continuer la lecture de « Cinq statues sur un balcon: 4. Charité »

Cinq statues sur un balcon. 3. Cupidon ou Adonis avec Vénus ?

Détail du dessin Cat. 31. © The University of Edinburgh

La troisième statue du dessin 31 est en fait un groupe statuaire de trois figures: une Vénus de Médicis, un dauphin et un jeune homme. La Vénus de Médicis est une des statues grecques les plus connues et les plus recopiées partout en Europe depuis le 17e siècle. Focus pourrait avoir contemplé la statue originale à Rome lors de son séjour, puisqu’elle ne part pour Florence qu’en 1677, ou il a en mémoire une copie ou une étude, car cette statue devient vite un élément du canon esthétique européen. Dans le cadre de mon intérêt sur le lien entre Georges Focus et la naissance du genre de la bande dessinée, je ne résiste pas à reproduire cette gravure de Hogarth, centrée sur la statue de Vénus.

Continuer la lecture de « Cinq statues sur un balcon. 3. Cupidon ou Adonis avec Vénus ? »

Annonce de colloque: « La Princesse des Ursins : apprentissage et exercice du pouvoir dans l’Europe de Saint-Simon »

Liens du mois (décembre 2019)

La web série “Versailles et l’antique”

A l’occasion de recherches pour une brève étude de l’antiquité gréco-romaine dans l’œuvre de Focus, je découvre le site internet et la belle série de vidéos réalisés lors de l’exposition “Versailles et l’antique” en 2012. Comme YouTube ne rend pas facile le visionnement de leur séquence, et que je voudrais rendre hommage à leur qualité, je les place ici, en espérant que cela leur apportera quelques spectateurs supplémentaires.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search