Outsider art in a 17th c. Dutch print?

(For the French original entry, with footnotes and references, see Une peinture de fou ou de folle dans une gravure hollandaise ?; I would be grateful for any comment or suggestion to improve my English)

Focus’s drawings are exceptional, but equally remarkable is their survival. Who saved them? Who kept them and transmitted them to the next generation? What did his contemporaries think about them? these are important questions, to which the catalog of the Paris exhibition has begun to answer. However, it is difficult to answer these questions because there are not many written sources on the manner the “art of fools” was considered before the 19th century. Could images, visual sources, help us?

The Rijksmuseum owns a series of prints entitled « Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij », or « Victim of Possession or of Witchcraft ». Made a little earlier than 1660, they show men or women, 13 in all, who behave strangely. Some of these people seem to be examined by a committee of civil or religious personalities or perhaps of doctors, and they are treated for their troubles, sometimes violently

Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij (nrs. 12-13), ca. 1658, 143 mm × 92 mm; public domain, http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464419

Many of these scenes seem to happen within one and the same building. A detail has drawn my attention to Print 2.

Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij (nr. 2), ca. 1658 , 144 mm × 92 mm; public domain; http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464412

A painting with simple lines is visible on the wall of a room. Chances are slim, because the background of these prints is treated very summarily, as shown by what appears to be a molded cornice below the painting, but I wonder if we could see here the reproduction of an example of art created by one of the mad persons of the establishment and kept by the doctors or inquisitors as part of a dossier or, more simply, as a strange object worthy of interest.

There are not many old representations of drawings or paintings made by mad people. One of the best known is an engraving by William Hogarth, The Interior of Bedlam (Bethlehem Royal Hospital) (1735 [1763]).

William Hogarth, The Interior of Bedlam (Bethlem Royal Hospital), part of A Rake’s Progress (1735 [1763]) (McCormick Library, Northwestern University); public domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=652959

One of the asylum patients is shown drawing on a wall a mixture of complex geometric figures and freestyle graffiti. Moreover, in a room in the back, we can also discern a series of papers pinned to the wall, each containing a circle surmounting what appears to be a line of text, a caption. These drawings remind us of Focus’s « drawn writings », with their phylacteries. Might they also be drawings made by people suffering from a mental illness? To what extent can this engraving serve as a historical document since scholars agree that the fools represented by Hogarth are stereotypes and unrelated to the everyday life of the asylum?

Hogarth; public domain

This short blog entry is made up of unanswered questions, for which I apologize, but I wished to draw the attention on the possibility that there might be more old drawings made by crazy people than we think.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Outsider art in a 17th c. Dutch print?," in Georges Focus, peintre et fou, 29/11/2019, https://georgesfocus.hypotheses.org/207.

Une peinture de fou ou de folle dans une gravure hollandaise ?

Les dessins de Focus sont exceptionnels, mais tout aussi remarquable est leur survie. Qui les a sauvés ? Qui les a conservés ? Qu’en pensaient ses contemporains ? sont des questions fascinantes, auxquelles le catalogue de l’exposition de Paris a commencé à répondre. La question est difficile car il n’existe pas beaucoup de sources sur la façon dont l’art des fous était considéré avant le 19e siècle1. Les sources visuelles, les images peuvent-elles nous aider ?

Le Rijksmuseum possède une série de gravures intitulée « Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij », ou « Victime de possession ou de sorcellerie ». Créées un peu avant 16602, elles montrent des hommes ou des femmes, 13 en tout, au comportement dérangé. Certaines de ces personnes semblent être examinées par un comité, de personnalités civiles et religieuses ou peut-être de médecins, et traitées pour leurs troubles, plus ou moins violemment.

Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij (nrs. 12-13), ca. 1658, h 143 mm × l 92 mm; domaine public, http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464419

Une grande partie de ces scènes semble se dérouler au sein d’un même bâtiment. Un détail a attiré mon attention sur la gravure 2.

Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij (nr. 2), ca. 1658 , h 144 mm × l 92 mm; domaine public; http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464412

On voit dans cette pièce, qu’une large tenture permet d’obscurcir, au mur, un tableau aux traits simplifiés. Les chances sont faibles, car l’arrière-plan de ces gravures est traité très sommairement, comme le montre ce qui semble être une corniche moulurée sous le tableau, mais je me demande si on pourrait voir ici la reproduction sommaire d’un exemple de création faite par un des fous de l’établissement et gardée par les docteurs ou inquisiteurs comme pièce à conviction ou, plus simplement, comme un objet étrange digne d’intérêt.

Il n’existe pas beaucoup de représentations anciennes de dessins ou de tableaux réalisés par des fous. Une des plus connues est une gravure de William Hogarth, The Interior of Bedlam (Bethlem Royal Hospital) (1735 [1763])3.

William Hogarth, The Interior of Bedlam (Bethlem Royal Hospital), gravure du recueil A Rake’s Progress (1735 [1763]) (McCormick Library, Northwestern University); Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=652959

On y voit un des patients de l’asile dessiner sur un mur un mélange de figures géométriques parfois complexes et de graffiti au style plus libre, parmi lesquels on reconnaît un bateau. Toutefois, j’attire l’attention sur le fait que, dans une pièce du fond, on peut aussi discerner une série de papiers punaisés au mur, chacun contenant un cercle surmontant ce qui semble être une ligne de texte, une légende pour le dessin. Ces dessins font naturellement penser aux « écritures dessinées » de Focus, avec leurs phylactères. Seraient-ils eux aussi des œuvres de personnes souffrant d’une maladie mentale ? Dans quelle mesure cette gravure peut-elle servir de document historique puisque les savants s’accordent sur le fait que les fous représentés par Hogarth sont des stéréotypes sans rapport avec la vie quotidienne de l’asile ?

Détail de la gravure de Hogarth; domaine public

Cette courte entrée de carnet n’est constituée que de questions sans réponse, je m’en excuse, mais j’espère avoir soulevé l’espoir qu’il puisse encore exister plus de dessins anciens réalisés par des fous qu’on ne le pense.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Une peinture de fou ou de folle dans une gravure hollandaise ?," in Georges Focus, peintre et fou, 02/11/2019, https://georgesfocus.hypotheses.org/124.
  1. Pour un état de la question, voir J.-L. Bourget, « L’art d’un fou est-il de l’art brut ? », Critique, 2019/4 (n° 863), p. 293-306. URL : https://www.cairn.info/revue-critique-2019-4-page-293.htm. []
  2. Elles ont été utilisées pour le livre d’Abraham Palingh, ‘t Afgerukt mom-aansight der tooverye, Jan Rieuwertsz. (I), Amsterdam 1659 , visible ici dans une édition de 1725. []
  3. La peinture originale de Hogarth n’est pas aussi détaillée en ce qui concerne ces dessins []

Liens du mois (Octobre 2019)