Liens du mois (décembre 2019)

Cholait: identification d’un toponyme

Georges Focus, Recueil de Desseins Ridicules, f.65r ; © The University of Edinburgh ; https://images.is.ed.ac.uk/luna/servlet/s/kom968

Voici le texte, transcrit en français moderne et compréhensible, du phylactère du dessin Cat. 4 de Georges Focus:

Vide qui vide qui, vide qui vit la petite mésange.
De sur le ton de l’émerillon suivant le petit moineau pour la vendange.
Vique que alati viti Vitu vitau.
Au dessin de ce pressoir est vis-à-vis et vif martyr Vitus.
Nourrissant l’injustice qui le suce et le mange.
Qui en vit sans honte en le maltraitant et lui chantant louange.
Ici, il eut le fouet quoique né le seigneur et le dieu des vignes pour le l’avoir montré à ses dames d’honneur.
Pour avoir du maupoint mis par trop à leur gré dans sa tête, il fut fouetté Bacchus pour avoir montré le vit que l’on processionne en fête.
Et la dévotion de la dame Cottereau n’en aurait pas voulu à Cholait de sur l’eau, encore que le père ami de Monsieur Valérien.
n’en eut plus d’autre, elle abandonnait pour lui son exercice si chrétien.

Focus, Cat. 4 (ma transcription diffère légèrement de celle des éditeurs du Cat.1

Le dessin représente de façon assez détaillée un pressoir à levier avec vis. Des ouvriers font tourner une vis à bras. Un autre homme semble vérifier que le liquide produit s’écoule bien dans une bassine. A l’avant-plan, le Fleuve Loir écorce un bâton avec une plane. Le texte joue sur l’homophonie de « vit » et Saint Vit; Focus semble y faire allusion à un épisode d’ivresse, accompagnée de gestes obscènes, qui a été puni. Le dessin nous est parvenu censuré, car on en a coupé une partie; il est facile d’en imaginer la cause.

Principe d’un pressoir à levier avec vis ; dessin par Vigneshdm1990vigneshdm — Travail personnel animation, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=37073391

La question qui nous occupe ici est l’identification du lieu Cholait mentionné dans la phrase « Et la dévotion de la dame Cottereau n’en aurait pas voulu à Cholait de sur l’eau ». Les éditeurs du catalogue proposent l’hypothèse d’y reconnaître la ville de Châlette-sur-Loing.

Je suggère plutôt de l’identifier avec un toponyme actuel de Châteaudun: Chollet ou Cholet. Phonétiquement, cela ne pose aucun problème. Il existe actuellement une rue de Chollet, près du Loir; le site internet des archives nationales révèle l’existence d’un moulin à Cholet l’an X2.

En soi, cette identification n’a pas beaucoup d’importance, mais elle permet de confirmer le placement de ce dessin par les éditeurs du Catalogue dans une série relative à l’enfance et l’adolescence de Focus. Elle est aussi un nouveau témoignage de la précision de la mémoire de Focus, de même dirais-je, que la qualité de son dessin du pressoir qui s’apparente presque à un dessin technique.

Enfin, il me semble qu’elle me permet d’oublier l’hypothèse que je m’étais faite sur la possible identification de « la dame Cottereau « . Je m’étais demandé s’il était possible d’y voir une allusion à l’épouse du médecin et savant Samuel Cottereau du Clos, dit Duclos (1598-1685), que Focus aurait bien pu avoir rencontré à Paris, tant leurs parcours et milieux sociaux semblent voisins. Le toponyme purement local de Cholais donne l’impression que cette dame Cottereau doit se chercher à Châteaudun.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Cholait: identification d’un toponyme," in Georges Focus, peintre et fou, 26/12/2019, https://georgesfocus.hypotheses.org/291.
  1. Emmanuelle Brugerolles (sous la direction de), Georges Focus. La Folie d’un peintre de Louis XIV, Paris, Beaux-Arts de Paris éditions, 2018
    , 400 p. (ISBN 978-2-8405-6544-4). []
  2. Le site internet de la ville de Châteaudun donne l’itinéraire d’un circuit de randonnée pédestre « Les moulins à eau » qui passe notamment par la Rue de Chollet. []

“Le mythe Lebrun, entre attaques et critiques”

Je recopie cette annonce de colloque depuis le carnet Le Brun-Lab, auquel je renvoie pour le programme détaillé :

Journées d’études
organisées à l’occasion du 4e centenaire de la naissance de Le Brun par le
Centre Georges Chevrier (Université de Bourgogne, UMR 7366)
et le Centre allemand d’histoire de l’art
16-17 décembre 2019, Centre allemand d’histoire de l’art, Paris
Les colloques dédiés à un artiste à l’occasion d’un anniversaire ont souvent pour objet de construire ou d’alimenter une consécration. Le but de celui-ci est tout autre : il s’agit au contraire d’analyser comment s’est forgée une légende noire. 
Avant même la disparition de Colbert, d’importantes figures de la cour de Louis XIV, comme Louvois, des artistes, comme Pierre Mignard ou Simon Jaillot, cherchèrent à mettre en difficulté l’autorité que Le Brun avait prise dans le domaine des arts. Cette rivalité se transforma en critique acerbe dans les publications de Roger de Piles autour de 1700. Jugées porteuses d’un discours dépassé et officiel, marquées par un coloris tranché perçu comme sans nuances, les œuvres de Le Brun ont souvent servi, depuis Watteau, de repoussoir.
La reconnaissance du peintre par la postérité se réduit-elle aux plafonds du Louvre qui célèbrent l’école française ou aux tableaux d’autel des églises qui, dans tout le territoire, présentent des copies dévotes de ses œuvres ? Dans l’historiographie, Le Brun a rapidement été assimilé à l’absolutisme louisquatorzien comme à l’Académie et à ses prétendus méfaits. Les musées ne rendirent pas toujours justice au peintre de Versailles, préférant montrer les peintres de la réalité, et c’est seulement en 1994 que l’on put revoir les toiles qui avaient fait la célébrité du peintre au XVIIe siècle : les batailles d’Alexandre. 

En partant d’une analyse de la perception actuelle de Le Brun et en remontant aux sources de celle-ci, le colloque entend éclaircir les aléas d’une fortune paradoxale.
Comité scientifique : Olivier Bonfait, Bénédicte Gady, Thomas Kirchner, Gaelle Lafage, Matthieu Lett, Rémi Mathis, Nicolas Milovanovic.

https://lebrunlab.hypotheses.org/443

Liens du mois (novembre 2019)

François-Auguste Biard (1799 – 1882), L’hôpital des fous à Lyon (Huile sur toile, 158,5 x219 cm) , Photo : Galerie De Bayser, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=84014418; le peintre avait fait des visites à l’Hôpital des Antiquailles de Lyon pour se documenter.