Liens du mois (janvier 2020)

  1. J’ai créé l’article Wikipédia Wilhelm Werner (Art brut). []

A short architectural history of the Petites Maisons asylum

(This is the English version of an original French blog entry: Les Petites Maisons; if you notice any funny English or have any suggestion, please leave a comment.)

I would like to seize the opportunity offered by Paris Museums’ new open access collection1 to present some information about the Petites Maisons, the institution, managed since 1633 by the Daughters of Charity of Saint Vincent de Paul, that welcomed Georges Focus when his mental disorders became too strong to allow him a normal life. He might have died here in 17082. Architectural conservatism3 and the continuity of the hospice function of this set of buildings mean that documents from 1868 can probably be useful for understanding the living conditions of the last years of Focus, despite a time gap of more than 150 years.

Continuer la lecture de « A short architectural history of the Petites Maisons asylum »
  1. Paris Musées, Open content : plus de 100 000 œuvres des collections des musées de la Ville de Paris en libre accès (Sans date). []
  2. J. Coste, “Focus et les Petites Maisons”, in E. Brugerolles (éd.), Georges Focus. la folie d’un peintre de Louis XIV (Paris, 2018), p. 91-95 . []
  3. See F. et L. Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments (Paris, 1844), p. 440. []

Les Petites Maisons

Les Musées de la ville de Paris ont mis en ligne en libre accès plus de cent mille objets de leurs collections, en partenariat avec Wikimédia France1. Les critères pour décider quelle œuvre est libre de droits ou non sont fluctuants :  « sur 280 595 photos [visibles sur le site], seules 108 194 sont qualifiées de « libres de droits »  »2. Pour l’instant, le site est un peu lent et le moteur de recherche est parfois imprécis : une recherche avec le mot « folie » donnera des résultats avec les mots « folio » ou « fol. 1 », mais on ne peut que remercier la ville de Paris pour offrir gratuitement une si belle ressource.

Pour donner un exemple, voici ce que l’on trouve par une recherche sur les Petites Maisons, l’institution, gérée depuis 1633 par les soeurs de la Charité, qui a accueilli Georges Focus lorsque ses troubles mentaux ont été trop forts pour lui permettre une vie normale. C’est peut-être là qu’il est mort en 17083 . Je pense que le conservatisme architectural4 et le maintien de la fonction d’hospice de cet ensemble de bâtiments font que des documents de 1868 peuvent encore être utiles pour comprendre le cadre de vie des dernières années de Focus et le contexte de création de ses « écritures dessinées », même s’ils leurs sont postérieurs de plus de 150 ans.

Les Petites Maisons accueillaient des fous, des vieillards pauvres, des personnes souffrant de maladies vénériennes et des malades de la teigne. Elles n’existent plus ; elles se trouvaient à l’emplacement actuel du Square Boucicaut, derrière le Bon Marché.

Vers 1900; auteur inconnu – Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24358607

Le premier document que l’on peut trouver sur le site des Musées de Paris est un « Plan de l’hôpital des Petites Maisons », une eau-forte de Michelinot, de 56, 5 x 42, 5 cm. Le site internet des Musées n’en donne pas la date, mais le plan comporte une mention de l’année 1787 ; il est donc postérieur au séjour de Focus et à l’agrandissement de l’hôpital en 17315. J’ai indiqué par des points la « Cour des Incensés » [sic].

Michelinot, Plan de l’hôpital des Petites maisons; Musée Carnavalet, Histoire de Paris.

En fait, il semble que ce plan soit une copie d’un plan réalisé en 17856 par Buron (del.) et Louis-Antoine Hérisset (sculp.) , qui est conservé à la Bibliothèque nationale de France et disponible sur Gallica, ce qui permet d’en voir l’agrandissement suivant:

Détail agrandi d’un Plan de l’Hôpital des Petites Maisons (1785); domaine public:
Bibliothèque nationale de France, GED-5562 ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84445197

D’après l’édit de fondation de 1554, les chambres faisaient neuf ou douze pieds carrés, soit des pièces de 3 ou 4 mètres de côté7.

On peut comparer le plan de Buron/Michelinot avec le plan de Paris de Jacques Gomboust de 1652. On voit que l’organisation de la partie centrale, un jardin entouré de petites maisons n’a pas changé. Si la disposition des parties de l’hôpital a été conservée entre les deux plans, comme semble l’indiquer l’emplacement identique de la teignerie, Focus aurait logé quelque part dans l’aile sur le côté du parc opposé à l’église de l’hôpital. Je ne sais pas s’il avait ou non vue sur le jardin des Petites Maisons8.

Agrandissement d’un détail du plan Lutetia Paris de Jacques Gomboust, 1652; Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE AA-573 (RES). Domaine public; http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40707088m

On peut aussi comparer le plan de Buron/Michelinot avec le plan général de Paris de Jouvin de Rochefort, qui date de 1672.

Détail de « Paris en 1672 : fac-similé du premier plan de Jouvin de Rochefort, réduction de 1/4 » (1870). Domaine public; http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42295229f

Le document suivant est un plan de l’Hospice des Ménages, institution qui avait pris, après 1801, la suite des Petites Maisons 9. Il date de 1868, juste avant la destruction des bâtiments. Dressé par A. Bienvenu, il mesure 103 x 72 cm.

Alexandre Bienvenu, « Plan de l’hospice des Ménages, entre la rue de la Chaise et la rue de Sèvres en décembre 1868 ». Paris, musée Carnavalet.

La partie autrefois réservée aux fous est maintenant occupée par les « Ménages ». L’organisation générale des bâtiments semble être la même que sur le plan de Buron.

Le document suivant est un dessin comparatif de Léon Leymonnerye. On y voit un plan de l’Hospice des Ménages en 1846 et la situation de l’endroit en 1877, après la destruction de l’hospice. On constate que le futur square Boucicaut ne correspond qu’à la partie centrale du parc intérieur des Petites Maison et que tous les bâtiments où Focus avait vécu ont été rasés.

Léon Leymonnerye, Hospice des Ménages; Musée Carnavalet, Histoire de Paris.

Des dessins qui accompagnent ce plan montrent la façade extérieure, donnant sur les rues, de plusieurs parties de l’Hospice, au début du 19e siècle. Ils prouvent que les bâtiments ont connu plusieurs rénovations, mêlant nouvelles constructions et remploi de structures existantes. Je ne sais pas dans quelle mesure ces bâtiments ont changé par rapport à ce que Focus pourrait en avoir vu.

Leymonnerye a également dessiné en 1863 une colonne surmontée d’une croix qui se trouvait à l’entrée du jardin de l’hospice, ainsi qu’un détail de la façade du presbytère et un puits avec sa margelle dans le jardin. Le monument à la croix semble déjà exister sur le plan de Buron/Michelinot.

Léon Leymonnerye, Ménages (rue de Sèvres). Feuille 4(e) (1863); Musée Carnavalet, Histoire de Paris.

Le document suivant est un dessin du jardin de l’Hospice, vu en plongée depuis je ne sais où depuis son entrée, réalisé par Charles Fichot. On y reconnaît l’église de l’hospice, le monument à la croix, le puits et les différents côtés du petit parc. On y voit bien que les petites maisons sur le côté opposé à l’église ont gardé leur format réduit, avec seulement un rez-de-chaussée et un premier étage, bien diffèrent de l’aile du fond du jardin, bien plus monumentale et haute. D’après le plan de Leymonnerye, cette partie de l’hospice a été construite en 1786. On remarque aussi que l’alignement des arbres n’a pas été modifié et ressemble à celui qui est symbolisé sur les plans Gomboust et Jouvin.

Michel Charles Fichot, dessin de 1868; Musée Carnavalet, Histoire de Paris.

Enfin, les derniers documents que j’ai trouvés sur le site des Musées de Paris sont des photographies de Pierre Emonts qui doivent elles aussi dater de 1867 ou 186810, juste avant la destruction de l’hospice. Sur l’une d’elles, on voit distinctement l’église et les petits bâtiments à droite, similaires sur le plan au bâtiment où, je pense, Focus a été hébergé.

« Hospice des Ménages (cour intérieure) », Paris (VIème arr.). Photographie attribuée à Pierre Emonds. Paris, musée Carnavalet.

Pour l’instant, je n’arrive pas à identifier quelle partie de l’hospice a été photographiée sur la deuxième photographie, mais on y voit bien l’état d’abandon de la structure.

Pierre Emonts, Hospice des Ménages; Musée Carnavalet, Histoire de Paris.

Au bout de ce petit inventaire de documents, il serait évidemment naïf de prétendre avoir retrouvé le lieu exact de vie de Focus, mais je pense que ces plans, dessins et photographies permettent de saisir l’atmosphère des lieux où il a réalisé ses extraordinaires dessins.

Annexe

Georges Focus, Dessin Cat. 50; Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=74088544

Voir aussi

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Les Petites Maisons," in Georges Focus, peintre et fou, 13/01/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/419.
  1. Paris Musées, Open content : plus de 100 000 œuvres des collections des musées de la Ville de Paris en libre accès (Sans date). []
  2. D. Rykner, Des images des musées de la Ville de Paris deviennent libres de droit (mais pas toutes), La Tribune de l’Art (8 janvier 2020). Cela explique la différence de qualité entre les illustrations de cette entrée de carnet. []
  3. J. Coste, « Focus et les Petites Maisons », in E. Brugerolles (éd.), Georges Focus. la folie d’un peintre de Louis XIV (Paris, 2018), p. 91-95. []
  4. F. et L. Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments (Paris, 1844), p. 440:  » En 1557, l’Hôtel-de-Ville racheta les matériaux et l’emplacement, et y fit bâtir la maison que nous voyons aujourd’hui. » []
  5. Mention de l’agrandissement par Coste p. 91. []
  6. C’est la date proposée sur le site de Gallica; j’ignore sa justification. []
  7. Coste p. 92. []
  8. Les éditeurs du Catalogue de l’exposition Focus pensent que le dessin Cat. 50 est « une évocation de la chambre de Focus aux Petites Maisons » et que « le petit dôme qui se profile à la fenêtre semble correspondre à celui du couvent des Dix-Vertus, puis Abbaye aux Bois. », mais cela ne semble pas possible topographiquement si mon hypothèse est correcte: la chambre de Focus aurait donne sur le Sud ou sur le Nord, non sur l’Est. []
  9. F. et L. Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments (Paris, 1844), p. 440, donnent une définition des « ménages » et les conditions d’accès. []
  10. Probablement pas « Entre 1869 et 1902 » comme indiqué sur le site internet des Musées. []

Paravent et anonymat au procès d’un tueur de personnes handicapées mentales

Cette semaine s’est ouvert le procès de Satoshi Uematsu, accusé d’avoir en 2016, à coups de couteau, assassiné 19 personnes et blessé 25 autres, qui étaient patients ou employés (2 personnes) dans un centre pour personnes handicapées mentales à Sagamihara, à une cinquantaine de kilomètres de Tokyo, en pleine nuit, en une heure1 . L’accusé, qui s’était immédiatement présenté à la police peu après les faits, a justifié cet acte affreux par cette horrible motivation : « les handicapés profonds sont nuisibles à la société et il faut les tuer »2 L’assassin avait fait part de ses projets d’euthanasie massive dans des lettres envoyées à un homme politique3.

Deux particularités du procès font beaucoup parler d’elles. Les familles des victimes peuvent assister aux audiences, mais elles le font derrière un paravent et sont invisibles du public.

En outre, la décision a été prise de ne pas rendre publics les noms des victimes. Elles sont désignées selon les appellations「甲A」「乙B」(Personne A ou B). Il semble que la décision a été prise parce que leurs familles ont peur d’être discriminées si l’on apprend qu’un de leurs parents est handicapé4 ou parce qu’elles craignent d’être critiquées pour ne pas s’être occupé elles-mêmes de leurs enfants et de les avoir confiés à une institution5.

Une mère s’est distancée de cette position en révélant que sa fille s’appelait Miho, qu’elle était fière de sortir partout avec elle, et en divulguant des photographies de celle-ci6.

Voir aussi

Supplément d’information (18 janvier 2020)

Normalement, les tribunaux n’autorisent que l’usage d’un pseudonyme ou celui du nom de famille lors de leurs séances; il a fallu une décision spéciale pour que seul le prénom Miho soit utilisé pendant le procès7.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Paravent et anonymat au procès d’un tueur de personnes handicapées mentales," in Georges Focus, peintre et fou, 09/01/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/404.
  1. Voir Japon. Au moins 19 morts et 25 blessés dans une attaque près de Tokyo, Ouest France (26 juillet 2016). []
  2. Voir, par exemple, Japan mass stabbing: Accused admits murders but denies guilt, BBC (8 janvier 2020). []
  3. A. Fallon, Japan: Violence and Ableism, The Platform (12 septembre 2016) ; voir la traduction anglaise d’une de ces lettres dans l’article de P. Willitts, Disability Hate Leads to Mass Murder in Japan, Global Comment (29 juillet 2016). []
  4. Ils « n’ont pas d’âme» et leur vie n’a «aucun sens», 20 minutes (8 janvier 2020). []
  5. Reuters, FEATURE: Japan confronts disability stigma after attack, Taipei Times (17 septembre 2016). []
  6. S. Kinoshita, Family discloses name of victim in 2016 massacre at Japan care home, The Mainichi (8 janvier 2020). []
  7. K. Tsuchiya et al., Prosecutors read statements of victims’ families in stabbing spree, The Asahi Shimbun (16 janvier 2020). []

« Art brut » aux Jeux Olympiques et paralympiques de Tokyo (2020)

(Comme je vis au Japon, je profite de ce carnet de recherche pour présenter, parfois très rapidement, des informations voisines thématiquement qui concernent mon pays d’accueil)

Aujourd’hui ont été dévoilées 20 affiches officielles pour les Jeux Olympiques et paralympiques de Tokyo en 20201 . Parmi celles-ci, plusieurs sont des oeuvres qui intéresseront peut-être les lectrices et lecteurs de ce carnet2.

Shoko Kanazawa, Fly high (Merci Tokyo 2020)

Shoko Kanazawa est atteinte de trisomie 21, mais vit de façon indépendante. Elle est une calligraphe très connue et a déjà effectué plusieurs commandes publiques, par exemple pour le générique de feuilletons télévisés. On dit que son style se personnalise de manière très originale3.

Tomoyuki Shinki , Offense No.7 ( ©Tokyo 2020 )

Tomoyuki Shinki est un artiste handicapé mental4; il utilise un ordinateur pour ses dessins de sport, en général des sports de contact5, mais, comme on le voit sur la vidéo ci-dessous, il peaufine ses dessins au crayon avec des couleurs. Il travaille au sein de l’atelier Incurve6.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "« Art brut » aux Jeux Olympiques et paralympiques de Tokyo (2020)," in Georges Focus, peintre et fou, 06/01/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/366.
  1. Agence Kyodo, Olympics: Organizers unveil art posters for Tokyo Games. []
  2. Pour une liste de tous les artistes, voir CIO, Tokyo 2020 sélectionne des artistes de renommée internationale pour créer les illustrations de ses affiches (31 juillet 2019). []
  3. C. Kato, Kanazawa Shôko, une calligraphe de génie malgré son handicap, nippon.com (11 novembre 2016). []
  4. NHK, Tokyo 2020 official posters unveiled (6 janvier 2020). []
  5. G. Marchini, Tomoyuki Shinki, Outsider Art Now (19 juin 2014). []
  6. http://g-incurve.jp/english/artist_shinki.html []

Where is Cholait ?

(This is the English version of the entry Cholait: identification d’un toponyme. If you find some funny English or any other mistake, please leave a comment)

Georges Focus, Recueil de Desseins Ridicules, f.65r ; © The University of Edinburgh ; https://images.is.ed.ac.uk/luna/servlet/s/kom968

Here is the text of the phylactery of the drawing Cat. 4 by Georges Focus, transcribed in modern and understandable French:

Vide qui vide qui, vide qui vit la petite mésange.
De sur le ton de l’émerillon suivant le petit moineau pour la vendange.
Vique que alati viti Vitu vitau.
Au dessin de ce pressoir est vis-à-vis et vif martyr Vitus.
Nourrissant l’injustice qui le suce et le mange.
Qui en vit sans honte en le maltraitant et lui chantant louange.
Ici, il eut le fouet quoique né le seigneur et le dieu des vignes pour le l’avoir montré à ses dames d’honneur.
Pour avoir du maupoint mis par trop à leur gré dans sa tête, il fut fouetté Bacchus pour avoir montré le vit que l’on processionne en fête.
Et la dévotion de la dame Cottereau n’en aurait pas voulu à Cholait de sur l’eau, encore que le père ami de Monsieur Valérien.
n’en eut plus d’autre, elle abandonnait pour lui son exercice si chrétien.

Focus, Cat. 4 (my transcription differs slightly from that of the Cat.) 1

The drawing shows with some precision a screw basket winepress. Some workers are turning a screw, and another man seems to be checking that the produced liquid is flowing correctly into a basin. In the foreground, the personification of the Loir River removes the bark from a wooden stick with a drawknife. The text plays on the homophony of “vit” (phallus) and Saint Vit. Focus seems to be referring to a personal moment of drunkenness, when he made some obscene gestures and was punished. The drawing has been censored: it’s easy to imagine why a part of it was cut out.

Screw basket winepress ; drawing by Vigneshdm1990vigneshdm — personal work animation, CC0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=37073391

The question that occupies us here is about the identification of the place called Cholait in the sentence “Et la dévotion de la dame Cottereau n’en aurait pas voulu à Cholait de sur l’eau”. The editors of the Catalog propose to recognize here the city of Châlette-sur-Loing.

I rather suggest identifying it with an actual toponym of Châteaudun, the birth city of Focus: Chollet or Cholet. Phonetically, this poses no problem. There is currently a rue de Chollet, near the Loir river, and a mill existed in Cholet in 1801/2, which would fit with the phrase “Cholait on the water”.

This new identification has no real consequence in terms of understanding the text, but it confirms the placement of this drawing by the editors of the Catalog in a series of drawings relating to the childhood and adolescence of Focus. It is also a new testimony to the precision of Focus’s memory, as well, I would say, as the quality of his drawing of the press which almost resembles a technical drawing.

Finally, it seems that it allows me to forget the assumption that I had been tempted to make on the possible identification of « the Cottereau lady ». I did wonder if it was possible to see here an allusion to the wife of the doctor and scientist Samuel Cottereau du Clos (1598-1685), a man whom Focus could well have met in Paris, as their lives and social circles seem to be so close. The purely local toponym of Cholait means that this Cottereau lady must be a local Châteaudun person.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Where is Cholait ?," in Georges Focus, peintre et fou, 04/01/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/336.
  1. Emmanuelle Brugerolles (ed.), Georges Focus. La Folie d’un peintre de Louis XIV, Paris, Beaux-Arts de Paris éditions, 2018
    , 400 p. (ISBN 978-2-8405-6544-4). []