Théophile Bra

Grâce à l’excellent livre Lesage, Simon, Crépin. Peintres, spirites et guérisseurs (Lille, 2019)1, je découvre2 un artiste qui a connu un destin un peu semblable à celui de Focus3.

Théophile Bra (1797-1863) est un sculpteur que l’on peut rapprocher de Focus, car, comme lui, il a reçu une excellent éducation, fait partie des milieux artistiques académiques proches du pouvoir et a eu des problèmes psychiques. Alors qu’il connaissait un certain succès avec des commandes publiques comme la statue de la Colonne de la Déesse de Lille, il entend des voix, a des « extases somnambuliques », souffre de mélancolie et s’intéresse au spiritisme.

La colonne de la Déesse sur la Place du Général de Gaulle à Lille. Photo de Velvet, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24609826

Il tient une sorte de journal et réalise 5000 dessins très curieux, souvent associés à des textes, autre parallèle avec Focus4.

Le « titre » du dessin ci-dessus « Le dessin parle » rappelle aussi la façon dont Focus catégorise ses dessins: « des écritures dessinées« .

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Théophile Bra," in Georges Focus, peintre et fou, 24/02/2021, https://georgesfocus.hypotheses.org/1877.
  1. Sur la scénographie de l’exposition qu’accompagnait cet ouvrage, voir H. Bicocchi, Les “Portraits Debout” de Frédéric Logez, ou une nouvelle manière de dresser des portraits, Voir et penser (Carnet Hypothèses) (6 avril 2020); en juin, on pourra lire Marc Décimo, « Lesage, Simon, Crépin : peintres, spirites et guérisseurs », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 04 juin 2021. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/61713. []
  2. En fait, je redécouvre parce que Bra est mentionné dans le Catalogue de l’exposition Focus. []
  3. Voir, par exemple, Yves Gagneux, c.r. de Théophile Bra, Jacques de Caso, André Bigotte et Frank Paul Bowman, L’Évangile rouge dans Revue d’Histoire littéraire de la France 105e Année, No. 4, (OCTOBRE-DÉCEMBRE 2005), pp. 1051-1054. URL: https://www.jstor.org/stable/41494356, avec une discussion de l’opportunité de rattacher ou non cet artiste à l’art but []
  4. Ces dessins sont conservés à la bibliothèque municipale de Douai, mais je n’en ai pas trouvé mention sur le site internet de cette institution: https://www.bm-douai.fr/. []

Annonce de colloque: « La Princesse des Ursins : apprentissage et exercice du pouvoir dans l’Europe de Saint-Simon »

Image du mois (février 2021)

Cornelis Saftleven (1607-1681), Allégorie de la folie humaine, 1629. — Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=99557284

Tableau vu dans l’article d’A. Lafore, Un ensemble de peintures néerlandaises acquis par la Fondation Custodia, La Tribune de l’Art (3 février 2021), qui attire l’attention sur les marottes que tiennent plusieurs caractères du tableau.

Du même peintre, on peut aussi admirer les curieux tableaux suivant: Satire sur les fermiers litigieux (1629), Satire sur le jugement de Johan van Oldenbarnevelt (1663), Collège des animaux (1655) ou Sabbat de sorcières (vers 1650).

Un reste d’Ovide (?) et du flamand

Focus, Dessin Cat. 22, © The University of Edinburgh

Le texte du phylactère du dessin 22 est divisé en deux parties qui n’ont apparemment pas de lien l’une avec l’autre, seule la deuxième ayant un rapport avec le dessin. Ici, je voudrais brièvement présenter le début du texte et m’attarder sur un mot et une expression, échantillons du panachage linguistique des textes de Focus.

Continuer la lecture de « Un reste d’Ovide (?) et du flamand »

Liens du mois (janvier 2021)