Le repentir

La lecture de la Tribune de l’Art il y a quelques semaines m’a fait découvrir un tableau extraordinaire1, qui a beaucoup de points communs avec les dessins de Focus et illustre l’iconographie dans laquelle il baignait et que ses troubles mentaux ont transformée.

Michel II Corneille (1642-1708) , Le Repentir du Grand Condé, vers 1691 (Huile sur toile – 66,5 x 81 cm) Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=109995848

Cette esquisse de Corneille le Jeune a servi pour une toile monumentale2 qui orne la Galerie des Batailles du Château de Chantilly3. La peinture fut commandée par le fils du Grand Condé pour accompagner les onze autres toiles de la galerie représentant les victoires de son père, commandées elles par leur sujet-même à Sauveur Le Conte4 .

Le Château de Chantilly possède une autre version de cette allégorie5

Le Repentir, d’après Michel II Corneille (Merci https://www.pop.culture.gouv.fr/notice/joconde/50520000827; © musée Condé)

Sur ce tableau, Condé foule aux pieds des phylactères écrits des noms de ses victoires6. Clio, muse de l’histoire, assise sur le dos du Temps prostré à terre, arrache des pages d’un livre (la biographie de Condé ?) . Sur les feuilles tombées au sol, on peut lire un texte consacré à la bataille des Dunes. D’une main, Condé empêche une Renommée de souffler dans sa trompette (on peut lire les noms des batailles gagnées contre la France et Sileat, “Qu’elle se taise !”, sur le phylactère), tandis qu’il semble chasser de l’autre une seconde Renommée: en fait, il lui ordonne d’aller annoncer son repentir (on peut lire “Quantum poenituit“, “[Annonce] tout ce dont il se repent” sur le phylactère)7.

Cette image était fameuse et de nombreux commentateurs voient en elle un des exemples les plus réussis d’allégorie8:

… un excellent tableau, dans lequel Michel Corneille, d’après l’Idée de Henri-Jules, prince de Condé, fait briller ce que l’allégorie offre de plus délicat, & de plus ingénieux.

Pierre Jean Baptiste Nougaret, Nicolas Thomas Leprince, Anecdotes des beaux-arts (1776), p. 344.

Il faut dire que cette allégorie est un bel exemple de subtilité de la part du fils du Grand Condé car elle permet à la fois de vanter les talents militaires et les exploits de son père, tout en lui faisant demander pardon pour sa participation a la Fronde.

Les similarités avec les dessins de Focus sont manifestes, qu’elle soient formelles (le jeu sur les phylactères, les personnages des Renommées) ou thématiques, avec le personnage du Temps et le rapport à un passé douloureux. On pourrait se demander si Focus n’aurait pas filé l’allégorie du repentir dans ses dessins pour écrire une longue autobiographie qui reviendrait sur ses erreurs et errements.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Le repentir," in Georges Focus, peintre et fou, 19/10/2021, https://georgesfocus.hypotheses.org/2042.
  1. Voir aussi D. Rykner, Une esquisse du Repentir du Grand Condé identifiée à Bordeaux, La Tribune de l’Art (2 septembre 2017). []
  2. Base Joconde 77212 []
  3. Château de Chantilly, PE 364. []
  4. Musenor, Chantilly. []
  5. Château de Chantilly, DE 756 [Base Joconde 50520000827] []
  6. Pour les noms des victoires, voir François-Anatole Gruyer, Chantilly. Musée Condé: Notice des peintures (1899), p. 331. []
  7. Texte des phylactères reproduit depuis la page UtPictura18, Le repentir du Grand Condé – Michel Corneille le Jeune. []
  8. Par exemple, voir l’opinion de Du Bos, citée par A. Lombard, L’abbé Du Bos: un initiateur de la pensée moderne (1670-1742) (1969), p. 296; Honoré Lacombe de Prézel, Dictionnaire d’anecdotes (1767), p. 5, s.v. Allégorie. []

Liens du mois (Septembre 2021)