Liens du mois (février 2022)

Cinq statues sur un balcon. 1. Le Temps, une de ses ennemies, le spectre du Dom Juan de Molière ?

Focus, Dessin Cat. 31, © The University of Edinburgh

Dans le dessin Cat. 31, Georges Focus a représenté cinq statues féminines dressées sur la balustrade d’une grande terrasse. Ces statues sont chacune remarquables et uniques. Dans les jours qui viennent, je vais essayer de les présenter et de voir quelles sources d’inspirations pourraient avoir influencé Focus.

Le Temps

Détail du dessin Cat. 31. © The University of Edinburgh

La première statue à gauche sur le dessin semble facilement identifiable par les deux objets qu’elle porte, une faux de la main droite, un sablier de la main gauche, et par les ailes dans son dos. Comme les éditeurs du Catalogue l’ont bien noté, il s’agit apparemment d’une allégorie du Temps1 Toutefois, représentation unique à ma connaissance, il s’agit ici non d’un vieil homme, mais d’une jeune femme au torse entièrement nu, les seins en évidence; un châle partiellement transparent tombe négligemment de ses coudes, lui couvre le pubis et le haut des cuisses, mais dévoile ses genoux.

L’image de Focus est unique; il faut essayer d’en trouver les sources pour tenter de la comprendre au-delà des troubles mentaux de son créateur. On peut par exemple y voir la synthèse originale de différentes traditions iconographiques, car, si le Temps est généralement un homme âgé, il est souvent représenté en compagnie d’une jeune femme plus ou moins nue2.

La Vérité

Le Temps est ainsi souvent associe à la Vérité, qu’il sauve, nue, de différents ennemis. Voici, par exemple, un tableau de 1657, œuvre de Theodoor van Thulden, un peintre flamand qui vécut quelques années à Paris dans les années 1630. Le Temps sauve sa fille la Vérité des assauts de l’Envie et de l’Ignorance. L’Hypocrisie gît au sol, un masque à la main. Le vêtement que porte la Vérité ressemble à celui de la statue du Temps de Focus3.

Theodoor van Thulden, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15611222

On retrouve cette scène en sculpture aussi. Par exemple, on peut voir au Louvre la statue d’Honoré Pelle, Le Temps découvrant la Vérité (vers 1700, initialement placée dans dans le parc de Marly).

Photographie par Sailko, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=30216854

L’Histoire

Parfois, l’Histoire est représentée comme une femme ailée qui domine le Temps en écrivant son œuvre sur le dos de celui-ci.

Luca Giordano, L’Histoire et le Temps (c. 1680) (Musée des Beaux-Arts de Brest), Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=79542577 (Chronos, le Temps, est assimilé à Cronos [Saturne] dévorant l’un de ses enfants)

C’est une allégorie que l’on retrouve de façon spectaculaire à Versailles, grâce à une statue de Domenico Guidi, La Renommée du Roi (commencée en 1677 et mise en place en 1686), en collaboration avec Charles Lebrun pour son programme allégorique4.

Photographie de Trizek, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15420909

L’Histoire ou la Renommée, ailée, écrit les Annales du règne de Louis XIV, dont un portrait orne un médaillon; elle se sert du Temps comme lutrin et terrasse l’Envie, qui dévore son propre cœur. Elle est vêtue d’une tunique, ce qui la distingue nettement de la statue dessinée par Focus. Des gravures ont rapidement répandu cette représentation de la gloire du roi au-delà des jardins de Versailles.

On trouvait une autre version de cette allégorie à l’intérieur du château, dans l’Escalier des Ambassadeurs, sur un dessin de Le Brun. Cette fois-ci, tant la position de l’Histoire que son vêtement la distinguent de l’image de Focus.

Charles Le Brun, L’Histoire écrivant les évènements du règne de Louis XIV (“Étude pour le décor du plafond de l’escalier des Ambassadeurs du château de Versailles, 1674-1679”)

Une version plus agressive de ce thème peut se discerner dans le tableau suivant, “commandé par l’abbé Strozzi à Florence en 1664 pour être offert à Louis XIV”. Le Temps y est vaincu par la Gloire de Louis XIV, ailée tout comme le vieillard. On retrouve dans ce tableau le sablier et la faux, et on pourrait imaginer que la statue de Focus s’est emparée des attributs du Temps et pose alors, fière de sa victoire.

Volterrano, La gloire de Louis XIV triomphe du temps (vers 1664).

La Renommée

Parfois, la relation entre le Temps et sa comparse féminine est plus violente, comme dans les allégories qui voient le Temps arracher les ailes de la Renommée.

On peut ainsi admirer la fresque spectaculaire de Volterrano au Palazzo Lanfredini à Florence (1672-1673). On y retrouve une femme à moitié nue et la faux du dessin de Focus. Cette fois-ci, les deux protagonistes de la scène sont ailés.

Photographie de Sailko, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=69656015

Vénus

C’est aussi une scène de confrontation que l’on peut voir dans un tableau de Simon Vouet, Le Temps vaincu par l’Amour, Vénus et l’Espérance (vers 1640), mais cette fois-ci le Temps est le perdant et c’est le vieillard qui se se voit dépiauté:

CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=48949818

Le Temps qui tient une faux de la main droite et une renommée ailée, encore une fois, peuvent faire penser à la statue de Focus. Comme avec la Gloire ci-dessus, on peut imaginer que la femme ailée de Focus pose victorieuse avec le trophée des attributs de son ennemi défait.

Aurore

Une allégorie dont le thème est proche de celui du Temps est celle de l’Aurore, représentée parfois comme une femme ailée plus ou moins habillée, ce qui la rapproche du dessin de Focus. Voici par exemple, une gravure de Jan Sadeler (1582).

Gravure de Jan Sadeler, d’après Dirk Barendsz (1582). © The Trustees of the British Museum, CC BY-NC-SA 4.0

Une toile spectaculaire de Giovanni Antonio Pellegrini (1718) présente Aurore de la même façon.

Giovanni Antonio Pellegrini — https://www.mauritshuis.nl/en/explore/the-collection/artworks/aurora-1136/detailgegevens/, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=76734092

Aurore est également représentée en compagnie d’un vieillard pour illustrer son amour mythique avec Tithon et la triste conséquence du vieillissement sans fin de son amant.

Anonyme (École française) , Aurore, Céphale et Tithon et (Vers 1600) — Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=91989283

Si ces images étaient probablement connues de Focus, il ne me semble pas qu’elles aient pu inspirer directement le peintre dans ce cas-ci.

Le Spectre du Dom Juan de Molière

Jusqu’ici, j’ai présenté l’image de Focus comme pouvant être le résultat d’une sélection d’accessoires et de thèmes parmi des motifs existant; j’ai essayé d’insérer le dessin unique de statue de Focus dans une tradition culturelle qui aurait rendu sa réalisation aisée et facilement interprétable par ses contemporains.

On peut aussi ouvrir une autre piste d’explication en se demandant s’il faut rattacher le dessin de statue de Focus à l’un des épisodes les plus fameux du théâtre de son temps, une scène du Dom Juan de Molière, un écrivain que Focus cite plusieurs fois dans ses dessins. La pièce fut jouée pour la première fois en 1665.

Scène V
DON JUAN, SGANARELLE ; UN SPECTRE, en femme voilée.

– Sganarelle

Ah ! monsieur, c’est le ciel qui vous parle, et c’est un avis qu’il vous donne.

– Don Juan

Si le ciel me donne un avis, il faut qu’il parle un peu plus clairement, s’il veut que je l’entende.

– Le Spectre

Don Juan n’a plus qu’un moment à pouvoir profiter de la miséricorde du ciel, et s’il ne se repent ici, sa perte est résolue.

– Sganarelle

Entendez-vous, monsieur ?

– Don Juan

Qui ose tenir ces paroles ? Je crois connaître cette voix.

– Sganarelle

Ah ! monsieur, c’est un spectre, je le reconnais au marcher.

– Don Juan

Spectre, fantôme, ou diable, je veux voir ce que c’est.
(Le spectre change de figure, et représente le Temps, avec sa faux à la main.)

– Sganarelle

Ô ciel ! voyez-vous, monsieur, ce changement de figure ?

– Don Juan

Non, non, rien n’est capable de m’imprimer de la terreur ; et je veux éprouver, avec mon épée, si c’est un corps ou un esprit.
(Le Spectre s’envole, dans le temps que don Juan le veut frapper.)

– Sganarelle

Ah ! monsieur, rendez-vous à tant de preuves, et jetez-vous vite dans le repentir.

– Don Juan

Non, non, il ne sera pas dit, quoi qu’il arrive, que je sois capable de me repentir. Allons, suis-moi.

Molière, Don Juan ou le Festin de pierre, Texte établi par Charles Louandre, Charpentier, 1910, Œuvres complètes, tome II (p. 120-129). Wikisource, //fr.wikisource.org/w/index.php?title=Don_Juan_ou_le_Festin_de_pierre/%C3%89dition_Louandre,_1910/Acte_V&oldid=7236354

Il s’agit de l’antépénultième scène de la pièce, juste avant la rencontre finale de Dom Juan avec la statue du Commandeur. Elle n’est pas sans poser problème aux metteurs en scène et aux exégètes car le Spectre arrive sans annonce et son identité n’est pas assurée (beaucoup y voient Elvire)5, et elle est même absente de certaines éditions du texte6. Voici la vidéo d’une mise en scène de 2002 à la Comédie Française, qui donne une exemple concret de matérialisation du Spectre:

Mise en scène de Jacques Lassalle; Dom Juan: Andrzej Seweryn; Sganarelle: Roland Bertin

Le personnage du Spectre s’est en quelque sorte imposé à Molière qui souhaitait donner une pièce spectaculaire, en utilisant des machines de théâtre. Il est une création originale du dramaturge, qu’on ne trouve pas dans les versions de l’histoire qui auraient influencé Molière. Malheureusement, le contrat détaillé entre sa troupe et deux peintres pour la réalisation des décors de la pièce ne nous apprend rien sur le Spectre7.

Marché de décors du Festin de pierre, 1664. Archives nationales, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=41156034

Seules les didascalies de l’édition de 1682 peuvent être de quelque aide: “UN SPECTRE, en femme voilée”, “Le spectre change de figure, et représente le Temps, avec sa faux à la main”, “Le Spectre s’envole, dans le temps que don Juan le veut frapper” . On peut alors imaginer que la statue de Focus est le Spectre qui vient juste de laisser glisser son voile, de “changer de figure” pour montrer qu’il est le Temps.

On se gardera bien ici de prétendre que Focus a assisté à une représentation du Festin de Pierre, mais il me semble qu’on puisse retenir l’hypothèse qu’il connaissait cette pièce et qu’il s’en est inspiré pour son dessin, ce qui pourrait en faire un témoignage indirect précieux pour ce moment de la vie littéraire en France

Les deux hypothèses présentées ici me semblent exclusives l’une de l’autre: soit Focus a puisé dans le catalogue contemporain des allégories et de l’iconographie pour créer une image de Gloire ou de Vénus victorieuse du Temps, soit il fait une allusion à une scène remarquable d’une pièce de théâtre contemporaine. Pour comprendre Focus, la recherche progresse lentement; j’espère que l’analyse des autres statues du dessin permettra de décider quelle est la meilleure des explications présentées ici.

Annexe: Le texte du dessin

Je n’ai pas trouvé d’élément d’explication du dessin dans le texte de son phylactère, mais elle se trouve peut-être sous mes yeux incapables. Si une lectrice ou un lecteur pense pouvoir dénicher un élément d’interprétation, n’hésitez pas à laisser un mot en commentaire.

La Renanse corna à faire peur aux vivants,

la Renonse gronda aussi faute d’argent.

La Renuense, son amie, en fit de même.

Le Renurise, sa fille, n’ayant pas ce qu’on aime

Et qui se couche nommée la pierre plate,

Abandonne le fils du roi tout nu pour la pourpre et l’écarlate.

La Renirise, nommée Margot la Pie au nid

D’épines de celui qui en est couronné ne se soucie.

Arrivé dans le port après avoir échappé du naufrage,

Le Grand Maître se chausse devant lui de conduite très sage,

Pour partir pour la guerre avec son cordonnier

Qui le chausse alors que Focus va lui montrer le papier

Qu’il a ordonné du dessin de sa maison.

Il ne trouve enfin rien pour toute raison.

Georges Focus, Phylactère du dessin Cat. 31, adapté en français moderne et formaté pour respecter la versification
Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Cinq statues sur un balcon. 1. Le Temps, une de ses ennemies, le spectre du Dom Juan de Molière ?," in Georges Focus, peintre et fou, 27/02/2022, https://georgesfocus.hypotheses.org/2786.
  1. Pour la comparaison, voir Pierre Mignard, Allégorie du temps (“en rapport avec le décoration du plafond du Cabinet des Coquilles, au château de Versailles.”), la gravure de Gérard de Lairesse, Le Temps, Mnémosyne et Pratique (1670-1675). []
  2. Pour ma recherche, cet article s’est avéré très utile: B. Delmas, Allégories et représentations de la science et du travail de la Renaissance à nos jours. Conférence inaugurale du 127e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Nancy, 15 avril 2002. In: Le travail en représentations. Actes du 127e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, « Le travail et les hommes », Nancy, 2002. Paris : Editions du CTHS, 2005. pp. 15-46. (Actes du Congrès national des sociétés savantes, 127). Beaucoup d’informations précieuses aussi dans l’article de H. Himelfarb, Figures et figurations du temps dans la sculpture française du règne de Louis XIV. In: Littératures classiques, n°43, automne 2001. Le temps au XVIIe siècle. pp. 27-42. DOI : https://doi.org/10.3406/licla.2001.1565. []
  3. Voir aussi Annibale Carracci, Le Temps et la Vérité (1584); Gilles Coignet, Le Temps et la Vérité (1596); Charles Dauphin, Le Temps dévoilant la Vérité (vers 1640 ?) et une autre version datant de 1660-1665 (?) [Voir R. Fohr, Pour Charles Dauphin, Mélanges de l’École française de Rome. Moyen-Age, Temps modernes, tome 94, n°2. 1982. pp. 979-994. DOI : https://doi.org/10.3406/mefr.1982.2681]; École de Nicolas Poussin, Le Temps soustrait la Vérité aux atteintes de l’Envie et de la Discorde (1641) (“commandé par le cardinal de Richelieu en 1641 pour le plafond du Grand Cabinet du Palais-Cardinal”) (voir aussi la gravure de Gérard Audran); Bartolomeo Guidobono, La Verità scoperta dal Tempo (fin du 17e s.) . Parfois, cette scène a été confondue avec Saturne enlevant Cybèle comme dans le cas de la statue de Thomas Regnaudin, maintenant au Louvre, mais qui était destinée à Versailles; voir Himelfarb p. 34. []
  4. Sur l’histoire et les vicissitudes de cette statue, voir A. Maral, « La Renommée du roi » de Domenico GuidiVersalia. Revue de la Société des Amis de Versailles, n°13, 2010, pp. 145-157. DOI : https://doi.org/10.3406/versa.2010.904. []
  5. Voir, par exemple, A. Lévêque, Le “Spectre en Femme Voilée” dans le Dom Juan de Molière, Modern Language Notes 76, No. 8 (Déc. 1961), p. 742-748 (https://www.jstor.org/stable/3039946); W. Helling, Le Dénouement du Dom Juan de Molière: Un problème de mise en scène, Chimères 18(2) (1986), p. 23–50 (https://doi.org/10.17161/chimeres.v18i2.6272); D. Gambelli, Le Dom Juan de Molière et les machines de la tragédie. In: Littératures classiques, n°27, printemps 1996, pp. 43-52. DOI : https://doi.org/10.3406/licla.1996.2447. []
  6. Pour l’histoire du texte et de ses censures, voir J. Dejean, « Le travail de l’oubli : commerce, sexualité et censure dans Le Festin de Pierre de Molière », Littérature 144 (2006), p. 6-24. DOI : 10.3917/litt.144.0006 (traduction francaise par Jean de Guardia et Alexandre Gefen de « The work of forgetting : Commerce, sexuality, censorship, and Moliere’s Le Festin de Pierre », Critical Inquiry (automne 2002). []
  7. Voir l’analyse détaillée d’A. Albert-Galtier, L’Itinéraire de Dom Juan : six décors pour une pièce à machines, Cahiers du XVIIe siècle: An Interdisciplinary Journal (1992), p. 97-112. []

Dessin Cat. 29 (6. Verso Textes 2, 3, 4: impuissance de l’historien et nouvelles allusions à Molière)

Alors que Focus avait rédigé une étiquette invitants ses lecteurs au jeu d’interprétation de son dessin, plus tard, il ajoute, en écrivant tout autour de son premier texte, une longue série de phrases. L’a-t-il fait spontanément ? combien de temps après sa première présentation ? Est-ce le fruit d’interrogations par d’autres personnes, un autre patient, un membre du personnel des Petites Maisons, un ou une visiteuse ? Nous n’en n’avons aucune idée.

Continuer la lecture de « Dessin Cat. 29 (6. Verso Textes 2, 3, 4: impuissance de l’historien et nouvelles allusions à Molière) »

Dessin Cat. 29 (5. Verso Texte 1: mais de quel sac s’agit-il ?)

Le verso du dessin Cat. 29 est complètement écrit, mais on peut y observer plusieurs phases de rédaction. Le premier texte est écrit un peu en haut à droite de la feuille; il ressemble dons son esprit à une étiquette.

Continuer la lecture de « Dessin Cat. 29 (5. Verso Texte 1: mais de quel sac s’agit-il ?) »

Dessin Cat. 29 (4. Notes marginales : pourquoi Focus cite-t-il Monsieur de Pourceaugnac de Molière ?)

Le dessin Cat. 29 contient 4 textes: le phylactère principal cloué au char des Turcs, un petit texte écrit sur un sac au dos d’une louve ailée et deux lignes écrites en dehors du cadre du dessin, en-dessous et à droite.

Voici ces dernières (à gauche, une transcription; à droite, une version en français moderne plus lisible):

Continuer la lecture de « Dessin Cat. 29 (4. Notes marginales : pourquoi Focus cite-t-il Monsieur de Pourceaugnac de Molière ?) »

Dessin Cat. 29 (3. Phylactère 2: Euclide de Mégare, depuis une monnaie provinciale romaine, fait une apparition chez Focus)

Détail de Focus, Dessin Cat. 29. Toutes mes excuses pour la faible qualité de l’illustration, photographie au téléphone portable de la p. 189 du Catalogue.
Continuer la lecture de « Dessin Cat. 29 (3. Phylactère 2: Euclide de Mégare, depuis une monnaie provinciale romaine, fait une apparition chez Focus) »

Dessin Cat. 29 (2. Phylactère 1: de Rome à Arras en passant par la Turquie)

Détail du dessin Cat. 29: Phylactère 1 (toutes mes excuses pour la piètre qualité de l’illustration, une photographie au téléphone portable sans pied du Catalogue p. 189)

Le phylactère 1 du dessin Cat. 29 se présente comme une affiche clouée de deux clous à l’arrière du char des Turcs qui défile lors du Carnaval de Rome. En voici le texte, adapté en français moderne et aligné en respectant les vers de Focus1.

Continuer la lecture de « Dessin Cat. 29 (2. Phylactère 1: de Rome à Arras en passant par la Turquie) »
  1. Le texte que je présente est légèrement différent de celui du Catalogue. []

Dessin Cat. 29 (1. Présentation générale, où l’on parle du carnaval de Rome)

Le Dessin Catalogue 29 est un de ceux qui nous sont parvenus lisibles dans leur entièreté, car il fait partie de la collection privée de Paris, la deuxième source des dessins conservés de Focus. Il n’a donc pas été collé sur une feuille de cahier comme les dessins de l’album de l’Université d’Édimbourg, mais il donne à voir et lire les deux côtés de sa feuille d’origine. Je vais y consacrer plusieurs billets dans les jours qui suivent.

Continuer la lecture de « Dessin Cat. 29 (1. Présentation générale, où l’on parle du carnaval de Rome) »

Liens du mois (janvier 2022)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search