Le peintre fou qui aime le poète ouvrier, c’est de l’art brut ?

La réception des dessins de Georges Focus au XXIe siècle est nécessairement influencée et favorisée par la réputation de l’art brut et les discours, savants, journalistiques ou de comptoir qu’il peut engendrer. Toutefois, si l’on s’en tient à une définition chronologique, Focus ne peut évidemment faire partie de ce mouvement.

l’art brut commence en 1945 et l’on peut dire qu’il n’y a pas d’art brut avant l’art brut de Dubuffet !

C. Delavaux, Art brut. Le guide (Paris, 2019), p. 19.

En revanche, si l’on considère une définition typologique des œuvres d’art brut, il est plus difficile de trancher:

Productions de toute espèce – dessins, peintures, broderies, figures modelées ou sculptées, etc. – présentant un caractère spontané et fortement inventif, aussi peu que possible débitrices de l’art coutumier ou des poncifs culturels et ayant pour auteurs des personnes obscures, étrangères aux milieux artistiques professionnels.

Jean Dubuffet, cité par C. Delavaux, ibid. p. 22.
Continuer la lecture de « Le peintre fou qui aime le poète ouvrier, c’est de l’art brut ? »

Que fait Gille le niais chez Focus ?

Je continue ici la présentation du dessin Catalogue 15 entamée précédemment sur ce carnet.

Georges Focus, Recueil de Desseins Ridicules f 79 r, © The University of Edinburgh
Continuer la lecture de « Que fait Gille le niais chez Focus ? »