Écriture dessinée (Focus a-t-il un rapport avec la Bande Dessinée ? [1])

Au verso du dessin Cat. 711, Focus a notamment écrit ceci:

… Je ne m’appelle que Foqus, volé de mes écritures dessinées en toute façon et figurées de période de toute représentation au pinceau et à la plume, comme ci-dessus…

Transcription modernisée par C. Michel, Catalogue p. 437.

Comme souvent avec les textes de Focus, la signification précise et complète de cette phrase nous échappe, mais elle est importante car elle donne l’impression que Focus qualifie ses dessins, alors qu’il se plaint de la disparition de certains d’entre eux. Ce faisant, il montre qu’il serait conscient de leur nature particulière; en les appelant « mes écritures dessinées », il leur donne un genre artistique. Cette locution, composée de mots simples et banals, après une recherche sur Gallica, s’avère assez rare: 76 résultats pour le singulier « Écriture dessinée », 22 résultats pour le pluriel « Écritures dessinées »2. Dans ce billet-ci, je présente les résultats de la recherche pour l’expression au singulier car ils ne manquent pas d’intérêt; je reviendrai plus tard, dans un autre billet, sur le pluriel, dans le cadre de mes recherches pour ma participation au colloque Bandes dessinées hors-champs / Comics on the Outside.

Il faut d’abord noter que l’expression n’apparaît qu’assez tard dans les textes de Gallica, pour la première fois en 1827, plus d’un siècle après Focus. Elle a trois sens principaux: 1. une écriture personnalisée, de caractère et reconnaissable; 2. un type d’écriture, enseigné dans les écoles au cours de « dessin géométrique », que l’on utilise et que l’on prescrit parfois officiellement pour les légendes de dessins techniques ou architecturaux; 3. l’écriture de peuples non-européens comme les Indiens d’Amérique, les Égyptiens ou les Chinois3.

Sans réelle surprise, mais plus rarement (à deux reprises), on utilise l’expression pour qualifier les calligrammes d’Apollinaire, notamment pour les comparer avec les textes du peintre belge Ensor4.

En 1905, Patria : revue illustrée de l’officier et de sa famille organise un concours, dont je reproduis l’annonce d’ouverture et, je ne peux résister, les noms et les œuvres des gagnants.

… On se souvient du succès que remportaient jadis les micrographes fantaisistes qui exposaient dans les rues de Paris des planches d’écriture dessinée qui contenaient la matière d’un volume … nous proposons [aux participants du concours] de réunir dans un carré ayant cinq centimètres de côté le plus grand nombre de fois possible le mot Patria. …

Patria (1905): Concours No 23. « Micrographie ».
Source: https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k946990b/f1037.image.r=micrographie#

… premier prix … M. le capitaine Ledig, du 152e, qui a dessiné de ses 1001 mots un portail fort élégant.

Le 2e prix … a été gagné par M. Paul Lacors, à Villeneuve-Saint-Georges, qui a su inscrire sur un carré de 5 c/m 2.715 fois le mot Patria …

Enfin, et c’est évidemment l’emploi qui m’intéresse le plus dans cette entrée de carnet, en 1899, Émile Bayard utilise l’expression « écriture dessinée » pour qualifier l’œuvre de Töppfer:

Topffer nous apparaît en effet, dans sa naïveté de crayonnage, un rêveur érudit, un distrait, dont toute l’originalité découle de cette émission simple de nature. Ce dessin est un fluide, il n’a pas de consistance, il court sur le papier, s’arrête brusquement en crochet, avec la pensée qui change, le fil des idées qui se perd dans le chaos.

C’est une sorte d’écriture dessinée, une imagination qui se délaye, spontanément, sans efforts, sans regrets, des croquis cérébraux non imprégnés de souvenirs classiques, sans métier presque. 

Émile Bayard, « La caricature et les caricaturistes (suite). Chapitre III. Toppfer. – Henri Monnier. – Decamps. – Grandville, etc. », Musée des familles : Lecture du soir (janvier 1899), p. 274-278, p. 2745.

La coïncidence est extraordinaire: deux cents ans séparent l’emploi de cette expression rare, par Focus lui-même pour définir ses dessins et par un journaliste dessinateur pour désigner un des artistes que l’on reconnaît comme un des fondateurs de la Bande Dessinée. Est-ce juste le hasard ou un argument pour considérer que l’on peut étudier Focus au regard d’un art en devenir, celui de la Bande Dessinée ? qu’on peut le placer dans l’archéologie de la BD, sans (re)tomber dans le puits de l’ « Hypothèse Lascaux »6 ?

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Écriture dessinée (Focus a-t-il un rapport avec la Bande Dessinée ? [1])," in Georges Focus, peintre et fou, 28/05/2021, https://georgesfocus.hypotheses.org/1974.
  1. Paris, Collection particulière pl. 13. Photographie p. 437 du Catalogue. []
  2. Une recherche sur Google donne 5380 résultats pour le singulier, 8520 résultats pour le pluriel. []
  3. Respectivement, sur les 69 attestations facilement analysables sur Gallica, 25, 26 et 13 occurrences []
  4. Franz Hellens, Nos peintres : James Ensor, Revue Belge (1926), p. 108-117, p. 112. []
  5. L’article est repris dans le volume La caricature et les caricaturistes : ouvrage orné de nombreux dessins des principaux artistes et de portraits par l’auteur (Paris, 1900) (p. 81-82 pour ce passage). []
  6. Sur ce sujet, voir T. Groensteen, Origine, Le Bouquin de la bande dessinée (Paris, 2020), p. 523-526; Id., M. Töppfer invente la bande dessinée (2014), p. 20-28. [ajout du 11 juin: sur ce livre, voir le comte-rendu très intéressant de C. Reyns, La Brèche – Lectures (=Carnet Hypothèses) (9 juin 2021).] []