Catalogue des dessins et gravures de Focus n’appartenant pas à ses « écritures dessinées »

J’ai créé une « page » sur ce carnet où l’on trouvera le Catalogue des dessins et gravures de Focus n’appartenant pas à ses « écritures dessinées ». Pour dresser ce catalogue, j’ai utilisé l’article d’Emmanuelle Brugerolles, Focus paysagiste, in Georges Focus. La folie d’un peintre de Louis XIV éd. par E.B. (2018), p. 49-79. Sous les nos HC I-III, j’y ai ajouté deux dessins du Louvre qui, si je comprends bien le texte du site internet du Musée, ont été attribués à Focus en 2019, soit après la publication du catalogue de Brugerolles qui sert de base à mes travaux, ainsi qu’un dessin dont E. Brugerolles discute dans son article, mais qui n’a pas été inséré dans le catalogue, sans que j’en comprenne les raisons.

Dans la mesure du possible, je donne l’adresse internet de la page du musée ou de la salle de vente où l’on peut voir le dessin ou la gravure de Focus. Je n’ai pas réussi à localiser une image pour 6 entrées du catalogue sur 26. Toute suggestion en commentaire est la bienvenue.

Pour les gravures de la série Diverses veuës d’Italie, je ne donne que le lien vers ce qui m’a semblé être le meilleur exemplaire du British Museum. Il vaut peut-être la peine de souligner ici que le musée de Londres possède parfois plusieurs copies de ces estampes, dont certaines en un « unfinished state ». Le site internet du British Museum est très bien conçu, et il sera facile de retrouver ces documents et de les exploiter si l’on a des connaissances en histoire de la gravure et de ses techniques et que l’on pense que leur comparaison a de l’importance.

J’ai aussi repris du catalogue de Brugerolles l’histoire des propriétaires des dessins et gravures de Focus.

Que fait Gille le niais chez Focus ?

Je continue ici la présentation du dessin Catalogue 15 entamée précédemment sur ce carnet.

Georges Focus, Recueil de Desseins Ridicules f 79 r, © The University of Edinburgh
Continuer la lecture de « Que fait Gille le niais chez Focus ? »

Qui est saint silvaistre ? Qui ressemble à Morosini ?

Le dessin Catalogue 10 offre un bon exemple des difficultés d’interprétation et de compréhension qu’offrent les dessins de Georges Focus.

Continuer la lecture de « Qui est saint silvaistre ? Qui ressemble à Morosini ? »

Une peinture de fou ou de folle dans une gravure hollandaise ?

Les dessins de Focus sont exceptionnels, mais tout aussi remarquable est leur survie. Qui les a sauvés ? Qui les a conservés ? Qu’en pensaient ses contemporains ? sont des questions fascinantes, auxquelles le catalogue de l’exposition de Paris a commencé à répondre. La question est difficile car il n’existe pas beaucoup de sources sur la façon dont l’art des fous était considéré avant le 19e siècle1. Les sources visuelles, les images peuvent-elles nous aider ?

Le Rijksmuseum possède une série de gravures intitulée « Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij », ou « Victime de possession ou de sorcellerie ». Créées un peu avant 16602, elles montrent des hommes ou des femmes, 13 en tout, au comportement dérangé. Certaines de ces personnes semblent être examinées par un comité, de personnalités civiles et religieuses ou peut-être de médecins, et traitées pour leurs troubles, plus ou moins violemment.

Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij (nrs. 12-13), ca. 1658, h 143 mm × l 92 mm; domaine public, http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464419

Une grande partie de ces scènes semble se dérouler au sein d’un même bâtiment. Un détail a attiré mon attention sur la gravure 2.

Slachtoffer van bezetenheid of tovenarij (nr. 2), ca. 1658 , h 144 mm × l 92 mm; domaine public; http://hdl.handle.net/10934/RM0001.COLLECT.464412

On voit dans cette pièce, qu’une large tenture permet d’obscurcir, au mur, un tableau aux traits simplifiés. Les chances sont faibles, car l’arrière-plan de ces gravures est traité très sommairement, comme le montre ce qui semble être une corniche moulurée sous le tableau, mais je me demande si on pourrait voir ici la reproduction sommaire d’un exemple de création faite par un des fous de l’établissement et gardée par les docteurs ou inquisiteurs comme pièce à conviction ou, plus simplement, comme un objet étrange digne d’intérêt.

Il n’existe pas beaucoup de représentations anciennes de dessins ou de tableaux réalisés par des fous. Une des plus connues est une gravure de William Hogarth, The Interior of Bedlam (Bethlem Royal Hospital) (1735 [1763])3.

William Hogarth, The Interior of Bedlam (Bethlem Royal Hospital), gravure du recueil A Rake’s Progress (1735 [1763]) (McCormick Library, Northwestern University); Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=652959

On y voit un des patients de l’asile dessiner sur un mur un mélange de figures géométriques parfois complexes et de graffiti au style plus libre, parmi lesquels on reconnaît un bateau. Toutefois, j’attire l’attention sur le fait que, dans une pièce du fond, on peut aussi discerner une série de papiers punaisés au mur, chacun contenant un cercle surmontant ce qui semble être une ligne de texte, une légende pour le dessin. Ces dessins font naturellement penser aux « écritures dessinées » de Focus, avec leurs phylactères. Seraient-ils eux aussi des œuvres de personnes souffrant d’une maladie mentale ? Dans quelle mesure cette gravure peut-elle servir de document historique puisque les savants s’accordent sur le fait que les fous représentés par Hogarth sont des stéréotypes sans rapport avec la vie quotidienne de l’asile ?

Détail de la gravure de Hogarth; domaine public

Cette courte entrée de carnet n’est constituée que de questions sans réponse, je m’en excuse, mais j’espère avoir soulevé l’espoir qu’il puisse encore exister plus de dessins anciens réalisés par des fous qu’on ne le pense.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Une peinture de fou ou de folle dans une gravure hollandaise ?," in Georges Focus, peintre et fou, 02/11/2019, https://georgesfocus.hypotheses.org/124.
  1. Pour un état de la question, voir J.-L. Bourget, « L’art d’un fou est-il de l’art brut ? », Critique, 2019/4 (n° 863), p. 293-306. URL : https://www.cairn.info/revue-critique-2019-4-page-293.htm. []
  2. Elles ont été utilisées pour le livre d’Abraham Palingh, ‘t Afgerukt mom-aansight der tooverye, Jan Rieuwertsz. (I), Amsterdam 1659 , visible ici dans une édition de 1725. []
  3. La peinture originale de Hogarth n’est pas aussi détaillée en ce qui concerne ces dessins []