Cinq statues sur un balcon. 3. Cupidon ou Adonis avec Vénus ?

Détail du dessin Cat. 31. © The University of Edinburgh

La troisième statue du dessin 31 est en fait un groupe statuaire de trois figures: une Vénus de Médicis, un dauphin et un jeune homme. La Vénus de Médicis est une des statues grecques les plus connues et les plus recopiées partout en Europe depuis le 17e siècle. Focus pourrait avoir contemplé la statue originale à Rome lors de son séjour, puisqu’elle ne part pour Florence qu’en 1677, ou il a en mémoire une copie ou une étude, car cette statue devient vite un élément du canon esthétique européen. Dans le cadre de mon intérêt sur le lien entre Georges Focus et la naissance du genre de la bande dessinée, je ne résiste pas à reproduire cette gravure de Hogarth, centrée sur la statue de Vénus.

William Hogarth, The Analysis of Beauty plate 1 – Metropolitan Museum of Art, online collection: entry 365314, Public Domain, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=32833886

Ainsi, par exemple, on pourrait dire que la Venus de Médicis est une super-star du parc de Versailles : on n’y recense pas moins de sept copies, allant de 138 à 231 cm . En voici le détail:

SculpteurDate d’installationEmplacementDivers
MR 32781Hubert Le Sueur?Bosquet de la reine– bronze
– pas de dauphin
– provient de la collection Richelieu
– envoyée au plus tard en février 1808 à Rambouillet
Disparue2– Antoine Coysevox
– Jean Joly
1683-1685Bosquet du Théâtre d’Eaumarbre
deux petits enfants sur le dauphin
1693 au plus tard: jardins de Marly
MR 18613– Michel Monier
– Nicolas Frémery
– Martin Carlier
1684-1687Allée royale– marbre
– deux petits enfants sur le dauphin
– en place
MR 32924– François Girardon5
– Jean-Balthasar Keller (fondeur)
1685-1687Parterre de l’Orangerie– bronze
– deux petits enfants sur le dauphin
– transférée à Marly avant 1694
MR 19956?1686 au plus tardentre le bassin d’Apollon et le Grand Canal– marbre
– dauphin
– Probablement transférée vers 1783 dans la Salle des Trois-Salons des jardins de Trianon
Disparue7?1686 au plus tardbosquet de la Girandole– marbre
– dauphin avec un petit enfant
– Retirée sur ordre du roi du 30 janvier 1699
Disparue8?1686 au plus tôt, 1693 au plus tardbosquet de la Salle des antiques– marbre
– pas de dauphin, mais un case recouvert d’un linge
– en 1707 en magasin à Versailles

Si l’identification de Vénus et de son type statuaire est facile, ce n’est pas le cas de la personne qui l’accompagne. A cause du format du dessin, on ne peut même pas être entièrement certain de son genre. Les éditeurs du Catalogue y ont vu un Amour ou Cupidon, ce qui est raisonnable à cause de la taille du personnage.

Je me demande toutefois si une autre identification ne pourrait pas être proposée, à cause de la chevelure et du bandeau de la statue et de son apparence émaciée, plus âgée que celle que le joufflu Cupidon a généralement. Je suggère de reconnaître ici Adonis. Le couple qu’il forme avec Vénus est un thème à la mode au 17e s., pendant lequel il prend une nouvelle signification qui va au-delà de l’histoire amoureuse : Adonis devient parfois la métaphore du bon souverain qui se sacrifie pour son peuple. La paire Adonis/Vénus a ainsi toute sa place dans le paysage des images de Versailles9. La Fontaine lui a consacré un ouvrage fameux ; son histoire fait l’objet de spectacles, dont une tragédie à machines en 1670, reprise en 1685 et un opéra en 1697.

On trouve à Versailles une copie du célèbre tableau viennois de Paul Véronèse, Vénus & Adonis avec petit amour et chiens, qui montre sans détour les caresses qu’Adonis prodigue à Vénus dans un geste des bras un peu similaire à celui du dessin de Focus10

Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=15399121

Louis XIV avait également dans ses collections une des versions du mythe peinte par Poussin, elle aussi caractérisée par un érotisme simple et innocent11.

Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=23608994

On notera en particulier qu’une des Vénus de Médicis mentionnées ci-dessus avait fait l’objet d’une commande groupée avec un Adonis: François Girardon est en effet rémunéré le 13 mai 1685, à hauteur de 400 livres, « pour son payement des modèles de cire et de plastre qu’il a fait [sic] de Vénus et d’Adonis sur la terrasse du chasteau de Versailles »12

Cette statue d’Adonis, dont on trouvera des photographies plus nettes sur le site internet du Château de Versailles13, inspirée d’une statue antique aujourd’hui disparue14, partage plusieurs traits avec le dessin de Focus: le coude gauche relevé, le bandeau dans les cheveux, le postérieur ferme, mais celui-ci n’en respecte en rien les proportions, car les deux bronzes de Versailles ont des tailles similaires.

Surtout, l’agencement des statues du dessin de Focus semble vraiment personnel, même s’il inverse les attitudes et apparences habituelles de Vénus et Adonis dans de nombreuses représentations qui montrent la déesse assise tenter en vain d’empêcher son amant debout de partir pour la chasse qui lui sera mortelle.

Céramique émaillée; décor de Johann Heel d’après une peinture de Simon Vouet (peut-être connue par une gravure de Michel Dorigny); fin du 17e s. © Victoria and Albert Museum (Vénus à gauche, Adonis à droite)

Un mot enfin sur l’oiseau perché sur la tête de Venus. Il fait pendant au volatile dans la même situation sur la statue de Religion, que nous avions analysé précédemment comme probablement un signe de critique. Il est ici aussi sans doute un signe d’humour, mais il rappelle également la colombe, animal fétiche de la déesse, que l’on voit par exemple sur le tableau de Poussin ci-dessus.

Il est temps de conclure et, encore une fois sur ce carnet, cela sera sans certitude. Une identification avec Cupidon a pour elle ici sa taille et sa banalité; Adonis aurait pour lui l’apparence, l’originalité et un rapprochement avec une paire de statues d’un artiste mentionné nommément par Focus dans ses dessins.

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Cinq statues sur un balcon. 3. Cupidon ou Adonis avec Vénus ?," in Georges Focus, peintre et fou, 09/03/2022, https://georgesfocus.hypotheses.org/3184.
  1. https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=1186&pos=3&Ltout_Op=like&Ltout=Venus%20Medicis#hn []
  2. https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=839&pos=3&Ltout_Op=like&Ltout=Coysevox%20Venus#hn []
  3. https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=419&pos=1&isource=etat-des-travaux-de-sculpt-id309563#hn []
  4. https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=695&pos=4&Ltout_Op=like&Ltout=Keller%20Venus#hn []
  5. Sculpteur cité par Focus dans plusieurs de ses textes. []
  6. https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=788&pos=6&Ltout_Op=like&Ltout=Venus%20Medicis#hn []
  7. https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=1190&pos=8&Ltout_Op=like&Ltout=Venus%20Medicis#hn []
  8. https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=1093&pos=7&Ltout_Op=like&Ltout=Venus%20Medicis#hn []
  9. Voir, par exemple, Céline Bohnert, Les métamorphoses des amours de Vénus et Adonis ou la naissance d’un mythe à l’opéra ” et “ La fable d’Adonis dans les collections de peinture de Louis XIV, dans Jean Duron, Yves Ferraton (eds.), Vénus et Adonis tragédie en musique de Henry Desmarets (1697). Livret, études, commentaires (2006), p. 9-28, 2006, 9782870099209. []
  10. S. Castelluccio, Le Cabinet des tableaux de la Surintendance des Bâtiments du roi à Versailles, Versalia. Revue de la Société des Amis de Versailles, n°12, 2009, p. 21-54, p. 42, ill. 17. DOI : https://doi.org/10.3406/versa.2009.891. []
  11. Voir Marie-Odile Sweetser, Vénus et Adonis ; le mythe et ses résurgences dans la tradition humaniste de la Renaissance européenne, In: Le Fablier. Revue des Amis de Jean de La Fontaine, n°14, 2002. La Fontaine et l’héritage de l’Europe humaniste (15-16 novembre 2001) (2) p. 9-17 ; doi : https://doi.org/10.3406/lefab.2002.1075. []
  12. Texte recopié depuis https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=695&pos=1&Ltout_Op=like&Ltout=Adonis#hn. []
  13. https://sculptures-jardins.chateauversailles.fr/notice/notice.php?id=574&pos=0&Ltout_Op=like&Ltout=Adonis#hn []
  14. Voir la gravure sans doute faite de celle-ci par Claude Mellan (1670). []

Le peintre fou qui aime le poète ouvrier, c’est de l’art brut ?

La réception des dessins de Georges Focus au XXIe siècle est nécessairement influencée et favorisée par la réputation de l’art brut et les discours, savants, journalistiques ou de comptoir qu’il peut engendrer. Toutefois, si l’on s’en tient à une définition chronologique, Focus ne peut évidemment faire partie de ce mouvement.

l’art brut commence en 1945 et l’on peut dire qu’il n’y a pas d’art brut avant l’art brut de Dubuffet !

C. Delavaux, Art brut. Le guide (Paris, 2019), p. 19.

En revanche, si l’on considère une définition typologique des œuvres d’art brut, il est plus difficile de trancher:

Productions de toute espèce – dessins, peintures, broderies, figures modelées ou sculptées, etc. – présentant un caractère spontané et fortement inventif, aussi peu que possible débitrices de l’art coutumier ou des poncifs culturels et ayant pour auteurs des personnes obscures, étrangères aux milieux artistiques professionnels.

Jean Dubuffet, cité par C. Delavaux, ibid. p. 22.
Continuer la lecture de « Le peintre fou qui aime le poète ouvrier, c’est de l’art brut ? »