Le peintre fou qui aime le poète ouvrier, c’est de l’art brut ?

La réception des dessins de Georges Focus au XXIe siècle est nécessairement influencée et favorisée par la réputation de l’art brut et les discours, savants, journalistiques ou de comptoir qu’il peut engendrer. Toutefois, si l’on s’en tient à une définition chronologique, Focus ne peut évidemment faire partie de ce mouvement.

l’art brut commence en 1945 et l’on peut dire qu’il n’y a pas d’art brut avant l’art brut de Dubuffet !

C. Delavaux, Art brut. Le guide (Paris, 2019), p. 19.

En revanche, si l’on considère une définition typologique des œuvres d’art brut, il est plus difficile de trancher:

Productions de toute espèce – dessins, peintures, broderies, figures modelées ou sculptées, etc. – présentant un caractère spontané et fortement inventif, aussi peu que possible débitrices de l’art coutumier ou des poncifs culturels et ayant pour auteurs des personnes obscures, étrangères aux milieux artistiques professionnels.

Jean Dubuffet, cité par C. Delavaux, ibid. p. 22.
Continuer la lecture de « Le peintre fou qui aime le poète ouvrier, c’est de l’art brut ? »

Que fait Gille le niais chez Focus ?

Je continue ici la présentation du dessin Catalogue 15 entamée précédemment sur ce carnet.

Georges Focus, Recueil de Desseins Ridicules f 79 r, © The University of Edinburgh
Continuer la lecture de « Que fait Gille le niais chez Focus ? »

Une solution pour lecme Mazarin ? (Bonus: La litanie du cardinal Mazarin)

Décrypter l’écriture de Focus n’est pas toujours simple, en grande partie à cause de son orthographe très particulière. Dans le catalogue de l’exposition de Paris, Marianne Cojannot-Le Blanc et Christian Michel ont donné une excellente édition de la plupart de ses textes, sur laquelle mon travail repose et je leur en suis vraiment reconnaissant. Ils ont laissé très peu de mots incompris. L’un d’entre eux provient du dessin Catalogue 6, « Focus ivre, sous les pieds des chevaux »1: lecme .

Continuer la lecture de « Une solution pour lecme Mazarin ? (Bonus: La litanie du cardinal Mazarin) »
  1. E. Brugerolles (éd.), Georges Focus. la folie d’un peintre de Louis XIV (Paris, 2018), p. 136-137, avec un commentaire qui met en avant la proximité littéraire de ce texte avec Scarron, Billaut et la satire VI de Boileau. []

Liens du mois (janvier 2020)

  1. J’ai créé l’article Wikipédia Wilhelm Werner (Art brut). []

Les Petites Maisons

Les Musées de la ville de Paris ont mis en ligne en libre accès plus de cent mille objets de leurs collections, en partenariat avec Wikimédia France1. Les critères pour décider quelle œuvre est libre de droits ou non sont fluctuants :  « sur 280 595 photos [visibles sur le site], seules 108 194 sont qualifiées de « libres de droits »  »2. Pour l’instant, le site est un peu lent et le moteur de recherche est parfois imprécis : une recherche avec le mot « folie » donnera des résultats avec les mots « folio » ou « fol. 1 », mais on ne peut que remercier la ville de Paris pour offrir gratuitement une si belle ressource.

Pour donner un exemple, voici ce que l’on trouve par une recherche sur les Petites Maisons, l’institution, gérée depuis 1633 par les soeurs de la Charité, qui a accueilli Georges Focus lorsque ses troubles mentaux ont été trop forts pour lui permettre une vie normale. C’est peut-être là qu’il est mort en 17083 . Je pense que le conservatisme architectural4 et le maintien de la fonction d’hospice de cet ensemble de bâtiments font que des documents de 1868 peuvent encore être utiles pour comprendre le cadre de vie des dernières années de Focus et le contexte de création de ses « écritures dessinées », même s’ils leurs sont postérieurs de plus de 150 ans.

Les Petites Maisons accueillaient des fous, des vieillards pauvres, des personnes souffrant de maladies vénériennes et des malades de la teigne. Elles n’existent plus ; elles se trouvaient à l’emplacement actuel du Square Boucicaut, derrière le Bon Marché.

Vers 1900; auteur inconnu – Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24358607

Le premier document que l’on peut trouver sur le site des Musées de Paris est un « Plan de l’hôpital des Petites Maisons », une eau-forte de Michelinot, de 56, 5 x 42, 5 cm. Le site internet des Musées n’en donne pas la date, mais le plan comporte une mention de l’année 1787 ; il est donc postérieur au séjour de Focus et à l’agrandissement de l’hôpital en 17315. J’ai indiqué par des points la « Cour des Incensés » [sic].

Michelinot, Plan de l’hôpital des Petites maisons; Musée Carnavalet, Histoire de Paris.

En fait, il semble que ce plan soit une copie d’un plan réalisé en 17856 par Buron (del.) et Louis-Antoine Hérisset (sculp.) , qui est conservé à la Bibliothèque nationale de France et disponible sur Gallica, ce qui permet d’en voir l’agrandissement suivant:

Détail agrandi d’un Plan de l’Hôpital des Petites Maisons (1785); domaine public:
Bibliothèque nationale de France, GED-5562 ; https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84445197

D’après l’édit de fondation de 1554, les chambres faisaient neuf ou douze pieds carrés, soit des pièces de 3 ou 4 mètres de côté7.

On peut comparer le plan de Buron/Michelinot avec le plan de Paris de Jacques Gomboust de 1652. On voit que l’organisation de la partie centrale, un jardin entouré de petites maisons n’a pas changé. Si la disposition des parties de l’hôpital a été conservée entre les deux plans, comme semble l’indiquer l’emplacement identique de la teignerie, Focus aurait logé quelque part dans l’aile sur le côté du parc opposé à l’église de l’hôpital. Je ne sais pas s’il avait ou non vue sur le jardin des Petites Maisons8.

Agrandissement d’un détail du plan Lutetia Paris de Jacques Gomboust, 1652; Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE AA-573 (RES). Domaine public; http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40707088m

On peut aussi comparer le plan de Buron/Michelinot avec le plan général de Paris de Jouvin de Rochefort, qui date de 1672.

Détail de « Paris en 1672 : fac-similé du premier plan de Jouvin de Rochefort, réduction de 1/4 » (1870). Domaine public; http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb42295229f

Le document suivant est un plan de l’Hospice des Ménages, institution qui avait pris, après 1801, la suite des Petites Maisons 9. Il date de 1868, juste avant la destruction des bâtiments. Dressé par A. Bienvenu, il mesure 103 x 72 cm.

Alexandre Bienvenu, « Plan de l’hospice des Ménages, entre la rue de la Chaise et la rue de Sèvres en décembre 1868 ». Paris, musée Carnavalet.

La partie autrefois réservée aux fous est maintenant occupée par les « Ménages ». L’organisation générale des bâtiments semble être la même que sur le plan de Buron.

Le document suivant est un dessin comparatif de Léon Leymonnerye. On y voit un plan de l’Hospice des Ménages en 1846 et la situation de l’endroit en 1877, après la destruction de l’hospice. On constate que le futur square Boucicaut ne correspond qu’à la partie centrale du parc intérieur des Petites Maison et que tous les bâtiments où Focus avait vécu ont été rasés.

Léon Leymonnerye, Hospice des Ménages; Musée Carnavalet, Histoire de Paris.

Des dessins qui accompagnent ce plan montrent la façade extérieure, donnant sur les rues, de plusieurs parties de l’Hospice, au début du 19e siècle. Ils prouvent que les bâtiments ont connu plusieurs rénovations, mêlant nouvelles constructions et remploi de structures existantes. Je ne sais pas dans quelle mesure ces bâtiments ont changé par rapport à ce que Focus pourrait en avoir vu.

Leymonnerye a également dessiné en 1863 une colonne surmontée d’une croix qui se trouvait à l’entrée du jardin de l’hospice, ainsi qu’un détail de la façade du presbytère et un puits avec sa margelle dans le jardin. Le monument à la croix semble déjà exister sur le plan de Buron/Michelinot.

Léon Leymonnerye, Ménages (rue de Sèvres). Feuille 4(e) (1863); Musée Carnavalet, Histoire de Paris.

Le document suivant est un dessin du jardin de l’Hospice, vu en plongée depuis je ne sais où depuis son entrée, réalisé par Charles Fichot. On y reconnaît l’église de l’hospice, le monument à la croix, le puits et les différents côtés du petit parc. On y voit bien que les petites maisons sur le côté opposé à l’église ont gardé leur format réduit, avec seulement un rez-de-chaussée et un premier étage, bien diffèrent de l’aile du fond du jardin, bien plus monumentale et haute. D’après le plan de Leymonnerye, cette partie de l’hospice a été construite en 1786. On remarque aussi que l’alignement des arbres n’a pas été modifié et ressemble à celui qui est symbolisé sur les plans Gomboust et Jouvin.

Michel Charles Fichot, dessin de 1868; Musée Carnavalet, Histoire de Paris.

Enfin, les derniers documents que j’ai trouvés sur le site des Musées de Paris sont des photographies de Pierre Emonts qui doivent elles aussi dater de 1867 ou 186810, juste avant la destruction de l’hospice. Sur l’une d’elles, on voit distinctement l’église et les petits bâtiments à droite, similaires sur le plan au bâtiment où, je pense, Focus a été hébergé.

« Hospice des Ménages (cour intérieure) », Paris (VIème arr.). Photographie attribuée à Pierre Emonds. Paris, musée Carnavalet.

Pour l’instant, je n’arrive pas à identifier quelle partie de l’hospice a été photographiée sur la deuxième photographie, mais on y voit bien l’état d’abandon de la structure.

Pierre Emonts, Hospice des Ménages; Musée Carnavalet, Histoire de Paris.

Au bout de ce petit inventaire de documents, il serait évidemment naïf de prétendre avoir retrouvé le lieu exact de vie de Focus, mais je pense que ces plans, dessins et photographies permettent de saisir l’atmosphère des lieux où il a réalisé ses extraordinaires dessins.

Annexe

Georges Focus, Dessin Cat. 50; Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=74088544

Voir aussi

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Les Petites Maisons," in Georges Focus, peintre et fou, 13/01/2020, https://georgesfocus.hypotheses.org/419.
  1. Paris Musées, Open content : plus de 100 000 œuvres des collections des musées de la Ville de Paris en libre accès (Sans date). []
  2. D. Rykner, Des images des musées de la Ville de Paris deviennent libres de droit (mais pas toutes), La Tribune de l’Art (8 janvier 2020). Cela explique la différence de qualité entre les illustrations de cette entrée de carnet. []
  3. J. Coste, « Focus et les Petites Maisons », in E. Brugerolles (éd.), Georges Focus. la folie d’un peintre de Louis XIV (Paris, 2018), p. 91-95. []
  4. F. et L. Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments (Paris, 1844), p. 440:  » En 1557, l’Hôtel-de-Ville racheta les matériaux et l’emplacement, et y fit bâtir la maison que nous voyons aujourd’hui. » []
  5. Mention de l’agrandissement par Coste p. 91. []
  6. C’est la date proposée sur le site de Gallica; j’ignore sa justification. []
  7. Coste p. 92. []
  8. Les éditeurs du Catalogue de l’exposition Focus pensent que le dessin Cat. 50 est « une évocation de la chambre de Focus aux Petites Maisons » et que « le petit dôme qui se profile à la fenêtre semble correspondre à celui du couvent des Dix-Vertus, puis Abbaye aux Bois. », mais cela ne semble pas possible topographiquement si mon hypothèse est correcte: la chambre de Focus aurait donne sur le Sud ou sur le Nord, non sur l’Est. []
  9. F. et L. Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments (Paris, 1844), p. 440, donnent une définition des « ménages » et les conditions d’accès. []
  10. Probablement pas « Entre 1869 et 1902 » comme indiqué sur le site internet des Musées. []

Numbers, numbers

The other day I posted on a « page » of this blog the concordance between the numbers of Focus’ drawings s in the collections which host them and their edition number in the beautiful catalog of the exhibition of 2018 (Brugerolles). With the exception of one sheet that is now lost1, all of Focus’ drawings currently known to us belong to two sets: one part is kept at the University of Edinburgh (95 drawings that were bound together in the 19th c.), and the other part is a series of isolated sheets belonging since 1780 to the same French family (30 sheets of drawings, Focus is not the author of 4 or 5 of them, accompanied by separate commentary sheets, probably written in the 18th c. to make Focus’s drawings more palatable).

Title page of Focus’ Recueil de desseins ridicules, © The University of Edinburgh

Focus’s drawings were presented in the 2018 exhibition and edited in its Catalog following a thematic logic, which broke their original archive order. As the two current sets of drawings probably come from a single ensemble, which was separated in the 18th century, and as the original organization of the drawings, if it ever existed, was probably disturbed at the same time, the thematic arrangement and the ensuing Catalog numbering are as good as any other, but it seemed to me that, as a preliminary to an electronic edition of Focus’s texts, it is worth keeping in mind the old organization of the drawings. Maybe it will make it possible to propose new groupings of drawings and new interpretative hypotheses.

The numbers comparison also offers an opportunity to draw attention to the fact that a small number of Focus drawings are precisely dated documents:

Brugerolles Collection Date
111 Edinburgh 32 1692 ?
45 Edinburgh 2 (2) July 24, 1693
68 Paris 9 September 8, 1693
96 Paris 23 November 8, 1693
69 Paris 1 March 18, 1694
70 recto Paris 17 May 26, 1694
85 Edinburgh 15 June 16, 1694

It looks like neither the Edinburgh collection nor the Paris series have been organized or divided chronologically.

Bibliography

E. Brugerolles, Les “mille extravagances” de Georges Focus, in Georges Focus. La folie d’un peintre de Louis XIV (E.B. ed.) (Paris, 2018), p. 81-88, p. 81-83.

(As I am not a native English speaker, any English language correction or clarification is welcome. The French original entry is available here)

Cite this article as: Alexis D'Hautcourt, "Numbers, numbers," in Georges Focus, peintre et fou, 31/08/2019, https://georgesfocus.hypotheses.org/62.
  1. Brugerolles 92,  » Ancienne collection Emil Wolf « . []